27/01/2013

Initiative Minder

Débat intéressant vendredi soir, comme d'habitude, sur Forum. En particulier le volet consacré à l'initiative Minder contre les rémunérations abusives des grands patrons, suite au sondage réalisé durant la semaine du 13 janvier et qui donne le texte de M. Minder gagnant à 58%.

Certes, l'on sait que durant ces 5 prochaines semaines, jusqu'au jour de la votation du 3 mars, le score peut s'effriter, voire s'inverser, comme cela arrive souvent s'agissant d'un initiative populaire.

je reste surpris du message martelé par Economie suisse qui investit dans la campagne pour le non près de 6 à 7 millions de francs, avec des méthodes et des arguments plutôt spécieux.

Jugeons plutôt: Economie suisse en appelle à la raison de la population, en lui demandant de ne pas voter de façon émotionnelle.

Deux remarques:

Comment d'abord parler de raison, quand tout un chacun peut constater que la conduite de nos dirigeants bancaires, de cacades en fraudes, n'a rien eu de raisonnable ces dernières années et leur a permis, en plus de salaires indécents, de récolter bonus et parachutes dorés, sans sanction eût égard à leur conduite et leur responsabilité...?

Comment ensuite demander au citoyen de ne pas céder à l'émotion alors que face à ces évènements il passe de la rage au sentiment d'injustice, de l'incompréhension à la colère?

Certes, l'initiative Minder est certainement, par certains aspects, un peu excessive, mais ces aspects ne justifient pas la vision d'avenir apocalyptique que donnent ses opposants quant à l'emploi et à la difficulté de trouver de bons patrons pour assurer l'avenir pour nos industries...

M. Minder le prouve: pour réussir, il n'a pas eu besoin de salaire exorbitant et, de surcroît,  il investit dans cette campagne ses énergies physiques, mentales et financières, et quasiment seul. Et cela, cela plaît aux Suisses, qui découvre un modèle de patron dont le salaire mensuel ne correspond pas à 5 ans du salaire moyen de l'un de ses employés.

Précision non négligeable: le sondage mentionné par Forum a été réalisé avant les révélations du départ de Daniel Vasella de Novartis, et surtout avant l'annonce de ses indemnités pour les 5 prochaines années, juste pour ne rien faire...

Un autre argument avancé par Economie suisse est la solidité du contre projet. Mais bon, ce n'est pas un contre projet direct, et rien n'assure qu'il sera mis en oeuvre ou qu'il ne sera pas l'objet d'un referendum. Certes, Economie suisse a garanti qu'elle ne lancerait pas un tel referendum. Mais quid des autres organisations économiques et patronales...?

En l'état, Economie suisse a tout intérêt à changer son message, et surtout son chargé de com...

12:32 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Expliquez-nous en quoi l'initiative de M. Minder est excessive, et non pas au contraire, largement insuffisante et parfois maladroite en matière de régulation comme cela l'est suggéré par un nombre important d'économistes et de chercheurs indépendants (comprenez : dont le salaire ne dépend ni des organisations d'intérêts économiques et dont l'opinion n'est pas assujettie aux injonctions des notables) ?

Écrit par : Pikachu | 27/01/2013

Les commentaires sont fermés.