25/03/2012

Alain Berset a tourné sa veste...?

C'est ce que semblaient affirmer les médias cette semaine suite à la déclaration du Conseiller fédéral sur le projet de réseaux de soins intégrés (managed care en bon français....).

Cette modification de la LAMal a fait l'objet d'un referendum, dont les signatures ont été très vite réunies, grâce à l'apport des médecins, de la gauche et des syndicats.

Conseiller aux Etats, Alain Berset a voté contre cette modification, suivant ainsi les consignes de  son groupe. Aujourd'hui, il se dit favorable au projet, source d'économies possibles, ce qui fait hurler ses amis politiques qui crient à la trahison.

Certes, ce projet n'est pas bon, il pénalise les assurés au lieu de les inciter, et il ne reconnaît pas la valeur des médecins. Vu le succès de la récolte des signatures, il va certainement être refusé en votation populaire. Alors, quel intérêt pour notre nouveau Conseiller fédéral de soutenir cette modification?

Il n'a pas tourné sa veste, il a peut être été convaincu par son administration, hypothèse possible.

Je vois une autre piste: le réseau de soins, c'est une idée de son prédécesseur, donc il la soutient loyalement et collégialement. Mais elle est vouée à l'échec, dans la mesure où jamais une modification légale ne pourrait être acceptée contre les médecins, les syndicats  et la gauche unie....

Donc Alain Berset joue la carte de la continuité, tout en sachant que cet échec lui permettra de rebondir et de présenter un nouveau projet de révision de fond de la LAMal, comme contre-projet direct à l'initiative sur la caisse unique...

Pour un Conseiller fédéral dont certains critiquaient le côté lisse et consensuel, ce sera bien joué... C'est ça, la politique...

 

13:57 Publié dans Assurance maladie | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Trop complique pour moi.
Mais qui est Berset, enfin de compte. Un clone fabrique par l'administration ?

Écrit par : Bertrand Buchs | 25/03/2012

Merci beaucoup d'avoir pris la peine de nous apporter cette réflexion.
On voit à quel point la médecine dépend de la politique et plus de la rigueur de l'art médical.
Il semble que la politique actuelle résulte d'une naîveté déconcertante. On avance un argument par-ci, on en retranche un autre par là. La médecine devrait s'asseoir sur des données bien plus fondamentales.
Quand je lis, par exemple, dans l'article "Le secret du patient devrait être préservé" (TdG du 24-25 mars); "Les médecins ont reçu l'assurance d'Alain Berset lui-même que..." il faut être candide pour croire qu'une parole lancée un jour soit parole d'Evangile.
C'est avec la même superficialité que l'on cherche dans des chiffres des justifications à modifier le système de la LAMAL, sans tenir compte qu'en modifiant une donnée, il y a forcément des réactions en chaîne qu'il est très difficile de chiffrer.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 25/03/2012

L’apparatchik du PS n’est qu’un fourbe et perfide renégat de la pensée socialiste. En tant que représentant du ventre mou de la Suisse il me donne des envies de vomir devant tant de bassesses, pauvre ludion tenu en laisse par le centre et la droite.

Écrit par : Hypolithe | 25/03/2012

Ah ben si 'les commentaires de ce blog sont modérés' on se réjouirait de lire les commentaires refusés.

Écrit par : Koto | 29/03/2012

Les commentaires sont fermés.