13/12/2012

Le mépris érigé en dogme politique

Citation de la Tribune de ce jour:

"Le débat sur l'adoption d'enfants par les couples de même sexe a donné lieu à des passes d'armes plutôt animées ce matin au National. Certains propos tenus à la tribune ont choqué.

Oskar Freysinger (UDC), rapporteur de la minorité de la commission qui refusait totalement l'idée d'une adoption, a fait l'apologie du «binôme père et mère qui est essentiel à la construction de l'identité de l'enfant». Pour le Valaisan, seule la famille traditionnelle avec un père et une mère, offre des conditions harmonieuses de développement à un enfant: «Déjà qu'une grande partie de l'éducation et de l'enseignement relève des femmes, comment un garçon qui n'a pas de père pourrait-il trouver un modèle et construire son identité masculine?»

Le Genevois Antonio Hodgers (Verts) le questionne alors: «Monsieur Freysinger, moi je n'ai pas eu de père dans mon enfance. Considérez-vous que j'ai des problèmes d'identité?»

Oskar Freysinger lance alors une réponse sonore: «Oui!...» Et de considérer son interlocuteur d'un large sourire sans rien ajouter."

L'UDC nous a habitués à de constants écarts de langage teintés de mépris et d'irrespect. S'agissant d'un débat aussi fondamental, dont les conclusions sont enfin favorables aux couples homoparentaux, les moqueries et la morgue affichées par un candidat au Conseil d'Etat valaisan et un enseignant dont le rôle est de transmettre des valeurs, sont édifiantes quant à la qualité et à la profondeur de raisonnement des représentants de ce parti. Quant on sait que Antonio Hodgers a été élevé par sa mère suite à l'assassinat de son père par la junte argentine, il y a de quoi frémir.

 

 

19:20 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

C'est tout?
Je veux dire: c'est tout ce qu'il y a eu comme échange digne d'être relevé ce matin?
Cette bravade provocatrice vous déstabilise?
À force, on va penser que les partisans ne relèvent que les provocations des opposants, ou ce qu'ils considèrent comme telles.
De toute évidence, l'intervention de Antonio Hodgers (la paix soit sur lui) était déjà une provocation...

Écrit par : Sérum | 13/12/2012

Freysinger a injurié les familles monoparentales; elles sont quelques milliers en Valais et les conjoints survivants, les divorcé(e)s et leurs enfants sauront s'en souvenir lors de prochaines élections.

Encore une fois ce suisse de souche autrichienne offre à ses nombreux ennemis politiques des verges pour se faire copieusement fouetter.

Écrit par : Les rives du bisse | 13/12/2012

"Quant on sait que Antonio Hodgers a été élevé par sa mère suite à l'assassinat de son père par la junte argentine, il y a de quoi frémir."
Si le père de Hodgers avait eu le pouvoir, combien de gens aurait-il assassiné ?
Si Staline avait été liquidé, cela aurait épargné 100 millions de morts. La junte militaire a éliminé 30'000 militants communistes en Argentine. A la même époque, leurs camarades cambodgiens tuaient deux millions de personne.
Cela ne vous fait pas réfléchir ?

Écrit par : Géo | 13/12/2012

ce que je sais de façon certaine qu'en embryogenèse,quand on sait l'élan patriotique de certains hippie's Américains à vouloir contenter les couples qui ne peut avoir d'enfant ,les couples même homos n'auront aucune peine à être parent.Exercice de longue haleine qui ne peut se résoudre à partir d'un embryon.Forcément ceux qui sont pour vanteront les mérites ,ceux contre trouveront peut-être alors ce qui échappe à beaucoup.En effet si on accepte l'enfant sans parent biologique hormi le donneur ,alors on peut accepter l'avortement.Il ne saurait y avoir deux poids deux mesures surtout quand on sait l'élimination obligatoire de ces spermatozoides congelés tot ou tard ,élimination dont on ignore comment et ou elle se fait.

Écrit par : lovsmeralda | 14/12/2012

OF illustre bien un proverbe qu'affectait tant la génération précédente de réactionnaires : "Cheveux longs, idées courtes".

Écrit par : Djinus | 14/12/2012

Les démarches de sensibilisation aux réalités gayes s'enrichiront quand elles se développeront autour de plusieurs axes, comprenant la possibilité d'opposer différentes visions du monde.
Pour l'heure, et ce billet conforte l'impression générale, on a l'impression qu'elles se cristallisent autour de l'axe: "lutte contre l'homophobie", ce qui la pousse à partir à la chasse systématique à la phrase homophobe et embourbe toute discussion...

Écrit par : Sérum | 18/12/2012

Les commentaires sont fermés.