20/11/2014

Forfaits fiscaux: équité ou égalité?

 


 

 

 

Le parti socialiste prétend que les forfaits fiscaux seraient inégalitaires. Mais aucun système fiscal n’est réellement égalitaire. L’égalité fiscale, c’est le taux unique pour tous et aucune déduction possible pour qui que ce soit. Riches, pauvres, familles, célibataires, locataires, propriétaires : vous serez tous logés à la même enseigne. Vous avez des frais pour loger votre famille ? Tant pis pour vous. Vous souhaitez déduire vos frais de déplacements professionnels car vous habitez loin de votre lieu de travail ? Hors de question, ce n’est pas égalitaire. Après tout, vous n’avez qu’à déménager...
C’est justement parce que notre système fiscal n’est pas égalitaire qu’il est équitable. On a fait des choix de société pour alléger la facture de certaines catégories de contribuables (familles, « pauvres », etc.). A l’inverse, les taux d’imposition ordinaires étant progressifs, les « riches » paient proportionnellement plus que les autres. Le but de la fiscalité doit être d’imposer tout le monde au mieux, pour le bien de la collectivité.
Le lien avec les forfaits ? Ils s’adressent aussi à une catégorie spécifique de
contribuables : ils doivent être étrangers et n’ont pas le droit de travailler en Suisse. La collectivité accepte de les imposer d’une manière spécifique, et en échange, la Suisse reçoit 1 milliard de francs d’impôts par année. C’est un contrat social. Ce n’est pas égalitaire, mais c’est équitable. Tout le monde y gagne. Par contre, si on était égalitaire ces contribuables ne seraient pas en Suisse. Tout le monde y perdrait.
Un dernier détail, et pas des moindres : contrairement aux Suisses, qui y échappent, les
« forfaitaires » sont soumis à un impôt sur les successions. Ça aussi, ce n’est pas égalitaire. Mais c’est équitable. Refusons donc les initiatives pour la suppression des
« forfaits fiscaux ». A force de rechercher l’égalité partout, le PS nous demande de tous nous appauvrir. Ça, ce n’est pas équitable.

 

17:55 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Que ne ferait-on pas pour de l'argent ! Il ne s'agit pas d'être égalitaire, mais juste de s'interroger sur ce que vous appelez l'équité. Personnellement j'ai beau chercher, je n'arrive pas à trouver la moindre notion d'équité dans les forfaits fiscaux. Raison pour laquelle j'ai déjà accepté l'initiative fédérale et la genevoise.

Il me semble que la première question que l'on devrait se poser, c'est de savoir pourquoi ces forfaits ont été introduits. Quoi qu'on en dise les privilèges restent des privilèges et du point de vue "éthiquable", il y a un peu de sable dans les rouages de la fiscalité.

Quant au sempiternel argument qui consiste à dire que les impôts vont augmenter si les "forfaitaires" s'en vont, il serait vraiment temps de trouver autre chose, la réalité de ce pseudo-argument restant encore à démontrer !

Enfin, si les "riches étrangers" ne sont en Suisse que pour des raisons bassement fiscales et financières, alors oui, peut-être est-il préférable qu'ils s'en aillent...

Selon que vous serez puissant ou misérable... Vous connaissez la suite.

Écrit par : Michel Sommer | 21/11/2014

Les commentaires sont fermés.