06/01/2013

La vie est belle...

...certes, surtout en ces périodes de fêtes, du moinspour les plus favorisés d'entre nous.

Et la mort est toujours aussi moche, surtout brutale, violente, inattendue et en particulier en ces périodes de fêtes...

La tragédie de Daillon, au centre d el'actualité depuis quelques jours, nous rappelle quelques souvenirs assez récents:

"Tout est sous contrôle, l'Armée sait exactement qui est en possession d'une arme de service..."

"Un registre centralisé de recensement des armes, tel que demandé par l'initiative contre l'arme à la maison, serait trop lourd à gérer. C'est le problème des cantons, et nous promettons de faciliter rapidement les échanges de renseignements entre ces derniers..."

"L'arme est à la maison, mais les soldats n'ont plus leurs cartouches à la maison...."

"Les contrôles effectués à la sortie des stands de tir et à la fin des exercices de tir permettent d'exclure que des cartouches ne soient subtilisées..."

"Les échanges entre la police et l'Armée concernant des individus dangereux sont réguliers et satisfaisants..."

Quelques deux ans après le rejet de la dite initiative - rejet massif en particulier en Valais - et quelques morts supplémentaires plus tard, les Voruz et Perrin, comme d'autres ténors de l'UDC ou de la droite, reconnaissent aujourd'hui - et avec quelle quelle clairvoyance - qu'il y a un problème et qu'il faut le gérer sur le plan fédéral.

En effet, au lendemain de la votation, on apprenait:

- que plusieurs milliers d'armes de sevice se promenaient dans la nature sans contrôle

- que les échanges d'informations entre la police et l'Armée étaient pour le moins lacunaires

- que des individus considérés comme psychologiquement faibles étaient toujours en possession de leur arme de service

- que les cantons n'ont toujours rien fait en matière de coordination de renseignements.

On se souviendra aussi de l'affiche représentant le président des jeunes UDC genevois, nu, avec comme cache sexe - ou substitut - son seul fusil d'assaut... Belle preuve de puissance et de mâle virilité, dont le retour sur image est particulièrement sordide après Daillon.

Ces défenseurs de l'arme à la maison ne sont rien moins que des complices de meurtre, par dol éventuel. Ils savent que la situation actuelle peut favoriser, voire provoquer des meurtres et des suicides, mais ils en prennent leur parti et - considérant que ce n'est pas monnaie courante - admettent que ce soit possible et qu'il faut bien faire avec.

Messieurs, combien vous faut il de morts de plus pour changer d'avis?

15:15 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

je déconseille aux nombreux suicidaires et dépressifs de venir lire les blogs
les gens solitaires et âgés recherchent des articles pour se détendre.Entre Dieu qui depuis longtemps à compris que ces créatures ne changeraient jamais la face du monde qui a toujours été un monde de brutes et d'assassins et les viols,tueries qui vont meubler page blanche pendant un mois voire plus ,autant avoir le coeur et les nerfs bien accrochés et je comprends le peu de lecteurs autres que les habitués depuis bientot 7 ans.Notre pays est devenu un piège à dépressions multiples
Ce n'est en rien une attaque personnelle cher Monsieur Guinchard mais simplement un point de vue d'ancienne soignante qui en a tellement vu etqui après tant de lectures reflétant ce monde d'hypocrites préfère passer ailleurs
toute belle année pour Vous Monsieur

Écrit par : lovsmeralda | 06/01/2013

Les commentaires sont fermés.