01/12/2014

La grève des TPG EST illégale

Nouvelle Constitution genevoise

Art. 36 Liberté syndicale 
1 La liberté syndicale est garantie. 
2 Nul ne doit subir de préjudice du fait de son appartenance ou de son activité syndicale. 
3 L’information syndicale est accessible sur les lieux de travail. 
4 Les conflits sont réglés en priorité par la négociation ou la médiation. 

Il n'y a pas eu, jusqu'à présent, de négociation, pas plus que de médiation. Or, la grève est une "ultima ratio"qui ne doit être utilisée que lorsque toutes les négociations ou une éventuelle médiation ont échoué.

De plus, si une personne syndiquée, ou non, ne souhaite pas se joindre au mouvement, la liberté syndicale implique qu'elle ne soit pas soumise à des pressions de la part des grévistes, ce qui a pourtant bien été le cas lors de la grève des TPG.

Art. 37 Droit de grève 
1 Le droit de grève et le droit de mise à pied collective sont garantis s’ils se rapportent aux relations de travail et sont conformes aux obligations de préserver la paix du travail ou de recourir à une conciliation. 
2 La loi peut interdire le recours à la grève à certaines catégories de personnes ou limiter son emploi afin d’assurer un service minimum. 

Une grève, dite "préventive" ne se rapporte pas aux conditions actuelles de travail, dans ce cas précis, puisqu'elle invoque des licenciements dont personne n'est sûr et, qui plus est, qui interviendraient seulement en 2016. Elle n'est pas, toujours dans le cas des TPG, conforme à l'obligation de préserver la paix du travail.

Cette grève, préventive et sans tentative de négociation entre les syndicats et les TPG, en particulier de sa direction ou de son CA, est donc illégale. De ce fait, les auteurs doivent être sanctionnées.

La prise en otage de la population, de même que les pressions exercées sur les députés, ne feront pas changer d'avis ces derniers.Ce mouvement, en plus d'être illégal, est encore et surtout contre productif...

17:50 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

14/10/2014

La chienlit....

Je suis pour le moins stupéfait et atterré par la décision du Bureau du Grand Conseil de n'infliger aucune sanction à Eric Stauffer. Ainsi, un députer peut impunément:


- prendre la parole sans la demander
- hurler et invectiver ses collègues depuis sa place de deuxième vice-président du Grand Conseil
- faire étalage de son incivilité et de sa mauvaise éducation
- occuper le centre de la salle de délibérations entouré de sa garde prétorienne
- mépriser les institutions et les fouler au pied
- refuser toutes les injonctions du Président du Grand Conseil
- participer au vote concernant la proposition de sanctions contre lui.


L'UDC a soutenu Stauffer, ce qui ne m'étonne guère, tant il est vrai que je n'attends plus rien de ce parti volage et politiquement adultère, qui se pose pourtant en défenseur de la règle, de la sécurité, du patriotisme et du respect des institutions.


En revanche, j'ai plus de peine à comprendre la position de Ensemble à gauche, dont les députés se font régulièrement maltraités et moqués méchamment par ceux du MCG.
Comprenne qui pourra, mais ce n'est pas ce genre d'exemple qui pourra convaincre des jeunes, notamment, de se lancer en politique et de rejoindre ce marigot agité et peu séduisant...

20:38 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook

11/10/2014

Le déni de démocratie du MCG

Dans un dernier billet sur ce blog, et suite à un article du président du PS C. Levrat, j'avais assimilé le MCG genevois à l'UDC quant à ses méthodes que je qualifiais de "fascisantes".

Cela m'a valu un texte au vitriol du secrétaire général du MCG, nous qualifiant de "Benito Leyvrat - au lieu de Levrat - et d'Adolf Guinchard"....

Ce soir, ou presque cette nuit, le MCG a utilisé toutes les méthodes, démocratiques ou non, pour faire échouer un projet de loi: renvois en commission, amendements et autres.

Puis, violant toutes les règles de bienséance et de politesse, le président d'honneur du MCG est intervenu depuis la tribune présidentielle, sans avoir demandé la parole, hurlant et exigeant une suspension de séance.

Rappel à l'ordre, réunion d'urgence du Bureau et décision d'expulsion du trublion par les forces de police décidée. Heureusement, avec dignité, le Président du CE et son collègue M. Poggia ont convaincu le bouillant député de sortir sans qu'il soit nécessaire de l'expulser par la force.

Tous les députés MCG, sans aucun esprit critique, se sont massés autour de leur "chef" pour le protéger et empêcher la police de l'embarquer.

Culte du chef, protection rapprochée, processus interne de décision autoritaire, blocage des institutions,insultes, menaces de mort et j'en passe...

Cela ne vous rappelle rien?

00:48 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

11/05/2014

Quai 9: 10 ans d'un savant équilibre...

A l'occasion du 10ème anniversaire du local d'injection Quai 9, le CE Mauro Poggia, revenant sur une position qu'il avait soutenue avec son parti, est déterminé à maintenir ce lieu d'injection proche de la gare.

Cette position doit être saluée car elle reflète bien le rôle du département de la santé qui a osé, il y a dix ans, créer et soutenir ce projet capital dans le domaine du traitement et du suivi des toxicomanes.

Rappel: la politique de la drogue dans notre pays, et en particulier à Genève, se base sur quatre piliers: prévention, répression, soins et réduction des risques.

En permettant à des toxicomanes de s'injecter les substances dont ils sont dépendants dans un lieu propre, dans des conditions d'hygiène et de salubrité optimales, avec les conseils de personnel médical et du matériel propre, Quai 9 répond aux objectifs thérapeutiques, de prévention et de réduction des risques de cette politique globale.

En association avec les autres partenaires, dont le voisinage et les forces de police, ce lieu répond aussi, ou du moins en accepte les contingences, aux nécessités de la répression.Cette situation est loin d'être facile à gérer, et ce pour tous les acteurs: la police ne peut admettre que Quai 9 soit un lieu de non droit et un endroit de "deal", ce qui est normal vu son devoir. Les voisins ont droit au respect et à la tranquillité, et les usagers de Quai 9 doivent pouvoir être reçus dans des conditions leur permettant ensuite un retour à une vie normale.

Peut-être que certains, à l'instar du MCG,  préfèrent exiler ce lieu de soins et d'accueil dans une zone industrielle ou aux HUG, mais ils oublient que la gare, et ses environs, bien sécurisés depuis, est le lieu idéal puisque,elle le centre de rencontres des toxicomanes et des dealers. Chasser Quai 9 du centre laisserait à l'abandon des gens en souffrance, à la santé compromise, au risque de répéter à terme les situations effroyables et dramatiques en terme de santé publique du Letten à Zürich.

Les lausannois ont refusé il y a quelques années un tel lieu d'injection, sans proposer d'alternative à cette population de malades et à ceux qui les encadrent, ou du moins qui essaient de le faire. Dommage, Genève, Zürich et Bâle rencontrent de beaux succès en la matière.

La position du Conseil d'Etat et celle du patron de la santé en la matière doit donc être saluée.

14:01 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

23/03/2014

Et si CA Voiblet n'était pas suisse...?

Le Matin Dimanche épingle CAV, coordinateur romand de l'UDC et ancien président et secrétaire général du parti vaudois,  pour n'avoir pas déclaré aux assurances sociales la femme de ménage - étrangère bien entendu - employée au secrétariat de l'UDC.

Le sieur Voiblet affirme que la caisse de compensation du canton de Vaud lui aurait confirmé que pour un salaire inférieur à 2300 frs par année, une déclaration aux assurances sociales ne s'imposait pas.

Coïncidence: la semaine passée, le camarade de parti de Voiblet, Hans Fehr, proposait aux Chambres de modifier la LAVS en n'imposant pas les salaires inférieurs à 2300 frs par an.

Coïncidence encore, le même Hans Fehr avait été épinglé en son temps pour une affaire semblable de travail au noir...

Et coïncidence ultime: la semaine passée aussi, sous la coupole, l'UDC proposait de durcir la procédure de renvoi des criminels étrangers en y incluant les délits commis aux dépens des assurances sociales...

Il y a quand même quelque chose de berlusconien, chez ces gens là....Mais bon, même lui a fini par devoir partir.

15:05 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

16/03/2014

Pharmacie en ligne

Le Matin Dimanche consacre une page ce jour au développement incessant des pharmacies en ligne, permettant, à l'instar de la pharmacie "zur Rose", de commander en ligne les médicaments non soumis à ordonnance.

De nombreux sites du même type existent déjà, permettant en particulier de commander des médicaments, y compris ceux prescrits sur ordonnance. Certains d'entre eux, afin de se procurer un vernis de sérieux, proposent aux futurs clients de remplir un questionnaire "médical", dont les auteurs nous disent qu'il sera examiné de façon scrupuleuse par un médecin.

Comment cependant croire à ces affirmations et à la pertinence des déclarations d'un client soucieux de se commander du viagra ou des anti-dépresseurs en ligne, sans passer par une consultation réelle avec un médecin, le cas échéant sur la base d'analyses sérieuses?

"zur Rose" en fait pourtant une ligne de sa défense et de son sérieux. En effet, elle utilise le même type de questionnaire afin de vérifier l'état de santé du client et son aptitude à recevoir des médicaments. Encore une fois, une simple déclaration unilatérale du client ne saurait, à notre avis, justifier la livraison de médicaments. Le passage chez un médecin, ou à tout le moins à l'officine du pharmacien le plus proche reste le meilleur moyen de se médiquer sans danger.

Mais le problème est ailleurs: "zur Rose", pharmacie autorisée dans le canton d'Argovie, livre à domicile des médicaments sur prescription médicale. Gain de temps, rabais aux patients et avantages consentis aux médecins qui utilisent ce service. Douteux sur le plan légal, hautement condamnable sur le plan éthique.

Le plus grave, ce système présenté comme pratique et bon marché par "zur Rose", n'offre aucune garantie quant à l'efficacité de la livraison: retards dans les envois, perte de colis, rupture de la chaîne du froid, nous en passons et des meilleures.

Rien ne remplace en la matière le conseil personnalisé du professionnel de santé et ses compétences. Nous sommes en Suisse largement pourvus en médecins et pharmaciens pour privilégier ce contact direct, plutôt que les dangers inhérents à des commandes en ligne sous prétexte d'économies peu convaincantes.

 

14:03 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook

16/02/2014

Bruxelles sait où ça fait mal...

http://www.tdg.ch/suisse/bruxelles-gele-participation-suisse-programme-recherche/story/13242267

Lire la suite

22:51 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook

02/07/2013

"Eine Genferei mehr...."

TdG du jour:

Le WWF gagne contre la plage des Eaux-Vives

Par Christian Bernet. Mis à jour à 15h30 12 Commentaires

Le Tribunal administratif vient d’annuler l’autorisation de construire. La plage ne sera pas réalisée, à moins que l’Etat fasse recours.

Lire la suite

16:54 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

10/06/2013

Grand Conseil: 25% d'augmentation pour les députés?

Le Matin Dimanche faisait état de cette curieuse proposition qui pourrait émaner du Bureau du Grand Conseil. 25 % d'augmentation des jetons de présence en plénière et en commission afin de tenir compte du renchérissement d'une part, et de l'augmentation du volume de travail de l'autre. Il est vrai que ces indemnités n'ont pas été revues depuis 2001. Mais...

...quelques chiffres: 

- de janvier 2001 à décembre 2012, l'indice suisse des prix à laconsommation a augmenté de 7.4 %,

- de janvier 2001 à mai 2013, on relève une augmentation de 7.8 %,

- durant cette dernière période, l'indice genevois des prix à la consommation a progressé de 9.8 %.

On est donc loin des 25 % proposés par le Bureau et plutôt proche des 10 % estimés comme plus justes par le chef de groupe PDC Bertrand Buchs.

Et l'augmentation du volume de travail?

Elle provient essentiellement de l'avalanche de projets de loi, d'amendements, de propositions de résolution et de questions écrites provoquée par les députés eux-mêmes. Genève est pratiquement le seul canton dans lequel les députés peuvent proposer des projets de loi. Ailleurs, les députés demandent au Conseil d'Etat, par voie de motion ou de postulat, de présenter de tels projets.

On rappellera aussi les interminables et inutiles débats - comme celui sur le déménagement d'un service de l'Etat - au cours duquel certains députés ont poussé le détail jusqu'à parler des m2 disponibles, des placards de rangement et de l'archivage des dossiers...

Enfin, Genève est aussi le canton dans lequel les commissions parlementaires sont les plus nombreuses, ce qui augmente les temps de présence et de travail.

Certes, tout travail mérite salaire ou, à tout le moins, une compensation correcte. Mais s'octroyer ainsi une augmentation de 25 % alors que l'on demande à tout un chacun de se serrer la ceinture, ça ne peut pas se concevoir.

16:00 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

07/06/2013

SPMI

Je suis ce soir le débat du Grand Conseil consacré à la situation du service de la protection des mineurs.

Certes, la situation des collaborateurs de ce service est parfois difficile et tendue.

Cela étant, j'ai élu des députés au Grand Conseil pour présider "aux destinées de la République", comme le dit l'exhortation rappelée à l'ouverture de chaque session.

Et je fais le constat qu'en fait, une partie d'entre eux font un travail de conciergie, s'occupent de locaux, de surfaces, d'ergonomie, de dossiers et d'armoires de classement.

Et pendant ce temps, qui définit la stratégie de notre République...?

22:18 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Flânerie

Le beau temps et la chaleur - de saison et enfin revenus - incitent à la flânerie dans notre belle ville...Belle? Voire...

Du Rond Point de Rive - cette verrue moche - à la Gare, suivons les Rues Basses, dont Jacqueline Burnand avait dit à l'époque que ce serait la plus belle rue piétonne d'Europe... Pas réellement piétonne, d'abord pavée et recouverte de beau granit, décorée de poutres de bois et de garnitures  de cuivre, elle a perdu la majorité de ses pavés, remplacés par des "pansements" de goudron, ensuite,les poutres et le cuivre ont disparu.

Nous laissons à notre droite la Place Longemalle, inaugurée à la gloire de notre ancien Maire M. Pagani, sur laquelle les bancs circulaires mettent les jambes de ceux qui les utilisent à nouveau à portée des pare-chocs des voitures qui y viennent chercher Dieu sait quoi.

Arrivée à la Place Bel Air, moche et peu conviviale, encombrée de piétons paumés, de bus et de trams qui s'encombrent les uns les autres, de cyclistes désécurisés...

Passons à la Place St Gervais, dont le socle noir et stalinien doit plaire à l'ancien maire, mais dont l'esthétique massive et rugueuse n'inspire rien.

Poussons jusqu'à la gare, dont la place est désolante de tristesse et de mauvais goût...

Mais qui sont donc les architectes, les urbanistes et les ingénieurs qui, à prix d'or, peuvent concevoir de telles horreurs?

Qui sont ces gens qui ont donné au nouveau bâtiment du Collège Calvin la même architecture que l'ancien Palais du peuple de Berlin Est, heureusement détruit depuis. Qui sont-ils , ceux qui ont conçu cette laideur du batiment des APM au Boulevard du Pont d'Arve?

Cette ville, notre ville, ne peut elle donner à ses habitants le vrai goût d'y flâner et de s'y sentir bien?

00:58 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

06/05/2013

MCG et récup

Ce matin, lors du débat traditionnel sur RTS 1, il était question de quotas éventuels à imposer dans les classes d'enseignement afin d'viter que la proportion d'élèves non francophones ne soit trop importante, au risque de péjorer les capacités des élèves francophones de suivre normalement l'enseignement dispensé et de retarder ainsi l'acquisition de leurs connaissances.

A cette occasion, Eric Stauffer est notamment intervenu en affirmant - ce qui n'était pas l'objet du débat d'ailleurs - que le MCG, son parti, avait déposé au Grand Conseil un projet de loi imposant la scolarité obligatoire jusqu'à l'âge de 18 ans. C'est sûrement vrai, mais un minimum de correction et d'honnêteté aurait pu lui faire dire que cette disposition avait été adoptée par l'Assemblée Constituante et figure dès lors dans notre Constitution, qui entre en vigueur le 1er juin prochain. 

J'ajoute - parce que lui ne l'a pas fait et ne le fera jamais - que le Conseiller d'Etat Charles Beer a beaucoup plaidé devant la Constituante pour l'introduction de cette disposition, ce qui n'a pas été une partie facile, tant la droite a eu des réticences à cet égard.

Cette attitude - peut-être logique en politique électoraliste et politicienne - me fait penser à celle de cet oiseau qui va pondre ses oeufs dans le nid des autres, le coucou. Et coucou, ce n'est pas loin de coquin...

Donc, rendons à César ce qui appartient à César, et reprenons à Riquet ce qui ne lui appartient pas, tant il est vrai que le MCG, comme on le disait des Japonais dans le temps, copie bien et ne crée pas grand chose.

17:49 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

18/12/2012

"Rester coi"

C'est sous ce titre que Fathi Derder, conseiller national PLR, signe la rubrique "Les petits secrets du palais" dans Le Matin de ce lundi 17 décembre.

Bonne plume, celui qui a ravi longtemps les auditeurs de l'ex RSR La Première, raille une de ses collègues du Conseil national qui, à son goût, prend trop souvent et trop longtemps la parole pour s'exprimer en plénière.

Il déplore également les débats libres, sans limite, au cours desquels de multiples orateurs se succèdent sans rien apporter, selon lui, de concret ni de constructif, les opinions étant déjà largements forgées.

Coincidence: ce même journal publiait la semaine passée le classement des parlementaires les plus assidus, au moins au moment des votes. Et parmi les Romands, c'est le même Fathi Derder qui était classé parmi les moins présents. Il est vrai que les votes comptent si peu, et qu'il vaut mieux être présent dans la presse de boulevard afin d'être réélu.

"Rester coi": il aurait dû faire de ce titre sa devise et en rester là...

04:33 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

16/12/2012

Non à une armée différente

C'est fait! Cette semaine, le Conseil national a rejeté l'initiative du Groupe pour une suisse  sans armée en refusant également de lui opposer un contre projet.

Près de 50 orateurs se sont succédés à la tribune, sans originalité d'ailleurs. On a constaté les mêmes guerres de tranchées entre les opposants et les partisans d'une armée de milice.

Désolant, car aucun parlementaire n'a osé proposé une solution alternative, telle que, parmi d'autres, celles exposées en un temps récent par Pierre Maudet, dans un raport complet et intelligent. Certes, tout ne plaît pas, en particulier aux collègues PLR zurichois, banquiers et colonels de Pierre Maudet.

Mais cela mérite une réflexion plus approfondie que ce que nous avons entendu cette semaine.

Les mérites de l'armée de milice ont été vantés: mélange de classes sociales, ouverture sur l'autre, sens de la camarederie, découverte du pays. Mais que penser de ces objectifs quand on sait que seuls 50% des suisses font encore leur armée?

Renforcer ce sédiment social, plutilingue et multicurel, passe par une autre voie: celle d'un service communautaire. Obligatoire pour tout jeune de 18 à 25 ans, il impose a tout suisse de donner - et c'est peu de choses - un an de sa vie à son pays et à ses institutions. Un an, en service  militaire et/ou civil selon les choix.

Cette année de service à la communauté remplit les conditions de sa réussite:

- maintien d'une force armée destinée à la protection de la population

- engagement de civilistes en EMS, hôpitaux, institutions sociales et associations sans but lucratif.

Afin de favoriser cette cohésion sociale tant vantée par notre système actuel, le formation doit être précédée par deux mois de formation commune. Les thèmes abordés seraient: organisation politique, système de défense, instruction civique, organisation des systèmes sanitaire et social, techniques de débat, art de parler en public, sport.

Ensuite, pour les dix mois suivants, travail communautaire en service militaire ou civil.

Cette solution permet de mettre en commun les expériences de chaque citoyen et de mieux les faire se connaitre.

Le Conseil des Etats, qui doit se prononcer sur ce point, serait bien inspiré de proposer un contre-projet dans ce sens.

15:03 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

08/09/2012

Ile rousseau

Petite promenade ce matin au bord du lac, avec un ami handicapé dont le poussais la chaise roulante.

Petit passage à l'Ile Rousseau, afin de voir le pavillon, et histoire de déguster une glace dans l'édicule rénové avec goût et meublé avec goût.

Il y a bien une rampe d'accès réservé aux handicapés pour visiter l'expo. Mais rien de tel pour l'accès à ce sympathique salon de thé à la carte attrayante et sympa, rien de comparable avec l'ancien bouge qui servait des horreurs.

Pas de rampe d'accès donc, sur un site pourtant récemment rénové. Et qui a eu la sotte idée de mettre sur l'Ile du gravier en lieu et place d'un dallage de pierres plates...Je mets cet imbécile rétrograde au défi de faire le tour de l'Ile en chaise roulante.

17:06 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook