08/09/2013

"A qui doit appartenir Genève...?"

C'est le titre du texte écrit sur son blog - et relayé dans la version écrite de la TdG de ce samedi - par Patrick Lussi, député UDC au Grand Conseil.

Et de constater que si la situation ne change pas en matière de politique d'immigration, il y aura bientôt plus d'étrangers que de suisses dans notre canton.

La question de l'appartenance - ou de la "propriété"  - de Genève dans ce contexte  est-elle pertinente?

Si oui, il sied de rappeler ici quel le canton "appartient" à sa population, à ceux qui y vivent, qui y travaillent et qui assurent sa prospérité. Et dans ce cas, nous devons à la vérité de dire que les débuts du développement de ce canton datent de la Révocation de l'Edit de Nantes, qui a eu pour effet un afflux de réfugiés français à Genève. Ceux-ci y ont apporté leur savoir faire, en particulier dans le domaine de l'horlogerie.

Depuis, Genève et la Suisse ont été des pays d'immigration, ce qui nous a permis ces dernières années de combler notre déficit de natalité et d'assurer, en passant, le financement de nos assurances sociales.

Faire aujourd'hui des étrangers la cause de tous nos maux (chômage et logement) comme le fait M. Lussi, nie la réalité historique de façon réductrice. Je ne me reconnais pas dans une Genève ou une Suisse de cette sorte, frileuse et xénophobe, je plaide pour l'ouverture et l'accueil.

Et je rappelle que cette immigration a aussi permis au canton du Valais de voir vivre sur son territoire un enseignant, poète et maintenant Conseiller d'Etat, membre de l'UDC. Comme quoi l'immigration peut avoir des effets étonnants...

16:18 Publié dans Elections et motivation | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

01/09/2013

Epidémies: les animaux seront mieux protégés...

Nous votons le 22 septembre sur la modification de la loi sur les épidémies. La loi actuelle date de 1970 et, depuis, nous avons connu les crises et les risques d'épidémies et de pandémies liées au SRAS, ainsi qu'aux virus de la grippe H5N1 et H1N1.

Ces crises et leurs gestions, canton par canton, ont montré les limites de la loi actuelle. Le projet soumis en votation donne plus de pouvoir à la Confédération afin d'optimiser une gestion directe et centralisée.

Les épidémies, et leur propagation sont mondiales, et prennent rapidement une dimension internationale qui exige des temps de réaction rapides, peu conciliables avec des compétences laissées à 26 directions de la santé cantonales.

C'est pourquoi je suis surpris de l'affiche électorale du Parti du Travail (PdT), à Genève..."Non à une loi liberticide et répressive!".

Comment peut-on imaginer, au-delà du simple raccourci purement opportuniste, que ces nouvelles dispositions - qui veillent en fait à mieux protéger la population - puissent être liberticides et répressives? Le PdT a toujours milité contre le nucléaire, en particulier contre la centrale proche de Creys Malville, en arguant du fait - à juste titre - que les particules nucléaires ne connaissaient pas les frontières nationales.

Et voilà qu'il tente de nous faire accroire que les virus, eux, connaissent les frontières cantonales et se soumettront sagement aux directives de 26 directions de la santé...

Enfin, la loi sur les épizooties - épidémies animales - acceptée récemment par le peuple, donne justement plus de compétences à la Confédération dans ce domaine.

Devrions-nous dès lors admettre que les animaux soient mieux protégés que les humains face à ces dangers épidémiques...? Répondre, c'est voter oui le 22 septembre...

13:27 Publié dans Elections et motivation | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

16/07/2013

Elections: quand les politiques faseyent...

Faseyer, du néerlandais faselen (agiter) se dit en marine d'une voile qui bat, parce que le vent est trop faible pour la faire gonfler.

En l'occurrence, c'est un politicien, député PLR au Grand Conseil et candidat à sa réélection (quasi assurée d'ailleurs), qui faseye non pas une voile, mais le voile islamique, pour se faire gonfler non par manque de vent, mais vu l'absence d'actualités dignes de ce nom en période estivale. Estivale certes, mais bien pré-électorale...

Ainsi le député annonce un projet de loi visant à interdire le port du voile au nom du respect de la femme et de celui du principe de la laïcité.

Ce dernier, présent dans notre ancienne Constitution cantonale, a été encore renforcé dans le nouveau texte fondamental entré en vigueur le 1er juin 2013. Certains constituants sont d'ailleurs allés jusqu'à exiger, au nom de cette laïcité, la suppression du IHS sur les armoiries genevoises et la fin de l'utilisation du temple de St Pierre pour les cérémonies officielles.

La laïcité voulue par les constituants est celle qui incombe à l'Etat vis à vis de ses concitoyens. Il n'est par exemple pas possible d'afficher des symboles religieux dans des bâtiments publics, qui plus est dans des établissements scolaires.

Mais cette obligation n'est pas un devoir du citoyen qui, au nom du respect de la liberté de croyance, peut porter sur lui de tels symboles. je vois souvent des personnes porter, de façon visible ou plus discrète, autour du cou ou en gourmette, qui une croix, une étoile de David, un croissant ou encore une croix catharre. En sommes-nous offusqués pour autant?

Le foulard est à mes yeux un symbole d'une appartenance religieuse. Une loi pour interdire ce seul symbole serait manifestement discriminatoire et inéquitable, sauf à s'étendre à tous les autres symboles. Curieux alors de voir comment l'appliquer s'agissant de tatouages représentant de tels symboles, durant le cours de natation ou sous les douches.

Le président du Conseil d'Etat - TdG de ce matin 16 juillet - a raison: l'école doit être le lieu où les enfants sont confrontés aux différences de culture, ce qui les amène à les cmprendre et à mieux les accepter.

Et les préaux de cette même école ne doivent pas être les lieux de joutes pré-électorales.

 

  

17:39 Publié dans Elections et motivation | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

14/04/2013

Sainte Anastasie

Ce lundi 15 avril, c'est la Sainte Anastasie. Je ne connais personne de ce prénom, donc personne à féliciter...

Sur le plan politique, personne non plus à féliciter pour une votation ou une élection.

Mais quand même: quel séisme à Lugano, où la Lega, premier mouvement historique du populisme de bas étage, prend la majorité de l'exécutif. Bonne ou mauvaise nouvelle?

Dans un sens, bonne , je pense, car c'est la première fois qu'un mouvement populiste prend la majorité d'un exécutif...

Au Tessin, la Lega dispose de deux sièges au Conseil d'Etat, que leurs titulaires ont assumé sans se mouiller et en n'administrant que des départements non sensibles et sans risques.

Avec une majorité dans l'exécutif de la plus grande commune du Tessin, ce mouvement populiste se trouve pour la première fois confronté aux réalités du pouvoir et à ses conséquences. Enfin, il nous sera donné de voir dans quelle mesure ces éternels mouvements d'opposition assumeront réellement le pouvoir et ses conséquencesn

20:16 Publié dans Elections et motivation | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

22/10/2012

Elections au Conseil administratif: la voie pragmatique

Le 4 novembre prochain, les électeurs de la ville de Genève sont appelés à élire le remplaçant de Pierre Maudet au Conseil administratif. Quatre candidats sont en lice.
Le candidat indépendant, Didier Bonny, a d'ores et déjà reçu le soutien appuyé de l'ATE (Association Transport et environnement, écologiste) et de la fédération LGBT (lesbiennes, gays, bis, trans). L'action méritoire de Didier Bonny au sein du comité de l'ATE et son engagement en faveur de la communauté homosexuelle sont ainsi reconnus, à juste titre.
Dans cette prochaine élection  même si les élections partielles privilégient les personnalités - le candidat indépendant n'a, mathématiquement, aucune chance d'être élu.
Appeler à voter pour lui, c'est disperser les voix et donner toutes ses chances au candidat de l'UDC, Eric Bertinat. Très catholique, d'un conservatisme que la communauté d'Ecône ne renierait pas, Eric Bertinat est ouvertement homophobe et fort peu soucieux de la protection de l'environnement.
Si les mots d'ordre de l'ATE et des LGBT étaient suivis, c'est donc donc un élu farouchement opposé aux valeurs que ces deux associations défendent qui se retrouverait au Conseil administratif, avec les conséquences que l'on peut deviner.

09:00 Publié dans Elections et motivation | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

05/06/2012

De la parole aux actes

Ce matin, j'ai reçu mon matériel de vote pour cette élection du 17 juin.
J'ai lu avec attention les arguments et prospectus des divers candidats, en prêtant attention à chacun d'entre eux, soit pour leur côté sympathique et/ou innovant, soit pour leur capacité électorale.
Au delà des candidatures folkloriques habituelles, ou de celles qui tentent de faire connaître un mouvement ou des idées, je me suis concentré sur trois candidats. Les plus en vue, à défaut d'être, pour certains, les plus crédibles. Pour une telle élection, je tiens personnellement compte plutôt des personnalités que des partis.
Notre canton, et le Conseil d'Etat, a besoin d'un homme de sang neuf, dynamique, habitué à négocier en tant que minoritaire, susceptible d'avoir une vision pour Genève qui dépasse le simple programme quadriennal. Il m'importe peu que la droite reprenne ou conserve le pouvoir au Conseil d'Etat. Ce qui m'importe, c'est que le futur élu (ou la future élue) soit apte à apporter au Conseil d'Etat ce qui lui manque cruellement actuellement: de la collégialité, de l'esprit de décision, de la vision à long terme, de l'écoute et de la notion de la région.
Le  ou la candidate doit donc remplir ces conditions nécessaires. Rassembleur, jeune, dynamique, visionnaire, capable d'idées novatrices et parfois iconoclastes, ayant fait ses preuves dans un exécutif. A l'écoute du citoyen, qui lui répond et lui donne des solutions possibles en cas de problème.
La réponse est donnée, j'ai voté Pierre Maudet, et je vous invite à faire de même. Votez et faites voter pour lui.

22:59 Publié dans Elections et motivation | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

03/10/2011

Faites voter

La fièvre électorale s 'empare- t - elle de tout un chacun à quelques semaines des élections fédérales? On peut en douter, et le risque est grand que seuls les candidats, leurs familles, les membres de partis et quelques intéressés, aillent finalement exprimer leur avis et leur choix, au local de vote ou par correspondance.

Dommage, car atteindre quelque 40% de participation pour un Parlement fédéral qui va façonner notre politique ces 4 prochaines années, c'est un peu faible. Mais comment faire? Adopter la même solution que Shaffouse en amendant les abstentionistes ou essayer d'être plus pédagogique et d'inciter et de motiver?

Excellente initiative  proposée sur le site http://www.je-veux-voter.ch, dont le lien m'a été envoyé par une personne que j'apprécie et que je chéris.

C'est simple, pédagogique, ergonomique et bien fait. A diffuser, en particulier auprès des jeunes dont on déplore tant l'absence dans de tels scrutins.

Alors je compte sur vous, diffusez largement, cela en vaut la peine.

 

 

21:26 Publié dans Elections et motivation | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook