CoVid-19 _ Solidarité

Bel engagement

Depuis près de 170 ans, la Suisse n'avait pas connu de crise aussi grave...Nous sommes en guerre, contre un ennemi sournois et impalpable, et nous apprenons chaque jour de cette situation exceptionnelle.

A part quelques cas isolés et misérables, pillage de PQ ou autres pâtes ou sucre, la solidarité fonctionne et de beaux exemples sont cités. Nombreux sont les professionnels de santé qui, sans clientèle, se proposent de se mettre à disposition des hôpitaux et des EMS, nombreux sont les étudiants en médecine ou en Heds qui s'annoncent comme disponibles.

L'occasion de remercier chaleureusement ces professionnels de santé de leur engagement, à la limite de l'épuisement, et sans savoir pour combien de temps. A eux, grand merci et toute notre reconnaissance.

Au début de la crise, j'ai été surpris par la réaction de certains assureurs, qui ont immédiatement assuré que, vu la situation, les primes 2021 allaient augmenter massivement. Correctif bienvenu de Santésuisse récemment, qui annonce :

Les assureurs-maladie contribuent à une part substantielle du financement, par exemple pour le traitement des personnes concernées. Dans l’éventualité où les coûts de la santé devaient augmenter du fait de cette épidémie, les assureurs-maladie disposent de réserves prévues pour de telles situation

Les réserves sont effectivement importantes, 3 à 4 fois ce qui est imposé par la LAMal, donc pas de soucis de ce côté. Mais nous devons demander aussi à ces mêmes assureurs de réfréner leurs ardeurs en matière de contrôle des coûts. Je vois trop souvent ces jours des demandes de justifications pour des médicaments et des gestes représentant à peine 50 frs...Or, pour les médecins privés sollicités pour se mettre au service d'hôpitaux publics, ces tracasseries administratives en temps de crise sont superfétatoires et très chronophages.

Cette crise est certainement salutaire, malgré ses conséquences létales et dramatiques. Mais elle aura le mérite de nous questionner à l'avenir sur nos façons de vivre, de consommer, de voyager. Jusqu'à présent, nombre de partis demandaient une décroissance gérée pour les années à venir. Nous y sommes, de façon plus rapide et plus brutale.

A nous, ensemble, de l'affronter, d'en évaluer les conséquences et de rebondir ensuite quant à sa fin programmée. 

 

 

Lien permanent Catégories : Assurance maladie 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.