20/05/2018

Pierre Maudet: les vautours se lâchent...

Affaire Maudet il peut y avoir , certes, mais pourquoi cet acharnement, alors que chaque jour apporte son lot de révélations et de démentis et que, pour l'instant, le principal intéressé doit bénéficier de la présomption d'innocence?


Pierre Maudet a peut-être fauté, mais nul ne le sait, puisque personne ne connaît à l'heure actuelle le vrai fond de l'affaire. A son crédit, il faut mettre le parcours d'un homme politique brillant, autant à la Ville qu'à l'Etat, y compris sur le plan fédéral, où il a démontré une gestion parfaite de son département et de sa communication.

C'est justement sur ce plan que l'on peut s'interroger: comment un homme au parcours sans faute, aux réalisations évidentes et réussies, a-t-il pu, si les faits devaient s'avérer exacts, se laisser piéger de cette façon? Et comment surtout, ce politicien brillant gère-t-il aussi mal son image et sa communication, lui qui a fait de celles-ci le bras armé des politiques publiques dont il a la charge?

Cette affaire ne pouvait sortir avant le premier tour, tant Pierre Maudet était inattaquable, ni entre les deux tours pour des raisons évidentes. Elle sort fort opportunément au moment de sa désignation éventuelle, par ses pairs, à la Présidence du Conseil d'Etat, promise au candidat le mieux élu et membre du premier parti du canton, ce dernier sortant encore renforcé par les élections du 15 avril.

Je respecte le rôle d'enquêteur de la presse et des journalistes, la vérité doit être révélée. Mais que penser des députés qui, sans retenue ni réflexion, tirent sur le magistrat sans connaître le fond et sans respecter la présomption d'innocence, allant même pour certains jusqu'à  imaginer que la Présidence puisse revenir à l'élu MCG, dont le bilan assez maigre de cette première législature a été avantageusement remplacé par des effets de manche, un beau talent oratoire et une présence quasi systématique sur toutes les manifestations.

Je ne suis pas PLR, et je ne partage guère les positions ultra-libérales que ce parti  prône parfois, mais je garde mon admiration et ma confiance à un magistrat de talent, soucieux du bien commun, attaché au respect des institutions, affichant une belle vision d'avenir et qui représente Genève avec brio.

Cette législature pouvait bien commencer, et la voilà plombée par une histoire dont personne ne sait vraiment ce qu'elle représente. Et je parie déjà, lors de la prochaine session du Grand Conseil, sur une avalanche de textes déposés à la hâte et qui réclameront, pêle-mêle, qui la création d'une commission d'enquête parlementaire (dont le succès de la dernière en date est bien connu...), qui à un renoncement à la Présidence du Conseil d'Etat, voire à une démission.

Certes, les circonstances actuelles voudraient que le département présidentiel soit retaillé et que l'on y rajoute des politiques publiques comme les transports, la culture et du sport - au lieu de la sécurité - où l'homme pourrait faire merveille en attendant que toute la lumière soit faite.

Mais en tout état de cause, sachons raison garder et juste mesure adopter. Le climat de cette nouvelle législature en dépend.

20:41 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Que ces propos sont de bon sens. Ca ne m'étonne pas de toi cher Président.
cordialement.
p.l.

Écrit par : pierre losio | 21/05/2018

Entièrement d'accord.

Écrit par : norbert maendly | 21/05/2018

Si vos propos sont retenus - politique oblige ? - les miens sont plus pragmatiques et réalistes. En effet, je constate que lorsqu'il s'agit de M. Maudet, à droite, la presse genevoise, bien en tendu y compris la TdG, en fait tout un pataquès et, surtout, durant bien des jours. Je n'oublie pas la gauche et les verts qui sont épuisés par leurs critiques très souvent à "raz les pâquerettes". Par contre, lorsqu'il s'agit des voyages et autres décisions dictatoriales de M. Pagani, à gauche toute, la même presse en écrit à peine quelques lignes, puis plus rien !!! C'est un simple constat.

Écrit par : Alain BUHLMANN | 21/05/2018

"les vautours se lâchent..." J’espère que "vautours" n'est pas destiné au ministère public qui enquête, contre inconnu, sur l'affaire ?

Écrit par : Steve Roeck | 21/05/2018

Les commentaires sont fermés.