14/09/2014

La montée des extrêmes

http://www.tdg.ch/suisse/Pour-Christian-Levrat-l-UDC-est-sur-la-voie-du-fascisme/story/15025417 

Je ne partage que rarement les positions de Monsieur Levrat, mais là, je pense qu'il a raison...

L'UDC est le premier parti de Suisse, et sa légitimité électorale doit être respectée...

L'analyse de C.Levrat est correcte, et il faut l'étendre aux autres partis extrémistes, comme le MCG à Genève.

L'UDC et le MCG sont des partis fascisants, qui drainent leur électorat par leur populisme et leur haine de l'autre. Crainte de l'autre, haine de l'étranger, cela doit être dénoncé.

Quand ces partis se sont attaqués aux accords internationaux, je n'ai rien dit.

Quand ils se sont attaqué aux frontaliers , je me suis tu.

Quand ils m'ont m'ont attaqué , c était trop tard...

Genève, et la Suisse, ont une tradition d'accueil et de réception reconnues sur le plan international. Nous sommes, à Genève, tous des étrangers immigrés.

Le nier est une hérésie. Il faut ostraciser ces partis populistes et xénophobes, il faut expliquer à nos électeurs que la prospérité se construit sur la région et non sur le canton et la préférence cantonale.

 

 

23:29 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

13/09/2014

Caisse publique: nouveau paradoxe mensonger

Les opposants à la caisse publique, en particulier les assureurs dont les affiches - payées par nos primes - fleurissent sur tous les murs et dans tous les journaux, prétendent que la caisse publique va supprimer le libre choix du médecin pour les patients. Ce qui est totalement faux, si on lit bien le texte de l'initiative.

Parallèlement, un conseiller national UDC, membre du conseil d'administration du Groupe Mutuel, a déposé aux Chambres fédérales une motion - donc avec effet contraignant - demandant la fin de l'obligation de contracter. Sous ce vocable un peu obscur se cache la définition suivante: le droit pour les assureurs de choisir les médecins dont ils acceptent de rembourser les prestations et ce, sur le seul critère économique.

Donc, cela signifie que les médecins traitant des cas coûteux - malades chroniques, âgés, atteints de maladies graves et coûteuses - ne verront pas leurs prestations remboursées.

L'initiative pour la caisse publique garantit le libre choix du médecin.

Une fois de plus, les assureurs mentent et jouent un double jeu afin de préserver leurs seuls intérêts.

Mais les votants, qui sont aussi des assurés, n'accepteront pas de se laisser avoir une fois de plus.

De plus, le Conseil fédéral a enfin édicté l'ordonnance permettant le remboursement aux assurés des primes trop perçues depuis 2005. 800 millions de francs seront ainsi remboursés, alors que le montant réel trop perçu se monte à un milliard 600 millions. Et les assureurs n'y contribuent que pour moitié, alors qu'ils sont les seuls coupables.

La caisse publique ne permettra plus ces magouilles, donc votez OUI le 28 septembre.

20:18 Publié dans Assurance maladie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

09/09/2014

Les errements du TCS

Il y a encore quelques mois le TCS assurait aux députés que la petite traversée de la Rade  "n’éloigne pas suffisamment le trafic routier du centre-ville”.

Puis, à la suite d' un retournement incompréhensible de veste, il prône le soutien inconditionnel à la traversée de la rade (petite traversée),  même si le projet est mauvais et hors de prix, même si son acceptation enterrerait définitivement la grande traversée, la seule dont Genève a vraiment besoin !

Ensuite, le TCS publie une étude, dont on ne peut connaître que les conclusions. Impossible de vérifier ou de reproduire les formules, pas plus que le processus scientifique ayant amené au résultat ! On peut facilement penser que c’est une étude dont on connaissait les résultats d’avance !

On remarquera sur ce point que le Conseil d'Etat, lui, a clairement informé sur tous les points et a publié tous ses chiffres en toute transparence.

De surcroît, je suis stupéfait de voir le rouleau compresseur publicitaire mis en place par le TCS et autres partisans de cette petite traversée autant inutile que coûteuse.

 

 

 

18:19 Publié dans Circulation et transport | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

31/08/2014

La fiabilité des assureurs maladie ...

Depuis le 1er janvier 2011, le nouveau financement hospitalier a imposé aux cantons de subventionner aussi les hospitalisations en milieu privé. Ce financement, réglé par des contrats de prestations passés entre gouvernements cantonaux et cliniques privées, représente bon an mal an, depuis 2011, plus d'un milliard de francs à la charge des cantons et au bénéfice des assureurs maladie qui pratiquent l'assurance complémentaire privée. Je m'étonnais dans un précédent billet sur ce blog que lesdits assureurs n'aient pas, vu les circonstances, revu leurs contrats et procédé à des baisses de primes dans le secteur privé.

Il y a quelques jours - soit trois ans après l'introduction du nouveau système - mon assureur m'a annoncé une baisse de ma prime d'hospitalisation privée.

Que cette annonce intervienne à peine un mois avant la votation du 28 septembre sur la caisse publique est bien entendu une pure coïncidence et ne saurait faire l'objet du moindre soupçon publicitaire avant cette importante échéance...

17:59 Publié dans Assurance maladie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

29/08/2014

Traversée de la rade: l'initiative UDC est un plouf

Le projet de l'UDC va coûter 1 milliard 300 millions, pour rien...

Imaginez...: 1 milliard 300 millions, ce sont1'300'000 billets de mille francs que vos pourriez aligner sur les 250 mètres du Pont du Mont Blanc...Et avec le vent, ce sont 1'300'000 billets de mille qui vont passer dans le lac, sans effet aucun sur la circulation, sauf un enlaidissement de notre rade et un impact zéro sur la circulation, sauf une concentration au centre...

Dites, la circulation sur la grande traversée, c'est pas mieux?

22:20 Publié dans Circulation et transport | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

24/08/2014

Caisse publique, que de contre vérités....

Surprenant, de voir la propagande des assureurs maladie militant pour le "Non à la caisse publique" en utilisant, contre l'avis du Conseil fédéral, leurs journaux internes et leur "newsletters" pour convaincre leurs assurés.

Pas si étonnant quand on réalise les enjeux financiers: chasse aux bons risques, peu de contrôle des réserves, technique d'appel en assurance de base afin de vendre des produits d'assurance complémentaire dans tous les secteurs (personnes et choses).

Contrairement à ce qui est affirmé:

OUI, les modèles alternatifs d'assurance (réseaux, médecins de famille etc....) pourront être conservés.

OUI, des économies pourront être réalisées, entre 200 à 300 millions relatifs aux frais administratifs dûs aux changements de caisse chaque année pour environ 1 million d'assurés.

OUI, des économies sont possibles puisque les frais de publicité ne seront plus nécessaires (de 400 à 500 millions).

NON, le libre choix du médecin par l'assuré ne sera pas supprimé.

NON, les primes ne sont pas plus chères, mais elles ne baisseront pas tant que notre démographie continuera d'évoluer  comme maintenant.

OUI,  le choix d'une complémentaire reste acquis, pour chacun comme à l'heure actuelle.

En outre, une autre question se pose: si l'initiative passe le 28 septembre, il est prévu qu'elle soit mise en application en trois ans. L'OFSP sera-t-il apte à contrôler, pendant cette période, l'utilisation des réserves et les flux financiers des assureurs? Ces derniers ont certainement un plan B, et cela devra être strictement contrôlé.

15:27 Publié dans Assurance maladie | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

15/07/2014

Un geste insultant...

http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/primes-payees-seule-petite-moitie-rendue-geneve/story/18527797

Lire la suite

14:09 Publié dans Votations fédérales | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

10/07/2014

La caisse publique contre la pseudo-concurrence

Les caisses, leurs lobbies et les grands défenseurs du libéralisme à outrance arguent que la concurrence est saine et que la caisse publique n’est qu’une  intervention de plus de l’Etat. Les mêmes refrains défendant le libéralisme se répètent mais ne posent pas la vraie question.

Les caisses maladie privées, dont on en dénombre près de 60, se livrent-elles à une « saine » concurrence ? En réalité, c’est tout le contraire.  Le seul mécanisme de concurrence auquel se livrent les caisses, c’est celui de la « chasse aux bons risques ».

Voilà comment cela fonctionne : pour pouvoir proposer des primes plus basses et ainsi devenir plus intéressante sur le marché de la concurrence, une caisse-maladie va chercher les jeunes en bonne santé. Plus elle a de jeunes (les fameux « bons risques »), moins la caisse doit dépenser d’argent dans les traitements. Cela lui permet donc de baisser ses primes. Les caisses gérant beaucoup de « mauvais risques », les personnes âgées et les malades chroniques,  doivent, elles, augmenter leurs primes. 

De ce fait, personne ne veut de ces assurés-là qui, en coûtant cher, empêchent les caisses de baisser leurs primes et les rendent donc moins concurrentielles. S’il y a donc bien une certaine concurrence entre les caisses, celle-ci ne porte pas sur la qualité et le prix des traitements des patientes et des patients, mais seulement sur l’acquisition des assuré-e-s présentant des « bons risques ».

Cette pseudo-concurrence est malsaine puisque ceux qui ont besoin de traitements sont boycottés par les caisses privées. C’est pourquoi il faut impérativement arrêter cette aberration et opter pour seule caisse, pour véritablement se concentrer sur la qualité des soins.

 

18:18 Publié dans Assurance maladie | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

03/07/2014

Policiers en civil: poulets déplumés?

Le député Boris Calame a exprimé sur son blog ses rêveries, notamment celle de distribuer dans la rue des brassards "Police" à tout un chacun. On apprenait hier, de surcroît, qu'une cliente d'un supermarché avait appelé la centrale d'alarme de la police, paniquée par la présence dans le dit centre d'une femme armée. Vérification faite, la dame armée était bien une policière, armée car en service.

Il y  a un peu plus de deux semaines, je circulais à vélo, dans les rues basses, de Bel Air à Rive. Je me suis fait arrêter au milieu de mon trajet par un mec en polo (douteux, le polo...), short, sandales et ceinture de charge abondamment garnie.

Il me signale que la circulation des cyclistes est prohibée sur ce tronçon, ce à quoi je réponds d'abord qu'elle est tolérée. Que nenni, rétorque le mec, vous êtes amendable. A ce moment, je lui demande de quel droit et à quel titre il m'interpelle. Il me montre un brassard orange, et me dit qu'il est policier.

Pour moi, un brassard ne veut rien dire, on en trouve partout. Je lui alors demandé sa plaque, ou sa carte d'identité. Il a refusé, et je suis parti. Pas de suite...

La grève de l'uniforme des policiers est en train de les dévaloriser à un point qu'ils sous-estiment gravement.

17:12 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

01/07/2014

Caisse publique: les requins

En 2007, avant la votation sur la caisse unique, et non publique à l'époque, le Conseiller fédéral Couchepin, dont on connaît les liens avec un assureur valaisan bien connu, déclarait: "Si le peuple accepte cette initiative, les assureurs feront tout pour piller les réserves".

Il admettait donc ainsi que les assureurs avaient le pouvoir de piller les réserves appartenant à leurs assurés et que l'OFSP n'était pas capable de contrôler ce fait...

Cela n'a pas changé, et si l'initiative du 28 septembre passe, ce point devra particulièrement surveillé....

20:09 Publié dans Assurance maladie | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

29/06/2014

La traversée de la rade: un naufrage

Durant la campagne électorale de l'été passé, l'UDC s'est réappropriée le projet de traversée de la rade (petite traversée parallèle au Pont du Mont Blanc et sous-lacustre), pour des raisons purement électoralistes et pour se rallier les voix des "tout à la bagnole".

Ce concept date du siècle passé et ne résoudra aucun problème de circulation à Genève. Mais au-delà de cet aspect passéiste et désormais inutile, ce projet devisé à 1 milliard 300 millions ( sans compter les dépassements et surcoûts habituels, donc au minimum 1 milliard 800 millions au total) aura pour seul effet de plomber les finances cantonales, déjà au plus mal.

En effet, l'initiative UDC exige la réalisation de cet ouvrage en six ans dès son acceptation par le peuple. Or, les investissements prévus par le Conseil d'Etat pour ces prochaines années se montent à environ 1 milliard 300 millions et certains ne peuvent plus attendre. Rénovations lourdes de cycles, de collèges, de l'Uni, route des Nations, extension du tram (en particulier vers Bernex), gare souterraine de Cornavin, et j'en passe...

L'effort financier demandé au canton pendant ces six années va reporter les investissements les plus urgents aux calendes grecques.

De surcroît, les projets d'investissement du Conseil d'Etat, pour la plupart, bénéficient d'ores et déjà de la manne fédérale qui, en cas de oui le 28 septembre, sera simplement supprimée et pas forcément reportée plus tard.

Cette initiative est un leurre, une tromperie, un mensonge. Elle est désuète, inadéquate et inutile. Plus grave, elle bloquerait pour plus de dix ans tout nouvel investissement de l'Etat dans des domaines prioritaires.

Lors d'un débat sur ce sujet devant l'assemblée des délégués du PDC, le député UDC Patrick Lussi, promoteur de cette initiative, à une question d'un délégué sur le financement, a répondu que les questions de financement n'étaient pas le problème de l'UDC, mais de l'Etat. ben voyons...

Pour un parti qui coupe systématiquement dans toutes les prestations - c'est son credo - la réponse est un peu courte...

15:43 Publié dans Votations cantonales | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

15/06/2014

"Traversons..."

Voici le slogan choisi par l'UDC pour son initiative sur la traversée de la rade - petite traversée, donc - sur laquelle nous voterons le 28 septembre.

Le ton est donné, puisque l'UDC a fait de cette traversée son slogan pour les dernières élections cantonales.

Le ton est donné, mais il date. Le choix d'un véhicule - vraisemblablement une coccinelle des années trente - montre bien et à l'envi que le choix d'une petite traversée aurait peut être  été une bonne idée dans les années trente à cinquante. Mais plus maintenant.

Son coût total, plus d'un milliard de francs, et son inutilité reconnue par de nombreux experts, font de ce projet un simple argument électoral et démagogique, juste bon à plomber le projet d'une vraie traversée, celle du lac.

La petite traversée de la rade ne résout en rien les problèmes de circulation et de transit en ville et ne constituerait qu'un aspirateur à voitures au centre, ce dont nous n'avons pas besoin.

De plus, ce projet va plomber nos finances cantonales, déjà bien mises à mal, et ne bénéficiera pas d'une aide fédérale.

Projet mal ficelé et coûteux, inutile, juste bon à flatter une base électorale bien affaiblie.

A refuser des deux mains, donc...!!

14:46 Publié dans Circulation et transport | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

01/06/2014

LAMal et caisse publique: le bonneteau des parlementaires

Le bonneteau est un jeu de dupes de l'ordre de l'escroquerie, proposé à à d'innocents badauds, en France depuis le XIV ème siècle, puis dans de nombreux pays.  Très répandu à Genève ces années passées, il a disparu grâce à l'action des forces de l'ordre et à la mobilisation de courageux citoyens.

Chacun a pu voir ce jeu dans lequel l'escroc déplace habilement et rapidement trois petites boîtes dont l'une cache une boule. Il s'agit pour l'innocent passant appâté de deviner quelle est la boîte qui cache la petite boule. Gagnant les première  ou duexième fois, le chaland se fait ensuite tordre et perd rapidement les mises qu'il a proposées.

C'est à ce même jeu que semblent s'adonner nos parlementaires fédéraux, membres de la commission de la santé du Conseil national, s'agissant de la loi sur la surveillance de l'assurance maladie (LSAMal). Ce texte, déjà adopté par par le Conseil des Etats, est coincé auprès de la Commission de la santé du Conseil national qui tarde à le boucler, grâce aux manoeuvres dilatoires du lobby des assureurs. Conséquence: le texte ne pourra pas être soumis au Conseil national réuni en plénière dès ce lundi 2 juin. Il sera donc reporté à la session de septembre et ce, vraisemblablement après la votation du 28 du même mois sur la caisse publique.

Or, un des arguments le plus souvent invoqué par les opposants à la caisse publique est justement le fait que l'application de cette loi sur la surveillance permettra à l'Office fédéral de la santé (OFSP) de mieux surveiller les caisses et d'éviter les dérapages du passé (primes trop élevées ou artificiellement baissées, réserves inadéquates et j'en passe...).

Si donc le texte n'est pas adopté avant le 28 septembre et si l'initiative pour une caisse publique est refusée par le peuple et les cantons, il y a fort à parier que le Parlement, mis sous pression par les assureurs, rejettera la LSAMal. On se retrouvera ainsi dans la situation actuelle, sans surveillance accrue et nécessaire des assureurs maladie, et le peuple, qui pensait miser sur la bonne boîte de bonneteau, aura perdu toute sa mise.

10:38 Publié dans Assurance maladie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

11/05/2014

Quai 9: 10 ans d'un savant équilibre...

A l'occasion du 10ème anniversaire du local d'injection Quai 9, le CE Mauro Poggia, revenant sur une position qu'il avait soutenue avec son parti, est déterminé à maintenir ce lieu d'injection proche de la gare.

Cette position doit être saluée car elle reflète bien le rôle du département de la santé qui a osé, il y a dix ans, créer et soutenir ce projet capital dans le domaine du traitement et du suivi des toxicomanes.

Rappel: la politique de la drogue dans notre pays, et en particulier à Genève, se base sur quatre piliers: prévention, répression, soins et réduction des risques.

En permettant à des toxicomanes de s'injecter les substances dont ils sont dépendants dans un lieu propre, dans des conditions d'hygiène et de salubrité optimales, avec les conseils de personnel médical et du matériel propre, Quai 9 répond aux objectifs thérapeutiques, de prévention et de réduction des risques de cette politique globale.

En association avec les autres partenaires, dont le voisinage et les forces de police, ce lieu répond aussi, ou du moins en accepte les contingences, aux nécessités de la répression.Cette situation est loin d'être facile à gérer, et ce pour tous les acteurs: la police ne peut admettre que Quai 9 soit un lieu de non droit et un endroit de "deal", ce qui est normal vu son devoir. Les voisins ont droit au respect et à la tranquillité, et les usagers de Quai 9 doivent pouvoir être reçus dans des conditions leur permettant ensuite un retour à une vie normale.

Peut-être que certains, à l'instar du MCG,  préfèrent exiler ce lieu de soins et d'accueil dans une zone industrielle ou aux HUG, mais ils oublient que la gare, et ses environs, bien sécurisés depuis, est le lieu idéal puisque,elle le centre de rencontres des toxicomanes et des dealers. Chasser Quai 9 du centre laisserait à l'abandon des gens en souffrance, à la santé compromise, au risque de répéter à terme les situations effroyables et dramatiques en terme de santé publique du Letten à Zürich.

Les lausannois ont refusé il y a quelques années un tel lieu d'injection, sans proposer d'alternative à cette population de malades et à ceux qui les encadrent, ou du moins qui essaient de le faire. Dommage, Genève, Zürich et Bâle rencontrent de beaux succès en la matière.

La position du Conseil d'Etat et celle du patron de la santé en la matière doit donc être saluée.

14:01 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

09/04/2014

Secret médical et détenus: la faute du Conseil d'Etat

Le Conseil d'Etat va soumettre prochainement au Grand Conseil un projet de loi modifiant la loi cantonale d'application du Code pénal suisse (CPS) et visant notamment à libérer du secret médical les professionnels de la santé intervenant en milieu carcéral, dans le contexte de l'évaluation du caractère dangereux d'une personne condamnée.

Ce projet s'inscrit dans la droite ligne des conséquences de l'affaire de la Pâquerette. 

Il sied de rappeler ici en premier lieu que rien, dans le rapport établi à la demande du Conseil d'Etat par Me Ziegler, ne met en exergue une corrélation entre la levée ou le maintien du secret médical et l'horrible meurtre qui s'est produit. Le rapport pointe essentiellement les défauts d'organisation et de fonctionnement qui sont apparus et qui se sont amplifiés depuis des années, teintés d'angélisme coupable considérant les détenus dangereux plus comme des "patients" que comme des personnes incarcérées.

Le secret médical est consacré depuis plus de deux mille ans dans les serments d'Hippocrate et d'Aviscène, puis dès 1949, dans le Serment de Genève, que tous les médecins prêtent au moment soit de l'obtention de leur diplôme, soit de leur adhésion à l'association cantonale.

Le secret protège le patient, au delà de son décès d'ailleurs, et est intangible. Il n'est toutefois pas absolu, puisqu'un professionnel de santé peut demander sa levée dans des cas bien particuliers (danger imminent par exemple). La commission qui donne son accord dans ces cas peut se réunir très rapidement et délibérer au plus vite, dans l'intérêt bien compris du patient et de ses proches.

Le détenu, dangereux ou non, n'est pas un sous-homme et ses droits fondamentaux doivent être respectés. Leur respect constitue la vitrine de l'attention que la société porte à tout être humain, fût il un criminel. Lever le secret automatiquement dans ces cas aura pour conséquence qu'aucun détenu ne se confiera plus à ses thérapeutes et qu'ainsi, aucun thérapeute ne pourra plus se prononcer en connaissance de cause.

D'autre part, les professionnels de santé ont montré leur pugnacité, au moment de l'entrée en vigueur de la LAMal, quant au respect strict du secret, que les assureurs trouvaient lourd à gérer sur le plan administratif. Le moindre coup de canif dans ce domaine suscitera les mêmes réactions et ouvre de surcroît la porte à tous les excès dans des domaines autres que carcéraux.

Enfin, cette disposition légale est clairement contraire au droit fédéral et ne saurait tout simplement pas être applicable.

Le Conseil d'Etat, emmené sur ce dossier par un ancien défenseur des assurés et des patients, partisan acharné du secret médical dans le passé, ne fait pas une simple erreur d'appréciation, il commet une faute, et grave.

16:48 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook