29/06/2014

La traversée de la rade: un naufrage

Durant la campagne électorale de l'été passé, l'UDC s'est réappropriée le projet de traversée de la rade (petite traversée parallèle au Pont du Mont Blanc et sous-lacustre), pour des raisons purement électoralistes et pour se rallier les voix des "tout à la bagnole".

Ce concept date du siècle passé et ne résoudra aucun problème de circulation à Genève. Mais au-delà de cet aspect passéiste et désormais inutile, ce projet devisé à 1 milliard 300 millions ( sans compter les dépassements et surcoûts habituels, donc au minimum 1 milliard 800 millions au total) aura pour seul effet de plomber les finances cantonales, déjà au plus mal.

En effet, l'initiative UDC exige la réalisation de cet ouvrage en six ans dès son acceptation par le peuple. Or, les investissements prévus par le Conseil d'Etat pour ces prochaines années se montent à environ 1 milliard 300 millions et certains ne peuvent plus attendre. Rénovations lourdes de cycles, de collèges, de l'Uni, route des Nations, extension du tram (en particulier vers Bernex), gare souterraine de Cornavin, et j'en passe...

L'effort financier demandé au canton pendant ces six années va reporter les investissements les plus urgents aux calendes grecques.

De surcroît, les projets d'investissement du Conseil d'Etat, pour la plupart, bénéficient d'ores et déjà de la manne fédérale qui, en cas de oui le 28 septembre, sera simplement supprimée et pas forcément reportée plus tard.

Cette initiative est un leurre, une tromperie, un mensonge. Elle est désuète, inadéquate et inutile. Plus grave, elle bloquerait pour plus de dix ans tout nouvel investissement de l'Etat dans des domaines prioritaires.

Lors d'un débat sur ce sujet devant l'assemblée des délégués du PDC, le député UDC Patrick Lussi, promoteur de cette initiative, à une question d'un délégué sur le financement, a répondu que les questions de financement n'étaient pas le problème de l'UDC, mais de l'Etat. ben voyons...

Pour un parti qui coupe systématiquement dans toutes les prestations - c'est son credo - la réponse est un peu courte...

15:43 Publié dans Votations cantonales | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Au moins cette fois vous reconnaissez la raison pour laquelle vous êtes opposé à la traversée de la rade : Le financement.

Mais alors, ayez l'honnêteté de parler du financement de votre projet de traversée du lac que la Confédération a refusé d'inscrire dans ses projets avant 2030, au mieux.

Et comme vous n'avez pas de réponse, vous sortez avec un projet d'élargissement du Pont du Mont-Blanc !

Car vous savez pertinemment qu'avec le développement de la métropole que vous appelez de vos voeux, c'est la paralysie programmée à court terme qui nous attend. On y est presque.

Je partage évidemment vos soucis sur l'ampleur de la dette. Mais vous ne parviendrez pas à faire croire aux Genevois que notre canton n'a pas les moyens de s'offrir cette traversée indispensable.

Par votre insistance et votre mauvaise foi, vous contribuez au seul naufrage dont il est question ici, le naufrage de votre parti.

Écrit par : PIerre Jenni | 30/06/2014

Les impôts (lourds) payés par les vaches à lait que sont les propriétaires de véhicules, rentrent bel et bien dans les caisses de l'État.
Aussi bien cantonal que fédéral.

CQFD.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 30/06/2014

@P. Jenni
Il ne vous aura sans doute pas échappé, à la lecture de la presse récente, que l'idée de l'élargissement du Pont du Mont Blanc vient du PLR. Je précise que je n'appartiens pas à ce parti et que je ne soutiens pas non plus ce projet, qui ne résout pas grand chose puisque la largeur des quais menant au pont reste la même...

Écrit par : Jean-Marc Guinchard | 30/06/2014

Les commentaires sont fermés.