11/10/2014

Le déni de démocratie du MCG

Dans un dernier billet sur ce blog, et suite à un article du président du PS C. Levrat, j'avais assimilé le MCG genevois à l'UDC quant à ses méthodes que je qualifiais de "fascisantes".

Cela m'a valu un texte au vitriol du secrétaire général du MCG, nous qualifiant de "Benito Leyvrat - au lieu de Levrat - et d'Adolf Guinchard"....

Ce soir, ou presque cette nuit, le MCG a utilisé toutes les méthodes, démocratiques ou non, pour faire échouer un projet de loi: renvois en commission, amendements et autres.

Puis, violant toutes les règles de bienséance et de politesse, le président d'honneur du MCG est intervenu depuis la tribune présidentielle, sans avoir demandé la parole, hurlant et exigeant une suspension de séance.

Rappel à l'ordre, réunion d'urgence du Bureau et décision d'expulsion du trublion par les forces de police décidée. Heureusement, avec dignité, le Président du CE et son collègue M. Poggia ont convaincu le bouillant député de sortir sans qu'il soit nécessaire de l'expulser par la force.

Tous les députés MCG, sans aucun esprit critique, se sont massés autour de leur "chef" pour le protéger et empêcher la police de l'embarquer.

Culte du chef, protection rapprochée, processus interne de décision autoritaire, blocage des institutions,insultes, menaces de mort et j'en passe...

Cela ne vous rappelle rien?

00:48 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

Il faut éviter toute comparaison 'in extenso' abusive. Force est de constater que notre démocratie fonctionne et que les débats parlementaires parfois houleux en sont la meilleure preuve.
A moins de faire un culte de la mauvaise foi, nous savons tous que les menaces proférées n'en sont pas et que toute cette agitation est plus à mettre en rapport avec une scène de pièce de théâtre que de la volonté d'instaurer un état totalitaire.
Laissons à chacun le soin d'interpréter sa partition et surtout ne faisons pas le lit de ceux que nous combattons tous.

Écrit par : Ronald ZACHARIAS | 11/10/2014

@Monsieur Guinchard n'étant pas concernée par l'article relaté si humain malgré tout,je ne peux m'empécher de repenser à la Rafle du Vel'hiv ou sitôt le film projeté de nombreux esprits ont commencé à prendre conscience de qui s'était vraiment passé.Ce film a montré à tous les effets des plus pervers comme les mots intolérance et intransigeance
Sitôt l'horreur retombée ce qui était dénoncé eut un effet boomerang car jamais depuis la fin de la guerre n'avions nous entendu autant de mots comme caméras de surveillance,taxes ,surtaxes et amendes d'ordres en tous genres même pour des fumeurs bannis des endroits publics .
Cependant je compatis de tout cœur à ce qui est arrivé à Monsieur Stauffer car le bannissement même en étant politicien se doit d'être pris très au sérieux car le réel ressenti ne sera jamais montré au grand public
Et si l'on songe au grand manitou des Verts Allemands qui lui a pu exercer son mandat en toute impunité tout ceci montre bien qu'il existe un vrai problème au sein de la classe politique
Très belle journée pour Vous

Écrit par : lovsmeralda | 11/10/2014

Oups désolée ,je voulais dire indirectement concernée car n'habitant pas Genève

Écrit par : lovsmeralda | 11/10/2014

Vraiment n'importe quoi ce qu'a fait le président du grand conseil. C'est absolument inadmissible de faire intervenir 7 flics pour une connerie sans intérêt alors qu'ils ont tellement mieux à faire partout ailleurs a geneve. Ils feraient mieux d'aller arreter les dealers que d emmerder un mec que bientôt 30% des genevois soutient.

Écrit par : Alex | 11/10/2014

Je me plais souvent à répéter la citation d'Helvétius :

"Les hommes sont tellement bêtes qu'une violence répétée finit par leur paraître un droit."

Écrit par : Michel Sommer | 11/10/2014

On dira à "Alex" que :

- Tout d'abord, il y a eu 2 policiers, pour un député
- Immédiatement, une bonne partie des MCG se sont agroupés autour de lui
- Toute personne logique considèrera que 2 policiers contre 7-8 personne, ce n'est pas l'engagement le plus intelligent qui soit
- Il est surtout inadmissible d'avoir hurlé pendant 15 minutes au milieu de la salle et paralysé l'activité parlementaire pendant 45 minutes
- Pour les 30%...Organisez des élections en novembre et vous verrez qu'il ne serait peut-être même plus élu
- Enfin, la population genevoise en as RAS-LE-BOL d'être la risée nationale par la faute de ce politicien, c'est dommage car calmement, on pourrait non seulement l'écouter mais le remercier de dire certaines choses.

Écrit par : JDJ | 12/10/2014

Les commentaires sont fermés.