09/12/2012

A rebours du bon sens...

Les EPF annoncent le doublement des taxes d'inscription des étudiants, et les CFF une augmentation majeure de leurs abonnements.

En Suisse, tous les programmes des partis, à l'occasion d'élections cantonales et fédérales, prônent l'accès aux études pour le plus grand nombre et la facilitation de la mobilité par le train plutôt que par la voiture.

Alors pourquoi ces décisions?

Pour les études, les taxes universitaires actuelles permettent à des étudiants, même issus de classes défavorisées, de s'inscrire et de décrocher un diplôme après les années imposées. Doubler les taxes revient à supprimer cet accès aux études pour nombre d'excellents candidats, qui font la richesse de notre pays à l'heure actuelle. Et les jobs d'été, ou annexes, ne sont plus guère possibles compte tenu de la crise ambiante.

Une telle décision, qui risque d'ailleurs de s'étendre ensuite aux unis, prive notre pays de cervaux bien formés. Elle est méprisante, élitaire et contrevient à la plupart des dispositions constitutionnelles fédérales et cantonales. Dans ce cas, le luxe des constructions des EPF pourrait facilement être diminué afin de réaliser des économies...

Issu d'un milieu modeste, des taxes telles que celles envisagées ne m'auraient jamais permis, comme à nombre de camarades d'études, d'entreprendre des études universitaires. Ceci fait notre force, et ne doit pas être oublié.

En ce qui concerne les transports publics, l'Etat ou les communes oublient toujours un principe de base: les prix des transports ne peuvent  être rentables, puisque l'Etat doit d'assumer, constitutionnellement, la desserte la plus large possible.

En augmentant massivement leurs tarifs, les CFF, dont le but n est pas de faire du bénéfice, vont rapidement décourager leurs usagers qui, évidememnt, reprendront leurs véhicules privés.

Manifestement, dans ces deux cas symptomatiques, l'administration foule aux pieds les dispositions constitutionnelles de base de notre pays et va à l encontre de deux principes fondamentaux: l'accessibilité aux études supérieures et la mobilité douce.

Je m'interroge: pourquoi si peu de politiciens réagissent?

 

17:09 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.