16/02/2014

Bruxelles sait où ça fait mal...

http://www.tdg.ch/suisse/bruxelles-gele-participation-suisse-programme-recherche/story/13242267


Et voilà, la première mesure de rétorsion est tombée. Bruxelles suspend les programmes de recherches Horizon 2020 et Erasmus. Le premier ramène aux EPF de Zürich et Lausanne plus de 40% de financement, et le second permet à nos étudiants des échanges enrichissants avec toutes les autres universités européennes, leur donnant un bagage essentiel pour leur avenir et leur permettant d'être un apport précieux pour nos structures de recherche et notre économie.

Les ténors de l'UDC, rejoints à Genève par ceux du MCG, n'auront sans doute pas réalisé cette conséquence majeure pour l'avenir de notre jeunesse, pas plus d'ailleurs qu'ils ne se sont rendus compte de toutes les conséquences de leur initiative mensongère et purement électoraliste.

Ils se sont surtout souciés de leur propre situation, de ce jardinet propret qu'ils veulent faire de la Suisse, avec un beau gazon bien entretenu et des petits nains, les yeux tournés vers le passé.

Le rapport au passé n'est qu'un outil pour comprendre le présent et anticiper l'avenir, ce ne doit pas être un dogme, ni une excuse à la fermeture au progrès.

La décision de Bruxelles est certes regrettable, mais elle s'inscrit dans la logique du rapport de force voulu par nos mouvements nationalistes.

Dés lors, nus unis et nos hautes écoles, nos instituts de recherche, l'ensemble de nos étudiants et doctorants ont ici toutes les raisons de s'indigner devant cette injustice crasse et inculte.

L'initiative est votée, elle sera appliquée. reste à espérer que durant ces prochaines années, à chaque échéance électorale, ceux qui ne veulent plus de ces mouvements rétrogrades et xénophobes les boutent hors des législatifs et des exécutifs communaux, cantonaux et fédéraux.

22:51 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook

Commentaires

Quelle défaite amère, quelle panique devant l'UE qui gonfle les muscles avec des pseudos mesures de rétorsion risibles en se tirant elle-même une balle dans le pied. Elle s'agite, braille, tape des pieds et se roule par-terre comme un enfant gâté à qui on a refusé un bonbon, l'UE qui ne supporte pas qu'un pays ne lui appartenant même pas donne des leçons de démocratie aux autres pays qu'elle s'adonne à détruire. Tout ça à la veille d’élections européennes, quel culot cette petite Suisse raciste qui accueille pourtant plus d'étrangers que n'importe quel autre pays de l'UE!

Mais ne vous inquiétez surtout pas, le votes-sanctions tomberont; à l'encontre des libéraux qui ont menti au peuple et qui l'ont escroqué durant plus de 10ans en profitant du dumping-salarial sans activer de clause de sauvegarde, ainsi qu'à l'encontre des socialistes, dinosaures apparatchiks, laquais et idiots utiles des milieux libéraux qui n'ont pas été capable de défendre le même peuple durant toutes ces années, préférant planifier une retraite dorée à Bruxelles avec leurs amis technocrates non-élus.

Oui, les prochains votes-sanctions vont faire mal, mais pas à ceux que vous espérez.

Écrit par : asdf | 17/02/2014

Envoyons les chars... et LE Gripen (celui qui est en prêt à l'essai)...

Écrit par : petard | 17/02/2014

S'ils mettent en application cela par vindicte Monsieur, ils vont perdre plus de 4 milliards d'investissements de la Suisse. Ce qui n'est peut-être pas un mal pour nous, puisqu'elle en récupère seulement la moitié et par voie indirecte :

Les montant pour l'UE à laquelle la Suisse a contribué :

Depuis 2006 à 2013 :

4'574,79 millions

Ce qu'elle en a retiré par voie indirecte :

2'444.6 millions

En ce qui concerne les futures contributions pour les trois programmes portant sur la recherche, l’éducation et les médias pour la période 2014-2020, des contributions à hauteur de 4,225 milliards CHF au total sont attendues (recherche : 4 milliards CHF, éducation : env. 185 millions CHF et médias env. 40 millions CHF).

Avec l'espoir qu'elle en récupérera une bonne partie pour la période 2014-2020. C'est beau l'espoir, ça fait vivre dit-on. C'est ce que se disent tous les petits vieux, handicapés, malades qui crèvent tous seuls chez eux dans notre pays, sans soutien, sans AJ pour les défendre, sans curatelle ni assistante sociale, ainsi que nos anciens "étrangers" qui perdent leur boulot à 50 ans après plus de 35 ans sur le sol pour être remplacés par des petits nouveaux aux dents longues. Un peu de réalisme SVP.

Qui peut croire que l'UE qui est sur la paille pourrait se passer de la contribution de la Suisse à hauteur de plus de 4 milliards ?

C'est ce qui va arriver si elle n'enlève pas très rapidement ses oeillères.

Les chiffres sont ici :

https://fr-mg42.mail.yahoo.com/neo/launch?.rand=194o0e3acsfll#mail

L'Europe est un gouffre à fric, point barre. Elle est incapable de gérer son union, ni de remettre sa gestion de celle-ci en question. Nous nous en sortirions beaucoup mieux sans elle et sans ces accords. l'échange ne fonctionne que de manière unilatérale. Dans les faits, actuellement, nous sommes perdants sur des quantités de plans.

Soyons clairs, nous n'avons pas fermé nos portes, nous voulons juste réguler un excès que nous ne pouvons pas gérer. Si l'UE ne comprend pas cela, c'est elle qui y perdra.

Écrit par : Jmemêledetout | 17/02/2014

"Le rapport au passé n'est qu'un outil pour comprendre le présent et anticiper l'avenir, ce ne doit pas être un dogme, ni une excuse à la fermeture au progrès."

Il n'y a dans le char de certains Suisses qu'une marche arrière, un frein et un rétroviseur.

Écrit par : Michel Sommer | 17/02/2014

" L'Europe est un gouffre à fric, point barre. Elle est incapable de gérer son union, ni de remettre sa gestion de celle-ci en question. Nous nous en sortirions beaucoup mieux sans elle et sans ces accords. l'échange ne fonctionne que de manière unilatérale "

Vous oubliez que notre principale partenaire européen est l'Allemagne l'un des pays les plus discipliné, les plus rigoureux en matière de finance d'Europe.

De plus c'est faux que l'échange est unilatéral. L'UE importe le 70% des marchandises suisses que cette dernière exporte dans le monde.

D.J

Écrit par : D.J | 17/02/2014

Par Bruxelles, le gel d'Erasmus et d'Horizon 2020 est punitif ("sanction")
Qui est fautif? le peuple suisse coupable d'avoir pris au sérieux l'objet des votations: réguler l'immigration. Immigration question qui se posera tôt ou tard en Suisse comme ailleurs (point de vue positif de Daniel Fillon à ce sujet) et non jardinets helvétiques ou nains de jardins... Xénophobie? A part les irééductibles, non.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 17/02/2014

« L'UE importe le 70% des marchandises suisses que cette dernière exporte dans le monde.»

Pourcentage faux et fallacieuse interprétation de la statistique de notre balance commerciale. Un propos très fabuisien...

Voir mon com ici:
leblogdaxelmarion.blog.24heures.ch/archive/2014/02/10/temp-d4d19d46148319cc3a13869ea8c8a02a-855133.html#comments

C'est comme ce slogan raccourci du "un franc sur deux", que je ne suis pas seul à réfuter catégoriquement, car cette affirmation ne résiste à aucune analyse statistique sérieuse.

Écrit par : petard | 17/02/2014

@Jmemêledetout, bien plus, beaucoup plus!.

Vous vous souvenez du milliard "de cohésion" que la Suisse s'aprêtait à verser aux nouveaux membres de l'UE? En fait, la Suisse a financé l'UE & ses développements à hauteur de beaucoup plus, des milliards.

Quelques financements suisses de l'UE (budget confédéral 2013):

+4 mios de financement suisse du programme Erasmus ("la Confédération est un partenaire au même titre que les Vingt-Sept et les autres Etats-tiers participants. Elle finance à ce titre pour environ six millions d’euros le programme européen. 2012. Le Temps" http://www.letemps.ch/Page/Uuid/bbc0384c-192f-11e2-aecd-ec3c890cd379/La_Suisse_dErasmus)

+1,2 milliard de contribution suisse à l’UE aux pays de l’Est

+ 20 milliards aux NLFA de financement CH à l'axe ferroviaire européen nord-sud

230 mios CH pour l’adaptation des gabarits sur la ligne de Luino et sur le tronçon Chiasso – Milan

3,3 milliards de dépenses CH en 2013 des collectivités publiques en faveur des relations internationales


cf. Discours du 1er août 2013 d'Ueli Maurer, "la Suisse c’est David, Goliath,?"
http://www.letemps.ch/Facet/print/Uuid/50464f34-fa11-11e2-be88-9d89e54c8edf/Pour_Ueli_Maurer_la_Suisse_cest_David._Et_Goliath

Écrit par : Pierre à feu | 17/02/2014

@Pétard
Vous oubliez 1 choses dans votre équation.
La part des exportations de l'UE vers la Suisse ne représente qu'une goutte d'eau par rapport à la taille du Marché Européen.
2 exemples :
Allemagne : 3.7% de ses exportations vers la Suisse
France : 3.5% de ses exportations vers la Suisse

La claque que vous pensez asséner à l'UE est une caresse appuyée ni plus ni moins… La grenouille qui veut se faire plus grosse que le Boeuf.

Écrit par : Eric | 17/02/2014

J'ai répondu à DJ et à Michel Sommer, mais mon deuxième commentaire a été censuré pour des raisons qui m'échappent.

Écrit par : Jmemêledetout | 17/02/2014

@ Petard,

On s'en fout de ce que Fabius dit. Ses Propos n'engage que lui. Personne ne vit aux crochets de qui que ce soit. Il s'agit de relation commerciale avec l'UE et non de vivre à son crochet comme si l'on était des assistés. Le problème n'est pas vraiment le rapport entre se que l'on achète et on vend à l'UE. Avec les accords bilatéraux la Suisse accède librement à un vaste marché. Ce qui ne serait plus le cas si ces accords tombent.

Les entreprises suisses dont leur chiffres d'affaire dépendent de beaucoup avec le marché européen que se soit des biens ou des services auront beaucoup plus de difficulté à accéder au marché européen. L'Europe est bien le plus important partenaire commercial de la Suisse. Vous pouvez jouer avec tout les chiffres que vous voulez c'est une réalité. N'oubliez pas que les entreprises pensent en premier à leur intérêt avant celle des électeurs qui ont voté oui à l'initiative.

Si le marché européen leur est bien plus accessible dans l'UE suite à la dénonciation de accords bilatéraux par l'UE, c'est pas un problème pour eux de délocaliser. Et c'est pas non plus la meilleur façon d'en attirer d'autres entreprises. On attrape pas les mouches avec du vinaigre.

Et question de délocalisation c'est bien ce que songent actuellement certaines entreprises suite à la votation sur l'immigration massive. Elles ne sont pas encore parties mais c'est un signal qu'il faut prendre au sérieux.

Par contre sur la recherche on vient d'être exclus du programme européen Horizon 2020. Là aussi c'est des milliards qui s'envolent pour les écoles polytechniques fédérales. Et ces écoles comme les unis leurs performances dépendent également des fonds privées de sociétés privées. Ces dernières aussi pensent à leurs intérêts économiques et iront investir là où la recherche est le mieux soutenue.

D.J

Écrit par : D.J | 17/02/2014

«La claque que vous pensez asséner à l'UE est une caresse appuyée ni plus ni moins»

Rarement vu une caresse "appuyée" énerver autant de monde !

«Si le marché européen leur est bien plus accessible dans l'UE suite à la dénonciation de accords bilatéraux par l'UE, c'est pas un problème pour eux de délocaliser.»

Si des entreprises suisses délocalisent complètement, ce ne sont plus des produits suisses.
Lisez à ce sujet l'interview de Nick Hayek parue l'autre jour dans 24H ou ailleurs...

Et c'est pas non plus la meilleur façon d'en attirer d'autres entreprises.
...mais parce que vous croyez qu'elles viennent ici QUE pour produire des trucs qu'elles vendent ailleurs ?
J'ai vu ce soir sur TF1, Hollande faire des risettes aux industriels étrangers pour qu'ils viennent créer des emplois en France: Visas express en 24 heures, passe-droits administratifs douteux, etc. C'est de loin pas gagné... et le climat social (grèves pour un oui ou pour un non, etc.).

Et vous avez peur de ça vous, l'Atlantiste au garde-à-vous ?

Écrit par : petard | 18/02/2014

UE = marché de dupes

Pour rappel: le UK n'est PAS dans la ZONE EURO n'est PAS dans l'espace SCHENGEN.

Les attaques de l'UE :
c'est Barroso qui panique avant de perdre aux élections.
c'est l'UE qui détourne les opinions de ses GROS PROBLEMES avec les USA
auxquels emboîtent le pas chacun des ministres des pays membres pouvant utiliser ce buzz
pour, à leur tour, détourner l'attention de LEUR GROS PROBLEMES de financements..

l'UE a autant besoin de la CH, que la balance CH a besoin de l'UE
- Sauf que sans la CH, la balance de l'UE serait dans le rouge

Sans les MILLIARDS de rachats d'EUROS par la CH, la France aurait eu de bien mauvaux taux d'emprunt... de bien plus grosses dettes
etc

l'UE fait son gros chantage à la Suisse?
>>> Le UK n'est PAS dans la ZONE EURO / n'est PAS dans l'espace SCHENGEN !!!!!!!

Écrit par : Pierre à feu | 18/02/2014

@ Pierre,

" Pour rappel: le UK n'est PAS dans la ZONE EURO n'est PAS dans l'espace SCHENGEN. "

Mais la Grande Bretagne a toujours accès librement au marché européen elle est membre à part entière de l'UE. C'est bien ce libre accès qui posera problème à la Suisse si elle ne peut plus a accéder librement.

" l'UE a autant besoin de la CH, que la balance CH a besoin de l'UE
- Sauf que sans la CH, la balance de l'UE serait dans le rouge "

L'Europe exporte pour la Suisse pour à peine plus de 3% du total de ses exportations contre 70% pour la Suisse vers l'UE. Je crois que l'UE s'en remettra un peu plus facilement que la Suisse.


@ Pétard,

" Si des entreprises suisses délocalisent complètement, ce ne sont plus des produits suisses ".

Là n'est pas le problème. le problème c'est de les voir foutre le camps de Suisse. Si c'est juste une ou deux sur 5 ans c'est pas grave; mais si cela devient trop fréquent; c'est beaucoup d' emplois à la trappe, des rentrée fiscales en moins, une perte de compétitivité et de croissance.

" ...mais parce que vous croyez qu'elles viennent ici QUE pour produire des trucs qu'elles vendent ailleurs ? "

Beaucoup d'entreprises en Suisse dépendent de l'exportation. Les multinationales et aussi toute les PME sous-traitantes. La Suisse à tout les atouts pour que des entreprises choisissent notre pays pour faire commerce dans le marché européen. Mais cela pour autant qu'elle puissent toujours y accéder librement pour être beaucoup plus concurrentielles.

C'est un peu comme si les clubs français de foot décidaient de quitter l'UEFA et qu'ils ne peuvent ainsi plus participer aux compétions officielles ni le droit de recruter des joueurs d'autres clubs européens et qu'ils ne peuvent désormais que jouer dans le championnat français et cela tout en espérant rester toujours compétitif avec les autres grandes club de foot européen.

D.J

Écrit par : D.J | 18/02/2014

Les commentaires sont fermés.