01/07/2014

Caisse publique: les requins

En 2007, avant la votation sur la caisse unique, et non publique à l'époque, le Conseiller fédéral Couchepin, dont on connaît les liens avec un assureur valaisan bien connu, déclarait: "Si le peuple accepte cette initiative, les assureurs feront tout pour piller les réserves".

Il admettait donc ainsi que les assureurs avaient le pouvoir de piller les réserves appartenant à leurs assurés et que l'OFSP n'était pas capable de contrôler ce fait...

Cela n'a pas changé, et si l'initiative du 28 septembre passe, ce point devra particulièrement surveillé....

20:09 Publié dans Assurance maladie | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

29/06/2014

La traversée de la rade: un naufrage

Durant la campagne électorale de l'été passé, l'UDC s'est réappropriée le projet de traversée de la rade (petite traversée parallèle au Pont du Mont Blanc et sous-lacustre), pour des raisons purement électoralistes et pour se rallier les voix des "tout à la bagnole".

Ce concept date du siècle passé et ne résoudra aucun problème de circulation à Genève. Mais au-delà de cet aspect passéiste et désormais inutile, ce projet devisé à 1 milliard 300 millions ( sans compter les dépassements et surcoûts habituels, donc au minimum 1 milliard 800 millions au total) aura pour seul effet de plomber les finances cantonales, déjà au plus mal.

En effet, l'initiative UDC exige la réalisation de cet ouvrage en six ans dès son acceptation par le peuple. Or, les investissements prévus par le Conseil d'Etat pour ces prochaines années se montent à environ 1 milliard 300 millions et certains ne peuvent plus attendre. Rénovations lourdes de cycles, de collèges, de l'Uni, route des Nations, extension du tram (en particulier vers Bernex), gare souterraine de Cornavin, et j'en passe...

L'effort financier demandé au canton pendant ces six années va reporter les investissements les plus urgents aux calendes grecques.

De surcroît, les projets d'investissement du Conseil d'Etat, pour la plupart, bénéficient d'ores et déjà de la manne fédérale qui, en cas de oui le 28 septembre, sera simplement supprimée et pas forcément reportée plus tard.

Cette initiative est un leurre, une tromperie, un mensonge. Elle est désuète, inadéquate et inutile. Plus grave, elle bloquerait pour plus de dix ans tout nouvel investissement de l'Etat dans des domaines prioritaires.

Lors d'un débat sur ce sujet devant l'assemblée des délégués du PDC, le député UDC Patrick Lussi, promoteur de cette initiative, à une question d'un délégué sur le financement, a répondu que les questions de financement n'étaient pas le problème de l'UDC, mais de l'Etat. ben voyons...

Pour un parti qui coupe systématiquement dans toutes les prestations - c'est son credo - la réponse est un peu courte...

15:43 Publié dans Votations cantonales | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

15/06/2014

"Traversons..."

Voici le slogan choisi par l'UDC pour son initiative sur la traversée de la rade - petite traversée, donc - sur laquelle nous voterons le 28 septembre.

Le ton est donné, puisque l'UDC a fait de cette traversée son slogan pour les dernières élections cantonales.

Le ton est donné, mais il date. Le choix d'un véhicule - vraisemblablement une coccinelle des années trente - montre bien et à l'envi que le choix d'une petite traversée aurait peut être  été une bonne idée dans les années trente à cinquante. Mais plus maintenant.

Son coût total, plus d'un milliard de francs, et son inutilité reconnue par de nombreux experts, font de ce projet un simple argument électoral et démagogique, juste bon à plomber le projet d'une vraie traversée, celle du lac.

La petite traversée de la rade ne résout en rien les problèmes de circulation et de transit en ville et ne constituerait qu'un aspirateur à voitures au centre, ce dont nous n'avons pas besoin.

De plus, ce projet va plomber nos finances cantonales, déjà bien mises à mal, et ne bénéficiera pas d'une aide fédérale.

Projet mal ficelé et coûteux, inutile, juste bon à flatter une base électorale bien affaiblie.

A refuser des deux mains, donc...!!

14:46 Publié dans Circulation et transport | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

01/06/2014

LAMal et caisse publique: le bonneteau des parlementaires

Le bonneteau est un jeu de dupes de l'ordre de l'escroquerie, proposé à à d'innocents badauds, en France depuis le XIV ème siècle, puis dans de nombreux pays.  Très répandu à Genève ces années passées, il a disparu grâce à l'action des forces de l'ordre et à la mobilisation de courageux citoyens.

Chacun a pu voir ce jeu dans lequel l'escroc déplace habilement et rapidement trois petites boîtes dont l'une cache une boule. Il s'agit pour l'innocent passant appâté de deviner quelle est la boîte qui cache la petite boule. Gagnant les première  ou duexième fois, le chaland se fait ensuite tordre et perd rapidement les mises qu'il a proposées.

C'est à ce même jeu que semblent s'adonner nos parlementaires fédéraux, membres de la commission de la santé du Conseil national, s'agissant de la loi sur la surveillance de l'assurance maladie (LSAMal). Ce texte, déjà adopté par par le Conseil des Etats, est coincé auprès de la Commission de la santé du Conseil national qui tarde à le boucler, grâce aux manoeuvres dilatoires du lobby des assureurs. Conséquence: le texte ne pourra pas être soumis au Conseil national réuni en plénière dès ce lundi 2 juin. Il sera donc reporté à la session de septembre et ce, vraisemblablement après la votation du 28 du même mois sur la caisse publique.

Or, un des arguments le plus souvent invoqué par les opposants à la caisse publique est justement le fait que l'application de cette loi sur la surveillance permettra à l'Office fédéral de la santé (OFSP) de mieux surveiller les caisses et d'éviter les dérapages du passé (primes trop élevées ou artificiellement baissées, réserves inadéquates et j'en passe...).

Si donc le texte n'est pas adopté avant le 28 septembre et si l'initiative pour une caisse publique est refusée par le peuple et les cantons, il y a fort à parier que le Parlement, mis sous pression par les assureurs, rejettera la LSAMal. On se retrouvera ainsi dans la situation actuelle, sans surveillance accrue et nécessaire des assureurs maladie, et le peuple, qui pensait miser sur la bonne boîte de bonneteau, aura perdu toute sa mise.

10:38 Publié dans Assurance maladie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

11/05/2014

Quai 9: 10 ans d'un savant équilibre...

A l'occasion du 10ème anniversaire du local d'injection Quai 9, le CE Mauro Poggia, revenant sur une position qu'il avait soutenue avec son parti, est déterminé à maintenir ce lieu d'injection proche de la gare.

Cette position doit être saluée car elle reflète bien le rôle du département de la santé qui a osé, il y a dix ans, créer et soutenir ce projet capital dans le domaine du traitement et du suivi des toxicomanes.

Rappel: la politique de la drogue dans notre pays, et en particulier à Genève, se base sur quatre piliers: prévention, répression, soins et réduction des risques.

En permettant à des toxicomanes de s'injecter les substances dont ils sont dépendants dans un lieu propre, dans des conditions d'hygiène et de salubrité optimales, avec les conseils de personnel médical et du matériel propre, Quai 9 répond aux objectifs thérapeutiques, de prévention et de réduction des risques de cette politique globale.

En association avec les autres partenaires, dont le voisinage et les forces de police, ce lieu répond aussi, ou du moins en accepte les contingences, aux nécessités de la répression.Cette situation est loin d'être facile à gérer, et ce pour tous les acteurs: la police ne peut admettre que Quai 9 soit un lieu de non droit et un endroit de "deal", ce qui est normal vu son devoir. Les voisins ont droit au respect et à la tranquillité, et les usagers de Quai 9 doivent pouvoir être reçus dans des conditions leur permettant ensuite un retour à une vie normale.

Peut-être que certains, à l'instar du MCG,  préfèrent exiler ce lieu de soins et d'accueil dans une zone industrielle ou aux HUG, mais ils oublient que la gare, et ses environs, bien sécurisés depuis, est le lieu idéal puisque,elle le centre de rencontres des toxicomanes et des dealers. Chasser Quai 9 du centre laisserait à l'abandon des gens en souffrance, à la santé compromise, au risque de répéter à terme les situations effroyables et dramatiques en terme de santé publique du Letten à Zürich.

Les lausannois ont refusé il y a quelques années un tel lieu d'injection, sans proposer d'alternative à cette population de malades et à ceux qui les encadrent, ou du moins qui essaient de le faire. Dommage, Genève, Zürich et Bâle rencontrent de beaux succès en la matière.

La position du Conseil d'Etat et celle du patron de la santé en la matière doit donc être saluée.

14:01 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

09/04/2014

Secret médical et détenus: la faute du Conseil d'Etat

Le Conseil d'Etat va soumettre prochainement au Grand Conseil un projet de loi modifiant la loi cantonale d'application du Code pénal suisse (CPS) et visant notamment à libérer du secret médical les professionnels de la santé intervenant en milieu carcéral, dans le contexte de l'évaluation du caractère dangereux d'une personne condamnée.

Ce projet s'inscrit dans la droite ligne des conséquences de l'affaire de la Pâquerette. 

Il sied de rappeler ici en premier lieu que rien, dans le rapport établi à la demande du Conseil d'Etat par Me Ziegler, ne met en exergue une corrélation entre la levée ou le maintien du secret médical et l'horrible meurtre qui s'est produit. Le rapport pointe essentiellement les défauts d'organisation et de fonctionnement qui sont apparus et qui se sont amplifiés depuis des années, teintés d'angélisme coupable considérant les détenus dangereux plus comme des "patients" que comme des personnes incarcérées.

Le secret médical est consacré depuis plus de deux mille ans dans les serments d'Hippocrate et d'Aviscène, puis dès 1949, dans le Serment de Genève, que tous les médecins prêtent au moment soit de l'obtention de leur diplôme, soit de leur adhésion à l'association cantonale.

Le secret protège le patient, au delà de son décès d'ailleurs, et est intangible. Il n'est toutefois pas absolu, puisqu'un professionnel de santé peut demander sa levée dans des cas bien particuliers (danger imminent par exemple). La commission qui donne son accord dans ces cas peut se réunir très rapidement et délibérer au plus vite, dans l'intérêt bien compris du patient et de ses proches.

Le détenu, dangereux ou non, n'est pas un sous-homme et ses droits fondamentaux doivent être respectés. Leur respect constitue la vitrine de l'attention que la société porte à tout être humain, fût il un criminel. Lever le secret automatiquement dans ces cas aura pour conséquence qu'aucun détenu ne se confiera plus à ses thérapeutes et qu'ainsi, aucun thérapeute ne pourra plus se prononcer en connaissance de cause.

D'autre part, les professionnels de santé ont montré leur pugnacité, au moment de l'entrée en vigueur de la LAMal, quant au respect strict du secret, que les assureurs trouvaient lourd à gérer sur le plan administratif. Le moindre coup de canif dans ce domaine suscitera les mêmes réactions et ouvre de surcroît la porte à tous les excès dans des domaines autres que carcéraux.

Enfin, cette disposition légale est clairement contraire au droit fédéral et ne saurait tout simplement pas être applicable.

Le Conseil d'Etat, emmené sur ce dossier par un ancien défenseur des assurés et des patients, partisan acharné du secret médical dans le passé, ne fait pas une simple erreur d'appréciation, il commet une faute, et grave.

16:48 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

23/03/2014

Et si CA Voiblet n'était pas suisse...?

Le Matin Dimanche épingle CAV, coordinateur romand de l'UDC et ancien président et secrétaire général du parti vaudois,  pour n'avoir pas déclaré aux assurances sociales la femme de ménage - étrangère bien entendu - employée au secrétariat de l'UDC.

Le sieur Voiblet affirme que la caisse de compensation du canton de Vaud lui aurait confirmé que pour un salaire inférieur à 2300 frs par année, une déclaration aux assurances sociales ne s'imposait pas.

Coïncidence: la semaine passée, le camarade de parti de Voiblet, Hans Fehr, proposait aux Chambres de modifier la LAVS en n'imposant pas les salaires inférieurs à 2300 frs par an.

Coïncidence encore, le même Hans Fehr avait été épinglé en son temps pour une affaire semblable de travail au noir...

Et coïncidence ultime: la semaine passée aussi, sous la coupole, l'UDC proposait de durcir la procédure de renvoi des criminels étrangers en y incluant les délits commis aux dépens des assurances sociales...

Il y a quand même quelque chose de berlusconien, chez ces gens là....Mais bon, même lui a fini par devoir partir.

15:05 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

16/03/2014

Pharmacie en ligne

Le Matin Dimanche consacre une page ce jour au développement incessant des pharmacies en ligne, permettant, à l'instar de la pharmacie "zur Rose", de commander en ligne les médicaments non soumis à ordonnance.

De nombreux sites du même type existent déjà, permettant en particulier de commander des médicaments, y compris ceux prescrits sur ordonnance. Certains d'entre eux, afin de se procurer un vernis de sérieux, proposent aux futurs clients de remplir un questionnaire "médical", dont les auteurs nous disent qu'il sera examiné de façon scrupuleuse par un médecin.

Comment cependant croire à ces affirmations et à la pertinence des déclarations d'un client soucieux de se commander du viagra ou des anti-dépresseurs en ligne, sans passer par une consultation réelle avec un médecin, le cas échéant sur la base d'analyses sérieuses?

"zur Rose" en fait pourtant une ligne de sa défense et de son sérieux. En effet, elle utilise le même type de questionnaire afin de vérifier l'état de santé du client et son aptitude à recevoir des médicaments. Encore une fois, une simple déclaration unilatérale du client ne saurait, à notre avis, justifier la livraison de médicaments. Le passage chez un médecin, ou à tout le moins à l'officine du pharmacien le plus proche reste le meilleur moyen de se médiquer sans danger.

Mais le problème est ailleurs: "zur Rose", pharmacie autorisée dans le canton d'Argovie, livre à domicile des médicaments sur prescription médicale. Gain de temps, rabais aux patients et avantages consentis aux médecins qui utilisent ce service. Douteux sur le plan légal, hautement condamnable sur le plan éthique.

Le plus grave, ce système présenté comme pratique et bon marché par "zur Rose", n'offre aucune garantie quant à l'efficacité de la livraison: retards dans les envois, perte de colis, rupture de la chaîne du froid, nous en passons et des meilleures.

Rien ne remplace en la matière le conseil personnalisé du professionnel de santé et ses compétences. Nous sommes en Suisse largement pourvus en médecins et pharmaciens pour privilégier ce contact direct, plutôt que les dangers inhérents à des commandes en ligne sous prétexte d'économies peu convaincantes.

 

14:03 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook

16/02/2014

Bruxelles sait où ça fait mal...

http://www.tdg.ch/suisse/bruxelles-gele-participation-suisse-programme-recherche/story/13242267

Lire la suite

22:51 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook

12/02/2014

Droit de vote et d'éligibilité des étrangers

Cette fin de semaine, le Grand Conseil devra se prononcer sur une proposition des Verts visant à octroyer les droits de vote et d'éligibilité sur les plans communal et cantonal après 5 ans de résidence, pour les étrangers. 

Cette proposition avait déjà fait l'objet de discussions vives et controversées au sein de l'Assemblée Constituante, qui a fini par se contenter d'un compromis en maintenant la situation actuelle, soit le droit de vote sur le plan communal après 8 ans de résidence.

Un délai d'attente de 5 ans, qui plus est aussi sur le plan cantonal, est voué à l'échec.

C'est pourquoi, lors de ce prochain débat, le PDC déposera un amendement, visant à octroyer un droit de vote et d'éligibilité aux communiers après 8 ans de résidence. Nous partons en effet du principe que les droits de vote et d'éligibilité ne peuvent pas être dissociés et que cette mise à niveau serait bienvenue.

Mais la majorité est loin d'être acquise. PLR, UDC et MCG sont contre cette solution, et ils représentent une confortable majorité. Reste à espérer quelques abstentions dans leurs rangs, notamment de la part d'anciens Constituants qui ont fait des promesses dans ce sens.

16:00 Publié dans Constitution 2012 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

10/02/2014

Les verts sont ils solubles dans la raison?

Le projet du parking de Rive, les Clés de Rive, aura pour conséquence un piétonisation de toute la zone adjacente. Nous aurons enfin un carrefour de Rive convivial et propice aux piétons et aux transports publics.

A l'heure actuelle, à Rive, les bus, les trams, les véhicules privés et les piétons se partagent un espace restreint, encombré et manifestement ingérable.

Dans toutes les grandes villes d'Europe, les zones piétonnes sont ceinturées de parkings souterrains, dans le seul et simple but de mettre les voitures en sous-sol, les piétons en surface, en supprimant les places de surface et en obligeant les véhicules privés de se parquer en sous-sol.

Manifestement, les Verts, les socialistes et l'ATE n'ont pas encore compris cette équation pourtant simple: les zones de surface aux piétons, les parkings souterrains aux voitures.

La Vieille Ville de Lausanne est piétonne, elle est vive et active, parce que ses parkings souterrains sont nombreux.

Si ces groupements et partis comprennent ce problème, nous aurons enfin la paix tant souhaitée des transports...

15:55 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

09/02/2014

La honte

C'est un dimanche noir, pour reprendre les termes de Jean-Pascal Delamuraz à l'issue du scrutin sur l'EEE.

Et on se retrouve dans une situation de fermeture et d'exclusion, marquée encore une fois par le fossé entre alémaniques et romands.

Ce qui vient de se passer me navre et me fait honte. Mais je continue de croire dans notre système de démocratie directe.
Le vote sur l'initiative UDC montre:
- que les pouvoirs publics ont minimisé l'impact psychologique de la libre circulation des personnes
- que les autorités ont failli en ne prenant pas les mesures d'accompagnement nécessaires en matière d'emploi, de logement et de mobilité
- que dans ces domaines, nous avons un retard de trente ans, sur un champ laissé libre à quelques patrons et bailleurs malhonnêtes et peu scrupuleux.

Le libéralisme pur et dur a ses limites, et le fait de ne pas intervenir dans des domaines aussi sensibles montre ses limites.

Les conséquences seront lourdes, et difficiles à assumer pour l'avenir. L'UDC et ses partisans - dont les grands patrons travaillent essentiellement avec les pays de l'UE - devront en assumer les conséquences et proposer des solutions.

17:46 Publié dans Votations fédérales | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook

12/01/2014

L'immigration massive selon l'UDC

Le 9 février prochain, nous voterons sur l'initiative de l'UDC "contre l'immigration massive". Au delà du fait que cette initiative contrevient aux accords internationaux signés par la Suisse, notamment ceux concernant la libre circulation des personnes. Celle-ci a notamment pour avantage de permettre à notre pays de bénéficier de compétences intellectuelles dont nous avons besoin. En effet, selon les chiffres de l'Office fédéral de la statistique (OFS), la grande majorité des migrants sont titulaires d'un diplôme universitaire.

Les opposants à l'initiative, dont je suis, mettent particulièrement en avant les avantages que procure cette immigration à l'économie de notre pays. Certes, cet élément doit être pris en compte. Mais cette vision purement économiciste est quelque peu réductrice et ne tient pas compte d'autres composantes.

Sur la question de la formation d'abord, l'OFS estime qu'en 2018 la part de la population étrangère diplômée du tertiaire pourrait atteindre 48% contre 46% pour les suisses. Ce chiffre de 48% monte encore si l'on tient compte des suisses d'origine étrangère. Les étrangers sont désormais, en tout cas, aussi bien formés que les suisses. Les écarts risquent même de se creuser si la tendance actuelle se poursuit : actuellement, une forte majorité des nouveaux migrants sont diplômés du tertiaire.

Sur le plan du sport ensuite, on constate que notre équipe de football a été qualifiée pour le Mondial grâce à un entraîneur allemand et des joueurs majoritairement naturalisés. Parlons aussi des Jakub Hlasek et Stan Wawrinka en tennis, sans aborder la longue liste d'autres sportifs. Autre exemple, l'équipe qui a construit Alinghi était constituée de personnes de 17 nationalités.

Sur le plan de la culture enfin, on rappellera entre autres que le seul réalisateur de cinéma suisse nominé trois fois de suite à Cannes est Basil Da Cunha, d'origine portugaise...

Pour toutes ces raisons, et en nous souvenant que dans ce pays nous sommes quasiment tous des étrangers d'origine, cette initiative malsaine doit être refusée.

 

14:06 Publié dans Votations fédérales | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook

03/01/2014

Un service citoyen

http://www.tdg.ch/suisse/Et-si-la-Suisse-instaurait-un-service-citoyen-obligatoire/story/17507449

Lire la suite

18:23 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

18/12/2013

Assurance maladie et protection des données: dix ans de laxisme

"Berne, 18.12.2013 - Dans bon nombre de domaines, les assureurs-maladie ont amélioré la sécurité et la protection des données des patients ; les dernières lacunes doivent être comblées au plus vite. D'ici cinq ans au plus, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) examinera une nouvelle fois si les données sensibles des patients sont suffisamment protégées chez les assureurs-maladie. Le Conseil fédéral a également transmis au Parlement deux projets de loi qui permettront de mieux protéger les données des patients."

Lire la suite

17:54 Publié dans Assurance maladie | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook