14/11/2011

Armes de service à domicile

Durant la campagne de votation sur l'initiative visant à supprimer l'arme d'ordonnance à domicile, les militaires et les opposants nous ont dit sur tous les tons que les contrôles mis en place permettaient d'éviter les drames potentiels.

En dix jours, deux homicides par armes d'ordonnance ont eu lieu.

Seule réponse des militaires: il faut mieux communiquer entre les départements de la justice et des affaires militaires.

Certes, bonne initiative, mais dans le cas du meurtre de St Léonard, l'arme était un fusil d'assaut, avec des cartouches volées. Ne nous a -t on pas dit  et redit que les contrôles étaient stricts?

Et même si cette communication se fait mieux entre ces départements, avec toutes les restrictions liées à la protection des données, on ne peut pas éviter les pétages de plomb qui peuvent nous toucher, vous et moi.

Moralité: les autorités et les militaires nous mentent, et la seule solution est bien d'interdire l'arme militaire à la maison.

19:16 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

Cette année, quand je suis arrivé dans un stand de tir du canton que j'aurai la bonté de ne pas citer pour mes tirs obligatoires, j'ai encore une fois pu constater la force des mesures de sécurité...

Je suis passé chercher mes munitions, et c'est un gamin d'environ 8 ans qui m'a mis 20 coups dans la main, pendant que la femme au guichet, sans doute sa mère, ne regardait rien. Elle a pris mon livret et... m'a redonné 20 coups. Evidemment je lui ai signalé que je les avais déjà, ce qui lui a fait pousser un grand "Oh!" après 3 secondes de vide total dans ses yeux. Bref, si j'avais voulu, j'aurais pu repartir avec de quoi remplir un magasin entier sans avoir eu à me fatiguer le moins du monde.

Non, les contrôles ne sont pas stricts. Plusieurs fois, j'ai acheté des coups d'essai, et arrivé sur le pas de tir, la personne allait lancer le programme sans me demander si j'en avais. Bref, j'aurais pu ne pas les tirer et les mettre dans ma poche. Il est certes plus compliqué de voler de la mun à l'armée. Mais dans les stands de tirs, c'est de la rigolade, et c'est bien là que ça devient dangereux.

Écrit par : Dex | 14/11/2011

Il faudrait aussi mettre les voiture à la caserne, les psychopathe aussi et même les couteaux de cuisine, les antidépresseurs, les benzodiazépines, les agents conservateurs cancérigènes, la mort aux rats, les outils dangereux, allez, tout à la caserne, mais dans le font, pourquoi ne pas vivre dans des caserne et laisser les armes dehors ? Ce serait tellement plus simple !!!

Écrit par : Corto | 14/11/2011

@corto
Vous oubliez l'aspirine qu'il faut interdire de toute urgence. La plus grande partie des suicides en Suisse sont commis avec de l'aspirine...

Écrit par : Urs Anker | 15/11/2011

et n'oublier certaines mouvances sectaires qui poussent au suicide par d'odieux chantages envers leurs anciens adeptes

Écrit par : lovsmeralda | 15/11/2011

LE PEUPLE SUISSE A DU SANG SUR LES MAINS

Il faut se rendre à l’évidence, avec la décision des urnes du 13 février, nous, peuple suisse, avons maintenant du sang sur les mains.

Après le dernier drame marquant du 13 novembre, on se rend compte combien notre décision était erronée, combien la valeur d’une vie humaine est incomparable face à des intérêts peu clairs.

Alors j’ai honte, je suis écœuré de ce peuple dont je fais partie, par son désintérêt, par son manque de discernement, facilement aidé en cela par des journalistes qui ne prennent pas leurs responsabilités d’objectivité.

Car enfin, même si l’initiative du 13 février avait pu sauver ne serait-ce qu’une vie, n’aurait-il pas été légitime de l’accepter ? A cette question, je réponds OUI, et vous ?

Claude

Écrit par : Claude65 | 15/11/2011

Cette discussion relève d'un tropisme très helvétique visant à tout interdire au nom de la sécurité publique - ou de tout autre prétexte plus ou moins fallacieux.

Au fond comme à la forme, on ne devrait même pas discuter de l'opportunité de remiser les armes de service à l'arsenal (même Israël le fait). Mais la récupération de ce non sujet m'horripile. Les incantations du style de "Claude65" et autres agités du bocal, vagissant au sujet du sang que le peuple suisse aurait sur ses mains sont d'une totale vacuité en plus de dramatiser inutilement un sujet simple.

La solution est ridiculement facile. Un simple acte d'autorité suffit. Et puis on passe à autre chose.

Écrit par : Déblogueur | 16/11/2011

Les commentaires sont fermés.