23/09/2011

Quand un radical en cache un autre...

Pascal Couchepin, ancien patron de la santé, nous avait habitués à ses coups de gueule et ses passages en force.

Son successueur, Didier Burckhalter, plus palot, se faisait attendre dans ce domaine.

Après une timide entrée en matière, maladroite au possible, avec le non remboursement des lunettes, il a fait plus fort...

Je ne reviendrai pas sur ma note précédente et sur la caution de l'OFSP donnée aux assureurs de violer sans vergogne le secret médical.

Attardons nous sur les deux étapes suivantes: le nouveau financement hospitalier et le "managed care".

Le premier, adopté par les deux chambres, impose aux cantons de subventionner les établissements privés, pour certaines prestations, à la même hauteur que les établissements  publics, soit à 55%. Cette décision fait surtout le beurre des assureurs, dont les contrats privés se trouveront ainsi allégés de montants importants: près de 20 millillions à Genève... De plus, cette nouvelle loi permet à chaque assuré de choisir son établissement hospitalier, y compris dans un autre canton. Donc, pour les assurés complémentaires qui ont déjà cette possibilité, on devrait s'attendre à une baisse des primes... Vous avez reçu cette information? Moi pas....

Dans le "managed care", les assurés qui choisissent un réseau bénéficient d'une quote part de participation pour leurs frais médicaux de 10%, alors que ceux qui n'intègrent pas un réseau verront leur participation monter à 15%. Mais il faut le dire: les assurés qui se trouvent dans un canton dans lequel les assureurs n'ont pas de réseau, nada! Les assureurs n'ont en effet pas l'obligation d'offrir des réseaux à tous leurs assurés. Pour une raison bien simple: les réseaux attirent les mauvais cas.

Donc, après avoir sabré le secret médical, sacrifié le libre choix du médecin, notre conseiller fédéral rassure les assureurs (sociaux rappelons le...) en leur permettant de faire des choux gras.

On en viendrait à regretter le grand Pascal....et à recommander de plus en plus vivement la signature de l'initiative pour une caisse publique.

 

 

16:57 Publié dans Assurance maladie | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

"On en viendrait à regretter le grand Pascal....et à recommander de plus en plus vivement la signature de l'initiative pour une caisse publique."

Le grand Pascal ? Par la taille peut-être...
En ce qui concerne l'initiative, personne ne vous empêche de la signer !

Quant à s'en prendre systématiquement aux caisses-maladie, je souhaiterais pour ma part que l'on analyse la situation un peu différemment. Je ne cesse de rappeler que le Parlement ne fait rien et qu'il semble bien content qu'on s'en prenne aux caisses. Il y a bien longtemps, en médecine - il me semble, on appelait cela un abcès de fixation...

Écrit par : Michel Sommer | 23/09/2011

Bonjour Jean Marc,
Bonjour Michel,

86 Caisses Maladies, 86 conseil d'administration nourissant plus ou moins 60% des conseillers nationaux, 86 administration divers et varié faisant 86 campagne de publicité pour attirer les cas les moins risqués, Intras ayant fait le choix de ne plus assumer une partie des prestations pour se debarasser des cas les plus risqués qui avaient cotisés pendant allez, une petite 20ne année pour certains....
... et malgré tout 86 caisses qui ne cessent d'augmenter les primes sans reflets aucuns des coûts réels.

Puis a coté on a la SUVA 100% des prestations garantits, gérée pico bello.

alors 100 x oui a la caisse unique.

Abcès de fixation non, les caisses ont usées et abusées place à un nouveau raisonement en matière de santé. Pas celui de M. Burkhalter issu du sérail, ses coupes ciblées parlent d'elles mêmes.

Excellent article Jean Marc
Amitiés

Écrit par : Thomas Bläsi | 24/09/2011

Pour moi Didier Burkhalter est l'ennemi no.1

des malades,
des invalides,
des aveugles,
des bigleux,
des incontinents


D'ici l'élection de décembre je vais oeuvre de lobbyisme auprès de tous les conseillers nationaux et conseillers aux états afin qu'il ne soit pas réélu et disparaisse de la vie politique suisse.

Écrit par : Hypolithe | 25/09/2011

Les commentaires sont fermés.