17/12/2011

La patate chaude de Burkhalter à Berset

Didier Burkhalter aura fait à peine deux ans au DFI, sans résultats très probants. Il aura traversé cette période avec la nonchalance froide et altière qu'on lui connaît, peu propice à comprendre les mécanismes sociaux et les attentes d'une population qu'un PLR ne peut pas comprendre...

L'accuser de passer la "patate chaude" à Alain Berset est un peu facile. Ce département est difficile: Flavio Cotti, Ruth Dreifuss, Pascal Couchepin puis Didier Burkhalter s'y sont cassé les dents, chacun avec son style, le plus détestable restant celui de Pascal Couchepin, hautain et méprisant, peu soucieux des intérêts de la population en matière d'assurances sociales.

Alain Berset a deux légitimités pour reprendre ce défi difficile: la fibre sociale et socialiste acquise dans son environnement familial et de par ses études, et sa connaissance approfondie des mécanismes économiques. C'est la première fois depuis longtemps que nous aurons à ce poste un Conseiller fédéral dont la fibre sociale est incontestable et qui a, en même temps, une connaissance fine des mécanismes économiques.

Or, gérer le système de santé, à l'heure actuelle, sans en connaître les mécanismes sociaux et économiques, est un pari impossible.

C'est pourquoi Alain Berset est "the right man at the right place".

 

 

15:24 Publié dans Assurance maladie | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Ben comme ça, les socialistes comprendront peut-être qu'ils n'ont de leçons à donner que par l'exemple.

Écrit par : Déblogueur | 17/12/2011

Les commentaires sont fermés.