30/04/2011

L'armailli des 8000 s'en est allé

Erhard Lorétan est mort, ce jeudi 28 avril, jour de son 52ème anniversaire, victime d'une chute de 200 mètres sur l'arrête sommitane du Grünhorn.

Curieux, ce nom de "Corne Verte". En effet, ce surnom était celui des étrangers fraîchement débarqués au far-west, celui-ci, ou "Pied Tendre".

Fraîchement débarqué, Erhard ne l'était pas, il a grandi avec la varappe, la grimpe, les montagnes.

Pied tendre, pas plus. Son pied était sûr, précis et élégant.

La première fois que je l'ai eu comme chef de cordée, nous nous trouvions devant un mur de granit, de 20 mètres de haut environ, qui me  paraissait bien lisse...Il l'a escaladé en deux temps trois mouvements, à tel point que je n'ai même pas eu le temps de voir où et comment il posait ses pieds et ses mains. Avant que je ne me lance à mon tour, il m a dit: "La montagne est belle, elle ne ment pas, fais t' en une copine. Elle ne tue pas, c'est l 'homme ou son matos qui sont faibles..."

Cruelle réalité, surtout si l'on pense que le Grünhorn est réputé comme peu difficile.

Erhard était un danseur de granit, un chamois de l'élégance, un bouquetin d'endurance.

Il était parfois un peu rugueux, mais c'était sa face timide et prude. Comme un armailli, opiniâtre, modeste, doux et chaleureux,

Cette image, on se la garde, Erhard, et on tâchera de te suivre

 

16:53 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

01/04/2011

Débaptiser les planètes? Un beau poisson d'avril

Selon Le Matin de ce jour, les Verts demandent à débaptiser les planètes, Pluton et Uranus, dont les noms font par trop penser à l'atome- Il s'agit donc d'éradiquer toute référence au nucléaire, cela dit sans mentionner que Pluton et Uranus étaient avant tout des dieux de la mythologie grecque ou latine et que ce sont les humains qui les ont associés à l'atome.

Mais c'est sûrement le poisson d'avril du Matin, et si c'est le cas, c'est bien trouvé...

Si tel ne devait pas être le cas, ce serait dommage, car l'expression du "politiquement correct" s'en trouverait exacerbée. Et dès lors, on pourrait faire le même exercice chez nous, sur terre et à Genève, avec la nomenclature des rues. Chaque parti pourrait y aller de sa revendication:

- la gouche pourrait exiger la débaptisation de la rue des Banques et du passage de la Monnaie, à connotation décidément trop capitaliste,

- les nouveaux mariés du PLR exigeraient la suppression de la rue de la Croix d'Or, symbole trop religieux dans une république et canton laique,

- le PDC s'attaquerait à la rue Chausse Coqs, nom à connotation assez vulgaire et fort peu catholique (Dieu merci, le rue des Belles Filles est déjà devenue la rue Etienne Dumont...),

- et il resterait à l'UDC et au MCG à supprimer les rues de Hollande, de Hesse, d'Italie, comme  la place des Nations, références étrangères incompatibles avec notre indépendance.

Mais ouf, c'est bien un poisson d'avril...

 

 

14:38 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook