18/12/2012

"Rester coi"

C'est sous ce titre que Fathi Derder, conseiller national PLR, signe la rubrique "Les petits secrets du palais" dans Le Matin de ce lundi 17 décembre.

Bonne plume, celui qui a ravi longtemps les auditeurs de l'ex RSR La Première, raille une de ses collègues du Conseil national qui, à son goût, prend trop souvent et trop longtemps la parole pour s'exprimer en plénière.

Il déplore également les débats libres, sans limite, au cours desquels de multiples orateurs se succèdent sans rien apporter, selon lui, de concret ni de constructif, les opinions étant déjà largements forgées.

Coincidence: ce même journal publiait la semaine passée le classement des parlementaires les plus assidus, au moins au moment des votes. Et parmi les Romands, c'est le même Fathi Derder qui était classé parmi les moins présents. Il est vrai que les votes comptent si peu, et qu'il vaut mieux être présent dans la presse de boulevard afin d'être réélu.

"Rester coi": il aurait dû faire de ce titre sa devise et en rester là...

04:33 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

16/12/2012

Non à une armée différente

C'est fait! Cette semaine, le Conseil national a rejeté l'initiative du Groupe pour une suisse  sans armée en refusant également de lui opposer un contre projet.

Près de 50 orateurs se sont succédés à la tribune, sans originalité d'ailleurs. On a constaté les mêmes guerres de tranchées entre les opposants et les partisans d'une armée de milice.

Désolant, car aucun parlementaire n'a osé proposé une solution alternative, telle que, parmi d'autres, celles exposées en un temps récent par Pierre Maudet, dans un raport complet et intelligent. Certes, tout ne plaît pas, en particulier aux collègues PLR zurichois, banquiers et colonels de Pierre Maudet.

Mais cela mérite une réflexion plus approfondie que ce que nous avons entendu cette semaine.

Les mérites de l'armée de milice ont été vantés: mélange de classes sociales, ouverture sur l'autre, sens de la camarederie, découverte du pays. Mais que penser de ces objectifs quand on sait que seuls 50% des suisses font encore leur armée?

Renforcer ce sédiment social, plutilingue et multicurel, passe par une autre voie: celle d'un service communautaire. Obligatoire pour tout jeune de 18 à 25 ans, il impose a tout suisse de donner - et c'est peu de choses - un an de sa vie à son pays et à ses institutions. Un an, en service  militaire et/ou civil selon les choix.

Cette année de service à la communauté remplit les conditions de sa réussite:

- maintien d'une force armée destinée à la protection de la population

- engagement de civilistes en EMS, hôpitaux, institutions sociales et associations sans but lucratif.

Afin de favoriser cette cohésion sociale tant vantée par notre système actuel, le formation doit être précédée par deux mois de formation commune. Les thèmes abordés seraient: organisation politique, système de défense, instruction civique, organisation des systèmes sanitaire et social, techniques de débat, art de parler en public, sport.

Ensuite, pour les dix mois suivants, travail communautaire en service militaire ou civil.

Cette solution permet de mettre en commun les expériences de chaque citoyen et de mieux les faire se connaitre.

Le Conseil des Etats, qui doit se prononcer sur ce point, serait bien inspiré de proposer un contre-projet dans ce sens.

15:03 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

08/09/2012

Ile rousseau

Petite promenade ce matin au bord du lac, avec un ami handicapé dont le poussais la chaise roulante.

Petit passage à l'Ile Rousseau, afin de voir le pavillon, et histoire de déguster une glace dans l'édicule rénové avec goût et meublé avec goût.

Il y a bien une rampe d'accès réservé aux handicapés pour visiter l'expo. Mais rien de tel pour l'accès à ce sympathique salon de thé à la carte attrayante et sympa, rien de comparable avec l'ancien bouge qui servait des horreurs.

Pas de rampe d'accès donc, sur un site pourtant récemment rénové. Et qui a eu la sotte idée de mettre sur l'Ile du gravier en lieu et place d'un dallage de pierres plates...Je mets cet imbécile rétrograde au défi de faire le tour de l'Ile en chaise roulante.

17:06 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

29/04/2012

Mensonge d'Etat

"Tout est sous contrôle"...

C'est ce que disaiient les responsables militaires au moment du vote sur l'initiative qui visait à supprimer l'arme au domicile.

On l'apprend aujourd'hui, l'armée suisse a perdu les données concernant l'équipement à retourner de 27.000 anciens soldats. Elle ne sait donc pas si l'arme d'ordonnance a été rendue par ces personnes au terme de leurs obligations.

Depuis la votattion, au moins dix suicides ou crimes avec l'arme de service ont eu lieu.

Les suisses ont donc voté non à cette initiative en étant trompés par la Confédération.

C'est un mensonge d'Etat, une violation manifeste du droit d'information des citoyens.

15:40 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

10/02/2012

Genève, ville internationale

Excellent article d'Olivier Francey dans la Julie de ce jour...

Genève est une ville internationale construite par des villageois. Pas tout faux, et c'est à se demander si la maquette de Genève au XVIIIème siècle exposée à la Maison Tavel a beaucoup évolué...

Il y a quelques années, G.-O. Segond, avec qui j'ai rarement été d'accord dans le domaine de la santé, avait lancé le grand projet du RHUSO, collaboration intensifiée entre les HUG et le CHUV, deux hôpitaux universitaires dont le bassin de population ne permettait pas un développement harmonieux à terme. Le projet a , bien entendu, été refusé à Genève, ce qui a permis à GOS de surnommer Genève Carcassone - sur -Arve...Il avait raison, y compris compte tenu des frasques de collégien aviné et attardé d'un Conseiller d'Etat dont toute la presse alémanique se gausse...

Il faut avoir les moyens de ses ambitions...Avouons le, nous ne les avons plus, et nous ne voulons pas, manifestement, les avoir.

 

16:24 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

05/02/2012

Les soucis d'un ancien président...

Le Matin Dimanche, seule lecture dominicale imposée aux romands, dans sa rubrique "En coulisses", qui essaiede plagier le "C'est Bob " de la TG et d'épingler nos personnalités, relate une méasaventure arrivée à notre ancien président de la Confédération, Pascal Couchepin...

Selon ce que le "past president" a lui même relaté au Nouvelliste - c'est toujours excitant de faire parler de soi quand on n'est plus sur l'avant-scène...- la caissière d'un musée de Venise lui a refusé l'entrée gratuite normalement concédée aux plus de 65 ans, sous prétexte que la Suisse n'est pas membre de l'UE. Déception de Pascal Couchepin, qui tente en vain de négocier la gratuité de son entrée en arguant du fait que les accord bilatéraux règlent justement ce problème en incluant les citoyens suisses dans ce privilège.

La caissière persiste, insensible aux arguments développés par le grand Pascal.

Le Matin conclut en affirmant que cer évènement a été très diprimant pour notre ancien conseiller fédéral.

Quant à moi, ce qui me déprime, c'est qu'un ancien "Ministre", comme il s'aimait à se nommer, doté d'une solide retraite, pinaille pour quelques Euros pour visiter un musée et, qui plus est, fasse part de cette "dure mésaventure" à son journal local...

On a les soucis qu'on peut...

14:38 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

01/01/2012

La forme et le fond

Marc Bonnant, l'avocat genevois qui fait de l'art oratoire son seul plaisir et sa seule passion, malheureusement peu partagés par les lecteurs, commet ce dimanche dans le matin un nouveau billet intitulé "Alain Berset, le husky perdu et autres insignifiances..."

En fait, sur presque une moitié de page du Matin Dimanche, seul journal romand à paraître en version dominicale, Marc Bonnant livre ses impressions sur la composition du nouveau Conseil fédéral.

Comme d'habitude, on attaque la lecture de l'article avec un dictionnaire à portée de main, ou à tout le moins la souris de notre ordinateur pointée sur "wikipedia", seules sources propres à nous éviter d' achopper sur un mot sur dix.

Que l'on privilégie la forme, le style, le vocabulaire recherché, cela peut e comprendre...Mais que cela soit le seul but d'une chronique, cela devient lassant, et surtout vide de sens.

Un autre vocat genevois, Carlo Poncet, met en exergue dans ses chroniques le fiel et la méchanceté; Marc Bonnant, lui, n'y met que la recherche du style et d'un vocabulaire si compliqué que 95% des lecteurs cessent de le lire dès la troisième ligne, ce qui laisse au message souhaité une durée de vie pour le moins abrégée.

Genevois, il se permet de reléguer le canton d'Alain Berset, Fribourg, au rang de de canton "primitif", montrant ainsi sa faible connaissance de ce qui se passe au-delà de la Versoix, défaut redhibitoire chez nombre de genevois qui, comme lui, font preuve d'un nombrilisme effarant, en ignorant les difficultés financières de leur canton, alors que ses voisins réduisent leurs dettes et assainissent leurs comptes, en ne comptant pas sur des recettes illusoires, mais en gérant leur bien à bon escient et au bénéfice de leurs habitants.

Mais le plus impressionnant, c'est le fond: arrivé au terme de l'article, et en s'infligeant le cas échéant une deuxième lecture - pas une troisième, n'exagerons pas... - la question est posée: qu'a-t-il voulu dire? En fait, on ne sait pas trop..., ou plutôt on le sait de plus en plus. Au fil de ses chroniques, on retient que Marc Bonnant joue avec les mots, choisit son vocabulaire, use et abuse des subjonctifs imparfaits, mais sans rien nous fournir de concret.

Il prend plaisir à le faire, sans se soucier des éventuels dix lecteurs qui le supportent chaque dimanche, et c'est donc un plaisir quasi solitaire que Le Matin lui permet de façon hebdomadaire. C'est de l'onanisme linguistique, dédié au seul plaisir de celui qui le pratique...

18:01 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

31/12/2011

Carte de voeux

Chaque fin d'année, le rituel est le même: choisir d'envoyer des cartes de voeux, se contenter de répondre à celles que l'on reçoit, ou ne rien faire du tout. Si l'on décide d'en envoyer, plusieurs choix sont possibles: envoi par Internet, envoi de cartes personnalisées, choix d'une carte d'une association caritative ou achat de cartes classiques dans le commerce.

J'aime Internet et les courriels, mais j'avoue ne guère priser les cartes de voeux envoyées par ce biais. Bientôt, nous risquons de recevoir de la même façon les faire part de mariage, voire de deuil...

Une carte de voeux, c'est une image, un hommage, un remerciement et une reconnaissance. Elle est aussi un symbole de ce que ressent et pense son expéditeur.Elle doit donc avoir une touche personnalisée et montrer que son expéditeur a pris la peine de la choisir, d'y écrire quelques mots. Donc foin de ces cartes pré-imprimées, aux signatures multicopiées et sans âme, aux adresses photocopiées.

Cela étant, chacun sa manière, et surtout chacun ses goûts. Cela va du plus kitsch au plus dépouillé, du plus brillant au plus terne, le choix est vaste, mais parfois assez consternant.

C'est le cas des cartes choisies cette année par l'administration cantonale: deux cartes en couleur, dont le choix est laissé à leurs utilisateurs.

L'une montre deux malheureuses bouées flottant sur l'eau, l'autre un des ces horribles sapin odorant censé cacher les mauvaises odeurs dans une voiture, avec en arrière plan un renne.

C'est quoi, le message? Les bouées pour illustrer le naufrage financier du budget 2012? Le sapin odorant pour camoufler quelque mauvaise odeur?

Bref, ces cartes sont moches, et je connais bien des serviteurs de l'Etat qui sont gênés de les utiliser...Mais qui donc a pu choisir de telles horreurs? Au risque de me montrer irrévérencieux, je dirais que ce doit être les membres de la Commission des monuments et des sites, dont le goût douteux en matière de sauvegarde du patrimoine a déjà été prouvé à réitérées reprises...

 

 

12:26 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

18/10/2011

Au delà de la Versoix

http://www.lausanne.ch/homepage/index.php

Sur le site officiel de la ville de Lausanne, qu'un certain édile municipal genevois avait, en son temps, traité de "rupestre" et qu'un magistrat cantonal avait qualifié de "village de pêcheurs au bord du Lac de Genève, il y a une section "grands projets" qui traduit tout le dynamisme de cette ville. Je n'ai pas trouvé cette section sur le site officiel de la ville de Genève. C'est étrange non ? Avec les  moyens financiers de cette ville et de ce canton...

A Lausanne, pendant que nos élus municipaux s'étripent de façon fort peu cultivée sur le budget de la culture, on va créer:


Au niveau de la culture :

- le nouveau musée cantonal des Beaux-Arts (MCBA) (2016)
- le nouveau musée Elysée (musée de la photographie)
- le nouveau musée du design et des arts appliqués contemporains (MUDAC)
- AquaPole, le magnifique musée vivant sur l'eau

Au niveau de l'urbanisme durable :

- le projet Beaulieu 2020
- 3000 logements (pour la seule ville de Lausanne, alors que ce chiffre est la cible - inatteignable en l'état - de tout le canton de Genève)
- l'éco-quartier des Plaines-du-Loup
- la réaménagement de la place de la Sallaz
- le développement du quartier de Malley

Au niveau académique :

- un développement continu du site UNIL/EPFL depuis de nombreuses années

Futur proche :

- la création du projet  M3, après le TSOL et le M2, alors que le CEVA patine lamentablement
- le projet d'agglomération Morges-Lausanne

Alors cessons de considérer nos voisins comme des paysans balourds et dépêchons nous de les imiter.

Vous voulez aussi que je vous donne l'exemple de Fribourg, canton qui n'a plus de dette et qui connaît un développement intéressant...?

"Y en a point comme nous"... certes, mais il y  en a d'autres, différents, et qui réussissent pas mal. Et au delà de la Versoix, il n'y a pas que de la savane...

17:53 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

05/09/2011

Pour la première fois en 37 ans, je vote blanc

Nidegger Devaud.jpgNous avons tous reçu la documentation nécessaire au scrutin concernant l'élection partielle à la cour des comptes.Pour une fois, dans le cadre d'un organe de surveillance qui devrait être apolitique et qui a prouvé son indépendance et son efficacité jusqu'à présent, on assiste au résultat des accords entre partis qui s'entendent, en fonction des élections nationales à venir, pour créer des alliances qui ne laissent aucun choix à l'électeur. Ou plutôt une espèce de choix entre deux extrêmes.

Je ne peux pas me résoudre à voter pour Solidarités, mais encore moins pour l'UDC, ce parti raciste et xénophobe dont la dernière initiative contre une immigration "dite" massive est un affront pour tous les étrangers qui nous ont rejoints et ont fait, eux aussi, ce pays. Ce seul constat aurait dû empêcher une alliance électorale PLR-PDC-UDC, une alliance avec un parti en déliquescence à Genève, réactionnaire au Grand Conseil, populiste à la Constituante et encore difficilement identifiable au Municipal de la Ville.  Je vote et j'élis depuis 37 ans, et c'est bien la première fois que je suis placé devant une telle situation. Le choix n'est même pas cornélien, ce qui pourrait se dire d'un choix difficile, il est juste absent.

 

11:40 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

07/06/2011

Note à une verte

Chère Madame Klopmann,

Je viens de voir votre intervention sur Léman Bleu sur le parking des Clés de Rive.
J'habite à Genève depuis 30 ans, et je suis depuis 10 ans à Rive, donc directement concerné.
Cela fait dix ans que je cherche une place, en vain. Ma dernière tentative concernant le parking de St Antoine a fait long feu et l'on ma répondu que je n'habitais pas en Vieille Ville...alors que je suis a pied de la rue Verdaine.
Je fais tous mes transports à pied, en vélo et en transport public. J'ai une voiture avec laquelle je roule peu, mais qui me coûte moins pour le moment que Mobility, donc je la garde.
J'ai donc un macaron pour le quartier, mais si j'ai le malheur de partir le matin, je ne retrouve pas de place avant 2100.
En quoi le vote que je vous ai donné il y a peu justifie-t-il le fait que vous ne défendiez pas les intérêts des habitants? Vous savez qu'un inventaire des places, et de ceux qui les occupent, sont du domaine privé. Donc irréaliste.
Comme vous savez aussi que le seul moyen d avoir moins de voitures en surface est de les obliger à parquer en sous-sol, comme à Thonon, et de les empècherde tourner en rond et de polluer.
J'espère votre réponse

 

JMG

22:29 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

13/02/2011

Initiative sur les armes: ce n'est qu'un début...

Nous avons perdu, c'est vrai, et de façon assez magistrale...la Suisse s'est prononcée, il faut admettre ce scrutin. Mais ce qui est plus inquiétant, c'est ce recours des opposants à la tradition de cette Suisse campée sur ses positions, prête à en démordre, l arme au pied. Pas seulement sur le plan des armes, mais aussi sur celui de l'ouverture. On assiste de plus en plus à une succession de votes de fermeture et de cloisonnement.

Les minarets, les étrangers, c'est la fermeture et le repli. Les armes, de même, car on attise la fermeture de garde armée.

La Suisse que j'aime, c'est celle de l'accueil, de l'ouverture...Elle a reçu les réfugiés arméniens, les hongrois, les tchécoslovaques, sans parler des huguenots refoulés lors de la révocation de l'edit de nantes.

Or, tous ces apports ont fait la richesse de Genève, de Neuchâtel, mais aussi de la Suisse entière. C'est cette population qui a construit la plupart de nos infrastructures et qui permet de faire fonctionner notre industrie hôtelière.

Et ce sont eux qui feront notre richesse future au niveau de la démographie.

 

 

 

 

17:11 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

22/01/2011

Armes à domicile

L'Union des Sociétés Militaires de Genève a envoyé une circulaire à tous ses membres.. Edifiant...L'initiative sur laquelle nous voterons le 13 février supprimerait, selon elle, toute manifestation patriotique impliquant des armes de collection...Bref, les officiers genevois jouent sur la corde sensible.

On va supprimer le cortège de l'Escalade...? Billevesées...C'est faux...ces gens mentent effrontément...

Dans la même ligne, si on suit leur raisonnement, pourquoi ne pas brandir le danger de la suppression des canons à neige...?

19:09 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Facebook

10/01/2011

Armes à domicile

La campagne sur le maintien ou non de l 'arme d'ordonnance  du militaire à domicile est bien lancée...

Une chose me frappe: les opposants invoquent surtout les notions de liberté et de responsabilité individuelles, de même que le réflexe identitaire du suisse

Là, il faudra m'expliquer...

En effet, mon réflexe identitaire suisse  ne se place pas pas dans le placard à balais ou la cave où j'ai rangé mon arme d'ordonnance, mais dans d'autres valeurs...

L'arme à la maison, c'est un  concept dépassé, plus personne ne croit à une invasion de horde de rouges dans nos cités, moyennant une réaction immédiate de nos concitoyens, et Arméée XXI ne reprend pas ce concept.

Bref, pour éviter des tentations inutiles, l arme doit être déposée dans un arsenal, et nulle part ailleurs...

Donc, votons oui à cette initiative, même si nous ne partageons pas les valeurs de ses initiants. La vie humaine mérite cette considération.

 

21:46 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook

11/12/2010

Les étudiants en médecine se mettent à nu

Sous ce titre, la Tribune a relaté la sortie du calendrier d'une classe de la faculté de médecine, qui s'est osée à la publication d'un calendrier de nus (ou presque...)

Initiative fort critiquée par "Bien être de soi", dans son blog de la TG du 9 décembre.

J'ai reçu ce calendrier, et ma foi j'ai bien apprécié...

Photos de bonne qualité, noir blanc artistique, poses originales, érotisme subtil, tant il est suggéré plutôt qu'asséné...

Bel essai d'ouverture vers la cité, bel esprit d'auto-dérision, n'en déplaise aux récriminations chagrines de "Bien être de soi" qui manifeste ainsi plus son mal être que son esprit d'ouverture...

Bravo à ces étudiants, et je vous encourage tous à commander ce calendrier, ce qui vous fera de surcroît participer à une oeuvre de bienfaisance...

15:28 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook