23/09/2011

Quand un radical en cache un autre...

Pascal Couchepin, ancien patron de la santé, nous avait habitués à ses coups de gueule et ses passages en force.

Son successueur, Didier Burckhalter, plus palot, se faisait attendre dans ce domaine.

Après une timide entrée en matière, maladroite au possible, avec le non remboursement des lunettes, il a fait plus fort...

Je ne reviendrai pas sur ma note précédente et sur la caution de l'OFSP donnée aux assureurs de violer sans vergogne le secret médical.

Attardons nous sur les deux étapes suivantes: le nouveau financement hospitalier et le "managed care".

Le premier, adopté par les deux chambres, impose aux cantons de subventionner les établissements privés, pour certaines prestations, à la même hauteur que les établissements  publics, soit à 55%. Cette décision fait surtout le beurre des assureurs, dont les contrats privés se trouveront ainsi allégés de montants importants: près de 20 millillions à Genève... De plus, cette nouvelle loi permet à chaque assuré de choisir son établissement hospitalier, y compris dans un autre canton. Donc, pour les assurés complémentaires qui ont déjà cette possibilité, on devrait s'attendre à une baisse des primes... Vous avez reçu cette information? Moi pas....

Dans le "managed care", les assurés qui choisissent un réseau bénéficient d'une quote part de participation pour leurs frais médicaux de 10%, alors que ceux qui n'intègrent pas un réseau verront leur participation monter à 15%. Mais il faut le dire: les assurés qui se trouvent dans un canton dans lequel les assureurs n'ont pas de réseau, nada! Les assureurs n'ont en effet pas l'obligation d'offrir des réseaux à tous leurs assurés. Pour une raison bien simple: les réseaux attirent les mauvais cas.

Donc, après avoir sabré le secret médical, sacrifié le libre choix du médecin, notre conseiller fédéral rassure les assureurs (sociaux rappelons le...) en leur permettant de faire des choux gras.

On en viendrait à regretter le grand Pascal....et à recommander de plus en plus vivement la signature de l'initiative pour une caisse publique.

 

 

16:57 Publié dans Assurance maladie | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

22/09/2011

Secret médical: la Confédération choisit son camp

Les médias nous l'apprennent, l'office fédéral de la santé publique(OFSP), a envoyé une circulaire aux assureurs, manifestement à leur demande, les autorisant à demander les diagnostics des personnes soignées en ambulatoire ou en stationnaire.

L'OFSP, organe d'Etat, sans avertir l'ensemble des acteurs, perd son rôle d'arbitre et prend fait et cause pour les caisses maladies.

Le secret médical est universel, immanent et permanent. Il ne peut pas se négocier. Il n est pas à deux vitesses.

On ne peut pas admettre que des caisses maladies, sur délégation de l'Etat, mélangent les bidons en gérant un secteur social, déficitaire, et un secteur privé, largement bénéficiaire...

Demander aux caisses, ou les autoriser, à prendre connaissance des diagnostics est une violation manifeste du secret médical.

Mais bon, c est tellement grave que la perspective de la caisse publique unique devient de plus en plus intéressante...

22:00 Publié dans Assurance maladie | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

05/09/2011

Pour la première fois en 37 ans, je vote blanc

Nidegger Devaud.jpgNous avons tous reçu la documentation nécessaire au scrutin concernant l'élection partielle à la cour des comptes.Pour une fois, dans le cadre d'un organe de surveillance qui devrait être apolitique et qui a prouvé son indépendance et son efficacité jusqu'à présent, on assiste au résultat des accords entre partis qui s'entendent, en fonction des élections nationales à venir, pour créer des alliances qui ne laissent aucun choix à l'électeur. Ou plutôt une espèce de choix entre deux extrêmes.

Je ne peux pas me résoudre à voter pour Solidarités, mais encore moins pour l'UDC, ce parti raciste et xénophobe dont la dernière initiative contre une immigration "dite" massive est un affront pour tous les étrangers qui nous ont rejoints et ont fait, eux aussi, ce pays. Ce seul constat aurait dû empêcher une alliance électorale PLR-PDC-UDC, une alliance avec un parti en déliquescence à Genève, réactionnaire au Grand Conseil, populiste à la Constituante et encore difficilement identifiable au Municipal de la Ville.  Je vote et j'élis depuis 37 ans, et c'est bien la première fois que je suis placé devant une telle situation. Le choix n'est même pas cornélien, ce qui pourrait se dire d'un choix difficile, il est juste absent.

 

11:40 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook