27/06/2012

Les petits vieux ne sont plus ce qu'ils étaient...

Aujourd'hui, sur facebook, je reçois une invitation d'une nouvelle amie...Ma mère, je n'y crois pas...A plus de 80 ans, voilà que ma douce génitrice se met aux réseaux sociaux. Je n'y crois pas, et pourtant...

En famille, nous l'avions convaincue de se mettre au courriel. En effet, ses petits enfants, en voyage à des degrés divers de par le monde, nous envoyaient des nouvelles par le net, sans penser à écrire des cartes postales à leur grand'mère.

"Ces jeunes, c'est fou, ils n'écrivent plus...". Nostalgie...

Dès lors, nous lui avons offert ordi et assistance, et depuis, mails, jeux, e-banking et tout le bazar.

On constate que les jeunes délaissent les mails pour privilégier les réseaux sociaux...Manifestement, ils ne sont plus les seuls.

Et c'est un bien, à quand des cours d'initiation plus poussés dans les quartiers, dans les EMS, afin de maintenir le contact et la vivacité intellectuelle?

Ma mère est adorable, et elle est entrée dans le XXI ème siècle avec aisance...

20:50 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

03/06/2012

Monsieur le président Ogi

Monsieur le Président,

Je vous fais une lettre, que vous lirez peut-être, si vous en avez le temps.

Je vous ai suivi ce midi sur "La Soupe", et j'a bien apprécié. Vous avez dit, entre autres, regretté que vous ne pourriez pas faire le Mont Blanc, certitude que vous avez acquise en faisant une randonnée en peaux de phoque d'Arolla à la cabane Bertol. Cette course, avec plus de 1300 m de dénivellé, est dure et exigeante, et la faire à 70 ans force l'admiration.

Pour le Mont Blanc, ne vous en faites pas trop... C'est une montagne à vaches, trop fréquentée, surchargée et pas trop exigeante sur le plan technique.

Je suis certain que vous serez bien plus heureux sur la Blümisalp.

Merci pour ce bon moment et bonne suite à vous

 

 

13:40 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

11/05/2012

Une belle fête

A tous les esprits chagrins, cliquez sur ce lien: http://youtu.be/n2KECMrMtN0

Voilà ce que 800 bénévoles efficaces, un comité d'organisation, des autorités motivantes, des partenaires engagés peuvent réaliser pour la huitième fois consécutive à Genève, en ville et en campagne, dans des paysages superbes et par des conditions atmosphériques idéales.

01:48 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

05/10/2011

Pfister et la famille

La dernière publicité de Pfister sur la TSR: un couple annonce à son fils qu'il se sépare...En fait, Madame et Monsieur se séparent de lui, le mettent à la porte pour que Madame dispose d'une pièce supplémentaire pour ses fringues et ses godasses...

Génial, comme pub, et génial comme message: indécent, amoral et stupide...Comment notre tsr d état et subventionnée par nos taxes peut laisser passer de tels messages?

 

22:15 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

23/08/2011

Nucléaire

L'investissement dans le nucléaire est une aberration économique, et écologique. Elle est chère, dangereuse, peu sûre, ne tient  pas compte des déchets et des démantèlements de centrales.

Après Tchernobyl, la pensée dominante reflétait l'incapacité - réelle avouons le - des soviétiques de se ranger à des normes basiques de sécurité.

Après le Japon, l'argument devient plus spécieux, il s'agit d'une puissance mondiale et réputée sûre. Mais que nenni...On l'a vu, et on ne connaît pas encore toutes les conséquences.

La défense du nucléaire à tout prix aujourd'hui est une hérésie. Cette technologie vorace en argent et absolument pas durablo-compatible doit être abandonnée, mais à terme, afin de nous donner le temps de trouver des solutions de rechange.

Premier constat: le traitement des déchets n'est pas réglé et pèsera sur les générations futures.

Deuxième constat: la fusion nucléaire, solution idéale, n'est pas pour demain.

Troisième constat: on ne peut pas se priver de cette énergie à court terme, dans les domaines de l 'alimentation en énergie comme en médecine d'ailleurs, donc il faut laisser du temps au temps.

Quatrième constat: la couverture de nos toits de cellules photovoltaiques, le rehaussement des barrages, l'insatallation des éoliennes seront  combattues vigoureusement par les Verts.

Exemple: le rehaussement d'un barrage qui condamne 45 pins arolles paralyse un projet magnifique, même si l'opérateur s' engage à replanter 500 de  ces arbes sur le site. Cherchez l'erreur.

Conclusion: d 'accord pour le non au nucléaire, mais vous, les verts, cherchez avec nous des solutions , non pour augmenter la consommation, mais pour la rendre plus adaptée.

Un architecte grison construit dans son canton des maisons de paille, sans chauffage aucun, même pas d'appoint...Pas possible à Genève, pourquoi?

 

 

20:43 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

30/07/2011

L'UDC se teinte de brun...

Nous avons tous reçus, dans la Suisse entière, le "tout ménage" de l'UDC nous invitant à signer son initiative du 1er août, intitulée "Stopper l'immigration massive".

Au-delà du fait que les arguments sont mensongers, faux et discriminatoires, il est piquant de constater que ce mauvais pamphlet, teinté de haine primaire, a été distribué , en particulier à Genève, à plus de 35 % d'une population étrangère, immigrée de fraîche date, anciens clandestins ou récemment bénéficiaires du passeport suisse. Et parmi eux pas mal de jeunes étrangers de deuxième génération, souvent diplômés universitaires, qui représentent la richesse future de notre pays, alors que leurs parents ont permis à ce même pays de se construire.

Notre taux de natalité est tellement bas que sans immigration, notre pays ne pourra plus assumer ses prestations sociales à l'avenir, ni sa relève professionnelle, il faut le savoir.

L'UDC veut faire de la Suisse une réserve d'indiens, un parc national géant, ou un zoo villageois à l'image du film de "La Soupe aux choux". Très bien, c'est le premier parti de Suisse, alors donnons lui tout le pouvoir, et une majorité au Conseil fédéral. On verra alors si ses arguments de parti d'opposition pourront être appliqués...

22:43 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (28) | |  Facebook

07/05/2011

La guerre des transports se rallume

Le week-end prochain, nous serons appelés à voter sur l'IN 144, qui inscrit la nécessité de développer les pistes cyclables. Aussitôt, c'est la guerre, la passion, comme d'habitude dans notre république et canton quand on touche à la problématique des transports.

"La mobilité n'est ni de gauche, ni de droite, elle est une question de santé", a déclaré le Pr Morel, député PDC, qui défend l'initiative. J'ajouterais que c'est une question de mentalité.

Je suis assez souvent à Zuerich, Berne, Winterthur ou Bâle. J'y vais en train, j'y utilise les transports publics ou les vélos de la gare.

Dans ces villes, lorsque je pédale sur une artère trop étroite pour permettre à des automobilistes de me dépasser, pas un seul coup de klaxon, l'automobiliste patiente, me respecte.

Dans les bus ou les trams, les passagers souhaitant monter laissent la place libre pour ceux qui souhaitent descendre.

Les piétons n'empiètent pas sur les pistes cyclables et laissent le passage aux cyclistes la possibilité de passer, sachant qu'il est plus difficile de démarrer.

Les pistes cyclables sont sûres, continues et clairement indiquées.

Ici, c'est le contraire, et on ne sait pas pourquoi...

Nos pistes cyclables sont des abris trompeurs, elles s'interrompent sans raison, elles sont à contre sens, peu visibles et dangereuses.

L'IN 144 permettrait de les améliorer et de les sécuriser.Il est faux de prétendre, comme le font des opposants de mauvaise foi, qu'elles vont donner une priorité absolue aux cyclistes, y compris sur les transports publics. C'est une affirmation démagogique et mensongère.

Cela dit, les villes de Copenhague et Amsterdam ont donné la priorité absolue aux cyclistes, y compris envers les piétons, et ce sont des villes agréables à visiter et à parcourir.

Un exemple. Depuis peu, les cyclistes ont la permission d'emprunter les trottoirs du Pont de la Coulouvrenière. Un logo le signale. C'est une hérésie, car cela fait cohabiter sur une même surface les piétons et les cyclistes, sans délimiter clairement la place laissée à chacun.

L'IN 144 a le mérite de donner une vue d'ensemble, une vision gérable. Genève, moins pentue que Lausanne, se prête bien à la circulation cycliste.

L'IN 144 n'est pas une solution miracle, mais elle fera peut être changer ces mentalités. Osons le pari, et votons oui...

 

20:42 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

30/04/2011

L'armailli des 8000 s'en est allé

Erhard Lorétan est mort, ce jeudi 28 avril, jour de son 52ème anniversaire, victime d'une chute de 200 mètres sur l'arrête sommitane du Grünhorn.

Curieux, ce nom de "Corne Verte". En effet, ce surnom était celui des étrangers fraîchement débarqués au far-west, celui-ci, ou "Pied Tendre".

Fraîchement débarqué, Erhard ne l'était pas, il a grandi avec la varappe, la grimpe, les montagnes.

Pied tendre, pas plus. Son pied était sûr, précis et élégant.

La première fois que je l'ai eu comme chef de cordée, nous nous trouvions devant un mur de granit, de 20 mètres de haut environ, qui me  paraissait bien lisse...Il l'a escaladé en deux temps trois mouvements, à tel point que je n'ai même pas eu le temps de voir où et comment il posait ses pieds et ses mains. Avant que je ne me lance à mon tour, il m a dit: "La montagne est belle, elle ne ment pas, fais t' en une copine. Elle ne tue pas, c'est l 'homme ou son matos qui sont faibles..."

Cruelle réalité, surtout si l'on pense que le Grünhorn est réputé comme peu difficile.

Erhard était un danseur de granit, un chamois de l'élégance, un bouquetin d'endurance.

Il était parfois un peu rugueux, mais c'était sa face timide et prude. Comme un armailli, opiniâtre, modeste, doux et chaleureux,

Cette image, on se la garde, Erhard, et on tâchera de te suivre

 

16:53 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

30/11/2010

Maudet a raison et il a tort

C'est comme la célèbre contre-pèterie belge: il fait beau et chaud...

Bien sûr que Pierre Maudet a raison s'agissant des cyclistes, qu' il qualifie de "cycloterroristes..."

Bien sûr que Pierre Maudet a tort, en se fixant sur cette seule catégorie.

Je suis cycliste, tous les jours de l année, et je brûle allègrement tous les feux rouges que je connais pour bénéficier d' une onde verte que le département de la mobilité douce (pourtant détenue par une Verte, ne me concède pas). Mais je ne roule pas sur les trottoirs, ete je descends de mon vélo pour cheminer sur les trottoirs (faut dire que les pistes cyclables sont si encombrées...).

Je suis piéton parfois, et je brûle allègrement les feux quand je suis pressé.

D'aucuns sont en scooter, et empruntent les pistes cyclables...Et je ne parle pas des automobilistes qui brûlent joyeusement tous les feux jusqu'à 6h du matin.

Moralité: pourquoi exiger des cyclistes une discipline plus dure que pour les autres usagers? Commençons pas "pruner" tout le monde, et la peur du gendarme reviendra...

Et c 'est pour cela aussi, qu' il faut des gendarmes et des agents de sécurité sur le terrain, plutôt que des animateurs culturels dans les musées

 

 

07:00 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook