04/10/2012

Constitution: Descaillet se déchaîne

Dans le GHI de cette semaine, Pascal Descaillet tire à boulets rouges sur le texte de la Constitution 2012. Certes, sa plume est toujours belle, mais le raisonnement est étrange. A quoi cela rime-t-il de railler les Constituants, traités soit de jeunes éphèbes aux joues duveteuses, ou de vieux sages sortis de leurs entreprises? C'est de la moquerie inutile et peut-être blessante, qui privilégie la forme plutôt que le fond et qui néglige le fait que ces gens sont des élus.

Quant au fond, reconnaissons tout d'abord qu'au moins  Pascal Descaillet a lu la constitution. Bon point par rapport à toutes les personnes qui véhiculent des contre vérités sans connaître le texte.

Il déplore que la Constitution manque de souffle révolutionnaire et que personne n'en parle dans la rue. Certes, il a raison sur ce point. Mais c'est oublier que la Constitution de James Fazy, qu'il cite bien entendu, est issue d'une révolution et qu'elle est l'oeuvre d'un seul homme. C'est nettement plus facile d'être révolutionnaire tout seul qu'à huitante issus de partis et de groupes divers, et obligés de trouver un dénominateur commun au-delà des clivages politiques. Pour le surplus, je doute que de 1847 à nos jours, les genevois aient parlé très souvent de leur constitution dans les transports publics ou la rue.

C'est là la difficulté: une constitution est un texte général et abstrait. Mais il pose les jalons nécessaires au législateur afin d'adopter des lois.

Et ce texte, soumis en votation le 14 octobre, obligera le Grand Conseil à adopter et à modifier des lois qui permettront des progrès. Protection de l'environnement, politique en faveur de la famille, des jeunes, des aînés, accès universel aux soins, construction de logements, protection des handicapés, réformes institutionnelles, écologie industrielle...pour n'en citer que quelques uns.

Il est facile de gloser sur des travaux traités de soporifiques, qui se sont déroulés dans un climat agité au début, puis constructif, mais sans insultes ni verres d'eau et dont le résultat concret est bien là. Pascal Descaillet joue le grand censeur, le sage dans l'éther, le faiseur de rois qui juge et casse. Il est parfois bon de se faire la mouche du coche, certes, mais cela ne justifie pas la dérision et la moquerie faciles.

16:42 Publié dans Constitution 2012 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

01/10/2012

Constitution 2012: oui le 14 octobre

J'ai fait ce week-end une balade dans les bois de Jussy...De loin, la tête blonde du garçon et le pelage brun roux du renard ne m'ont pas trompé...J'ai eu beau me frotter les yeux, mais c'était bien vrai: en face de moi se trouvaient le petit prince et le renard...
Le renard était faché, il me reprochait d'avoir réintroduit la chasse é Genève.
J'ai alors montré au petit prince le texte de la nouvelle constitution...Il a dit:"Mais alors, on nous ment?"
Oui, la chasse demeure interdite, tu n'as pas de soucis à te faire pour on ami le renard.

Photo : J'ai fait ce week-end une balade dans les bois de Jussy...De loin, la tête blonde du garçon et le pelage brun roux du renard ne m'ont pas trompé...J'ai eu beau me frotter les yeux, mais c'était bien vrai: en face de moi se trouvaient le petit prince, son renard et sa rose.
Le renard me reprocha la réintroduction de la chasse à Genève, ce qui le rendait très malheureux. Je lui demandai d'où il tenait ça? Il me répondit qu'il l'avait vu sur des affiches, dans les villages.
Alors j'ai pris mon texte de la Constitution 2012, et je l'ai fait lire au petit prince...
"Ah, dit le renard, alors ce que j'ai vu n'est pas juste, la chasse reste interdite".
Je lui ai répondu que oui,et je crois qu'il était content, et le petit prince aussi...

20:52 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Constitution 2012: OUI le 14 octobre

L'Adepas, Association de défense des patients et assurés, que l'on a connu parfois connue fort discrète, prône le "NON" à la Constitution 2012 en affirmant des ses slogans que les HUG seraient privatisés. De quoi parle-t-on? Les articles sur la santé garantissent l'accès aux soins pour tous et le libre choix de son professionnel de santé. Ils prévoient en outre que l'Etat soutient les proches aidants, garantit le déficit des HUG et favorise la coordination entre tous les acteurs du système de santé. Sauf à travestir , comment interpréter un seul mot du texte constitutionnel comme étant une incitation à la privatisation de nos institutions de santé, dont la nouvelle constitution garantit fermement et clairement le caractère de droit public? Enfin, les responsables de l'Adepas devrait connaître les dispositions de la Loi fédérale sur l'assurance maladie: celles ci gèrent sur le plan légal le système suisse de santé, dont le concept est fédéral. Seule l'application en est cantonale, et les cantons ont l'obligation de conduire un système de santé public. L'affirmation est donc fausse et excessive. Mais tout ce qui est excessif est finalement insignifiant....

09:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

30/09/2012

Ueli Maurer

Pierre Maudet, il y a quelques mois, avait déclaré que le problème de l'Armée, c'était Ueli Maurer... Belle sentence, qui rend encore plus ces jours, après les dossiers du Gripen, des bicyclettes (sic), et des disques durs du Service de renseignement, une saveur consternante de réalisme et de vérité. Président du l'UDC avant son élection au Conseil fédéral, Ueli Maurer nous a donné l'image d'un chef de meute hyperactif, combatif, jouant souvent en fin stratège avec deux coups d'avance sur ses adversaires. Et là, on voit un personnage falot, qui observe et ne dit rien, laisse couler les dossiers et fais le dos rond. Collégialité et respect du consensus? Que nenni, juste la révélation éclatante d'une incapacité de conduire, de prendre des décisions , de trancher, voire de sévir. L'UDC avait qualifié le Conseiller fédéral Schmid de "demi Conseiller fédéral". Formule juste méchante, mais qui a fait mouche et est restée dans les mémoires. Dur à assumer si l'on constate qu'Ueli Maurer est alors, à la même aune, un quart de Conseiller fédéral...

18:58 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

28/09/2012

Clause du besoin

Enfin...Le conseil fédéral admet que les cantons, Genève en particulier, puissent introduire une clause du besoin pour les médecins.

Bien, mais pa ssuffisant...

Le parlement doit voter une disposition visant à introduire, pour les cantons, une disposition leur permettant de réguler le besoin de toutes les professions à charge de l'assurance maladie, afin de vraiment gérer ce secteur.

Le problème vient aussi du fait que les médecins belges et français, pour Genève, ne connaissent pas du tout notre système de santé et fournissent des renseignements faux à leurs patients.

Il faut donc leur imposer, et cela est compatible avec les accords sur la libre circulation, d'une part un séjour d'au moins cinq ans en hôpital public, et le suivi d'un cours sur notre système d'assurances.

Cette solution aurait trois avantages: fournir aux hôpitaux publics le personnel médival qui leur manque, réguler l'offre et informer correctement les médecins sur notre système de santé.

14:36 Publié dans Assurance maladie | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

27/09/2012

Votez oui à la Constitution 2012 le 14 octobre

Rencontre sympa hier dans le tram 15 entre Plainpalais et Uni Mail. Un jeune homme, manifestement étudiant en droit, dit à sa copine, en voyant les affiches du vote sur la Plaine, qu'il vote de toute façon non, comme d'hab...

Je lui dis que c'est une mauvaise idée et lui explique le maintien des acquis et les avancées, nombreuses.

Lui me rétorque, en juriste, que l'assemblée constituante n'a pas été capable, selon l'historien Lescaze, de transcire correctement, en langage héraldique usuel, la description exacte des armoiries. Je lui ai expliqué que le texte constitutionnel se voulait simple et abordable, ce que n'était pas le langage héraldique, et que la loi, ensuite, pourrait être plus précise.

Je crois que j'ai fait deux oui de plus...;-)

21:15 Publié dans Constitution 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

25/09/2012

Oui à la Constitution 2012

Notes de constituants

Lire la suite

22:33 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Domaine Public: OUI à la nouvelle constitution

Domaine Public du 25 septembre

Genève: un soutien de cœur et de raison à la nouvelle Constitution, par Thierry Tanquerel


Posted: 25 Sep 2012 01:47 AM PDT

Photo ouiconstitution2012.ch

Le projet de nouvelle Constitution genevoise mis au vote le 14 octobre souffre de son histoire et de sa complexité.

Il y a encore deux ans, le clivage gauche-droite au sein de l’Assemblée constituante était si marqué, l’exaspération des milieux progressistes si évidente, que tout semblait perdu. Puis, un peu miraculeusement, les choses ont changé. La droite a senti qu’un échec lui serait majoritairement imputé. Les provocations ont été retirées. Tous les acquis de la Constitution actuelle – égalité entre femmes et hommes, article antinucléaire, droit au logement notamment – ont été intégralement rétablis. Une patiente négociation a permis d’aboutir à un projet qui a recueilli une très large majorité de l’Assemblée. Malheureusement, comme les parties qui négociaient ne pouvaient prématurément abattre leurs cartes, le processus de rapprochement fut relativement discret et de nombreux citoyens sont restés sous l’impression négative de 2010.

Pour renverser cette impression, une connaissance suffisante du projet est nécessaire. Or, par définition, une Constitution est un texte assez long et complexe, même si chacun reconnaît que le projet est plus clair et plus lisible que la Constitution actuelle. Il est donc facile aux opposants d’avancer les interprétations les plus farfelues des nouvelles dispositions constitutionnelles, voire d’énoncer de flagrantes contrevérités.

D’un point de vue de gauche réformiste, le projet comporte de très nombreuses avancées. Il n’est pas possible d’en dresser ici la liste complète (voir néanmoins cette évaluation par thèmes de l’ensemble du projet). On n’en mentionnera que quelques-unes, parmi les plus importantes.

Le catalogue des droits fondamentaux va, sur plusieurs points, plus loin que celui de la Constitution fédérale, notamment en ce qui concerne les droits des personnes handicapées, le droit à un niveau de vie suffisant et le droit à un environnement sain. La participation démocratique est renforcée, par l’abaissement du nombre de signatures pour les initiatives législatives, l’introduction de féries pour les référendums, le principe des droits populaires intercommunaux ou encore la reconnaissance du rôle des associations. En matière financière, le principe de réserves anticycliques est ancré dans la Constitution. La politique de la mobilité reposera davantage sur les transports publics et la mobilité douce que sur le transport privé, qui perd son article spécifique. Un socle pérenne de logements sociaux sera créé et les communes qui construiront du logement seront aidées financièrement. Un accent fort est mis sur la formation, avec le droit à une formation initiale (et non seulement «un enseignement de base») publique et gratuite et une obligation de formation jusqu’à la majorité. La culture est reconnue dans la Constitution avec un article unique en Suisse, qui impose un engagement concret des pouvoirs publics. Enfin, la solidarité et la cohésion sociale sont au centre des tâches de l’Etat, avec entre autres la lutte contre les causes de la pauvreté, l’intégration des personnes vulnérables, la solidarité intergénérationnelle.

Bien sûr, des concessions ont dû être faites. La durée de la législature passera à cinq ans, ce qui ne convainc pas grand monde à gauche, mais n’est nullement catastrophique. Le nombre de signatures pour les référendums et les initiatives sera calculé en pourcentage du corps électoral, sur la base de la situation actuelle, sauf pour l’initiative législative, pour laquelle le seuil est fixé 30% plus bas qu’actuellement.

Par rapport aux attentes, les déceptions sont inévitables. L’organisation territoriale ne sera pas bouleversée, même si quelques dispositions intéressantes sur l’encouragement des fusions de communes et la collaboration intercommunale ont été introduites. Il n’y aura pas de quotas de résultat ou candidatures pour obliger les partis politiques à respecter la parité entre femmes et hommes pour les élections. Sur ces deux points, les espoirs étaient probablement exagérés. Il était d’emblée très difficile d’obtenir une majorité pour des progrès spectaculaires. Mais il n’y a aucun recul. La déception la plus évidente est le maintien du statu quo – légèrement amélioré en ce qui concerne l’éligibilité aux prud’hommes – en ce qui concerne les droits politiques des étrangers.

Au bilan, il n’y a aucun motif raisonnable de refuser ce projet qui, en comparaison intercantonale, est significativement novateur. Un rejet de mauvaise humeur, en raison des déceptions qui viennent d’être évoquées, entraînerait la perte de nombreuses avancées qui ne pourront absolument pas être rétablies par des révisions au cas par cas. Un refus tactique, en vue de créer un rapport de force plus favorable à la gauche est un non-sens. La droite populiste et réactionnaire combattant le projet, l’échec de celui-ci sera inévitablement interprété comme une volonté de statu quo rendant durablement plus difficile tout progrès constitutionnel.

La nouvelle Constitution ne mérite donc ni le rejet sectaire que lui oppose l’extrême gauche ni l’indifférence un peu snob que lui manifeste la Jeunesse socialiste. La raison et, au vu de la dimension sociale du texte, le cœur invitent à un soutien résolu.

 

12:02 Publié dans Constitution 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

20/09/2012

Constitution 2012: oui le 14 octobre

Toute campagne de votation donne lieu à des échanges, parfois vifs, souvent contradictoires. Il y a quelques années, ces échanges restaient dans les limites de la bienséance. Force est de constater que ces dernières années, trois phénomènes se manifestent: les textes d'initiative sont de moins en moins clairs et donnent lieu à de multiples interprétations (minarets, renvoi de criminels étrangers, initiative Weber...); les slogans et affiches sont carricaturaux, voire mensongers; les partisans ou opposants, en cas de défaite, ont systématiquement recours à la justice pour contester le résultat, quand ils ne le font pas pour contester la mise en place de la votation.

A cet égard, les affiches des groupements opposés à la Constitution sont explicites...

- Contratom refuse la constitution sous prétexte que le recours au nucléaire serait autorisé...Faux: il reste interdit comme actuellement

- l'ADEPA, association de défense des patients assurés, généralement très discrète quant à la défense des assurés genevois quant aux montants de leurs primes, prône le NON en prétextant une privatisation des services de santé...Faux, rien de tel n'est prévu. Au contraire, la constitution 2012 garantit l'accès aux soins pour tous, la liberté de choix du médecin et l'aide aux proches aidants

- 5 associations de pseudo défense des animaux refusent la constitution sous prétexte que celle ci réintroduit la chasse...Faux, la chasse demeure interdite

Et ce ne sont là que trois exemples...L'AVIVO et Solidarités, opposants de la première heure à toute modification constitutionnelle, multiplient les actions de destruction et font recours sur recours, et ce n'est pas fini...

Cuits et recuits dans l'amertume de leurs défaites successives, méprisants à l'égard des votes majoritaires qui les minorisent, ces groupements ne renoncent à rien pour faire échouer un projet novateur qui heurte leur caractère réactionnaire et conservateur.

Les constituants qui ont accepté le texte constitutionnel parient sur l'avenir, les opposants veulent le maintien du passé. Les tenants du OUI pensent global, et agissent local. Les opposants pensent local, et imaginent agir global.

Le peuple tranchera, et il a toujours raison...

10:19 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

13/09/2012

Constitution 2012: oui le 14 octobre

Le 14 octobre prochain, les citoyens du canton seront appelés à se prononcer sur le projet de nouvelle Constitution, texte adopté après 4 ans de travaux par la Constituante, à 75 % des membres présents de la Constituante. Chaque constituant, par thème, pouvait rédiger un texte bref sur un sujet de sa préférence, sous le chapeau "Quelles avancées pour Genève?".

Régulièrement, je publierai sur mon blog, de façon aléatoire et avec l'autorisation des auteurs, ces différents textes.

Lire la suite

18:17 Publié dans Constitution 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

10/09/2012

Constitution 2012: oui le 14 octobre

Le 14 octobre prochain, les citoyens du canton seront appelés à se prononcer sur le projet de nouvelle Constitution, texte adopté après 4 ans de travaux par la Constituante, à 75 % des membres présents de la Constituante. Chaque constituant, par thème, pouvait rédiger un texte bref sur un sujet de sa préférence, sous le chapeau "Quelles avancées pour Genève?".

Régulièrement, je publierai sur mon blog, de façon aléatoire et avec l'autorisation des auteurs, ces différents textes.

 

Lire la suite

10:38 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

09/09/2012

"Les assurés paient toujours trop"

On le savait, Bon à Savoir de septembre nous le confirme....

Lire la suite

12:46 Publié dans Assurance maladie | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Constitution 2012: oui le 14 octobre

Le 14 octobre prochain, les citoyens du canton seront appelés à se prononcer sur le projet de nouvelle Constitution, texte adopté après 4 ans de travaux par la Constituante, à 75 % des membres présents de la Constituante. Chaque constituant, par thème, pouvait rédiger un texte bref sur un sujet de sa préférence, sous le chapeau "Quelles avancées pour Genève?".

Régulièrement, je publierai sur mon blog, de façon aléatoire et avec l'autorisation des auteurs, ces différents textes.

Pour le surplus, rappelons que le texte du projet est disponible au lien suivant: http://www.ge.ch/constituante/doc/Projet_de_constitution_...

Lire la suite

11:04 Publié dans Constituante | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

08/09/2012

Ile rousseau

Petite promenade ce matin au bord du lac, avec un ami handicapé dont le poussais la chaise roulante.

Petit passage à l'Ile Rousseau, afin de voir le pavillon, et histoire de déguster une glace dans l'édicule rénové avec goût et meublé avec goût.

Il y a bien une rampe d'accès réservé aux handicapés pour visiter l'expo. Mais rien de tel pour l'accès à ce sympathique salon de thé à la carte attrayante et sympa, rien de comparable avec l'ancien bouge qui servait des horreurs.

Pas de rampe d'accès donc, sur un site pourtant récemment rénové. Et qui a eu la sotte idée de mettre sur l'Ile du gravier en lieu et place d'un dallage de pierres plates...Je mets cet imbécile rétrograde au défi de faire le tour de l'Ile en chaise roulante.

17:06 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

06/09/2012

Constitution 2012

http://www.youtube.com/watch?v=UoyPNJ78_4w&feature=player_embedded#t=5s

Lire la suite

16:30 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook