15/09/2013

"Le spectre de la cohésion nationale hante le débat sur l'armée"

C'est le titre d'une page consacrée à ce thème par le Matin de ce dimanche.

Débat assez intéressant, mais somme toute  - et étonnamment - assez peu critique. A part H.-U. Jost, qui estime que les CFF et La Poste font plus pour la cohésion nationale que l'armée.

Ceux qui rappellent inlassablement ces temps, dans les médias sociaux, dans les médias et dans les assemblées politiques, que l'armée est le ciment de l'unité de notre pays et le garant de notre cohésion nationale estiment que c'est grâce à l'armée que tous les jeunes de notre pays apprennent à se connaître, à échanger par delà les frontières des langues et à découvrit leur pays, sous le même uniforme et sans distinction de classe sociale.

Cette conception s'est révélée vraie, jusque dans les années 90. Mais soyons réalistes, ce n'est plus le cas. Au siècle passé, plus de 80 % des jeunes faisaient leur école de recrues et leurs cours de répétition. Ce taux est tombé à 40 ou 60 % selon les cantons ou les régions. Donc, on ne doit plus parler à cet égard d'instrument de cohésion.

Ceux qui défendent cette option sont des passéistes, ils font un déni grave de la réalité.

Ils esquivent de surcroît l'intelligence des propositions du PLR genevois, soutenues par le PDC, d'ouvrir un nouveau débat sur l'obligation de servir qui, contrairement à l'initiative du GSSA, étendrait cette obligation à tous les jeunes de 18 à 25 ans, soit dans l'armée, dont nous avons besoin, soit dans des domaines communautaires (associations, hôpitaux, EMS, services d'aide à domicile, etc...).

Aucun jeune ne refuserait de donner 9 à 12 mois de sa vie au service de la communauté.

Ce principe de base, dans son application, devrait aussi tenir compte des jeunes qui se consacrent à des activités de volontaires, notamment au sein des pompiers volontaires et/ou des services de secours sanitaires.

De même, les jeunes étrangers qui suivraient cette voie devraient pouvoir bénéficier par ce biais d'une naturalisation facilitée.

Abandonner ce dogme de cohésion nationale par la seule armée est une condition nécessaire pour ouvrir, après le rejet de l'initiative du GSSA, un débat constructif et plus large.

15:01 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.