23/02/2011

Burkhalter n'est pas myope...

Depuis que Didier Burkhalter a été élu au Conseil Fédéral, on ne l'a pas beaucoup entendu..contrairement à son prédécesseur, qui avait, en revanche, la langue plutôt bien pendue et qui continue d'ailleurs de se faire entendre.

Il a pris, Didier, pas Pascal, le dossier de la santé en mains. On souhaitait un "Camp David" de la santé, entre tous les acteurs, mais on est déçu. Rien, pas de vision, sauf celle du néant.

Mais à propos de vision...: le Didier, il a eu une idée de génie, celle de supprimer les aides financières aux lunettes...

La myopie, ou tout ce qui peut être corrigé par des verres adéquats, est une maladie, et elle doit être soignée comme n'importe quelle affection. Elle est donc prise en charge, très partiellement d'ailleurs, par la LAMal.

La décision de Didier Burkhalter n est donc ni pensée, ni réfléchie et même pas économe...Des économies de bouts de chandelle, oui...

Tout le monde râle et Burkhalter persiste, sans rien proposer de concret et de global.

Heureusement, le PDC Genève, par son député G. Barrazone, propose une résolution aux chambres pour corriger le tir.

On voit encore une fois de plus que le PDC agit pour la famille.

20:29 Publié dans Assurance maladie | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

13/02/2011

Initiative sur les armes: ce n'est qu'un début...

Nous avons perdu, c'est vrai, et de façon assez magistrale...la Suisse s'est prononcée, il faut admettre ce scrutin. Mais ce qui est plus inquiétant, c'est ce recours des opposants à la tradition de cette Suisse campée sur ses positions, prête à en démordre, l arme au pied. Pas seulement sur le plan des armes, mais aussi sur celui de l'ouverture. On assiste de plus en plus à une succession de votes de fermeture et de cloisonnement.

Les minarets, les étrangers, c'est la fermeture et le repli. Les armes, de même, car on attise la fermeture de garde armée.

La Suisse que j'aime, c'est celle de l'accueil, de l'ouverture...Elle a reçu les réfugiés arméniens, les hongrois, les tchécoslovaques, sans parler des huguenots refoulés lors de la révocation de l'edit de nantes.

Or, tous ces apports ont fait la richesse de Genève, de Neuchâtel, mais aussi de la Suisse entière. C'est cette population qui a construit la plupart de nos infrastructures et qui permet de faire fonctionner notre industrie hôtelière.

Et ce sont eux qui feront notre richesse future au niveau de la démographie.

 

 

 

 

17:11 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

07/02/2011

Le blog du perdant...

Boris qui? Boris Drahusak...mais oui, c'est un Vert, il fait campagne pour être élu au Conseil administratif de la Ville de Genève...

On ne le voit pas beaucoup, il est très discret, et on l'a vu peu débattre...

En revanche, il aime les blogs, et il profite du syndrome du clavier (perte de timidité en raison du plaisir tactile procuré par le clavier de l'ordi...)

Dans son dernier blog sur le TG, il essaie de se faire le chantre de la rigueur financière en demandant au PDC Ville de Genève de publier ses comptes.

OK, notre candidat Michel Chevrolet l'a promis, et il le fera, comme ce qu'il promet.

Mais cher Boris Drahusak, vos comptes, ils sont où et comment? vous n ' en dites pas grand chose...

 

JMG

 

22:24 Publié dans Municipales | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

01/02/2011

Une caisse publique?

Et voilà, c'est fait, le PS et le Mouvement Populaire des familles annoncent enfin le lancement de leur initiative sur une caisse publique, et non pas une caisse unique, puisque le projet prévoit des antennes cantonales, à peu près sur le modèle de la SUVA.

Certes, on pourrait gloser sur le moment choisi...Il eût été préférable de lancer ce projet en septembre passé, au momnet des annonces des hausses de primes mais, électoralisme oblige, le PS a choisi le début de l'année électorale, pensant ainsi récupérer des voix que les sondages ne lui prédisent guère...Mais c'est de bonne guerre, et il faut se concentrer sur le fond.

L'initiative actuelle a deux avantages: elle ne parle pas de "caisse unique", et elle ne propose plus un lien entre les primes et les revenus.

Son but est simple: laisser la gestion de l'assurance de base à l'Etat, par le biais d'une caisse publique fédérale avec des antennes cantonales ou régionales, et assurer plus de transparence.

Les opposants, santésuisse et les assureurs en tête, hurlent à l'étatisation...et alors?

Le modèle actuel, qui permet à des assureurs sociaux, ou plutôt dits comme tels, de sélectionner les risques, de pratiquer les assurances complémentaires et d'autres types d'assurances (choses, personnes et autres..) a montré ses limites.

L'assurance maladie est le seul secteur dans lequel - pour une assurance sociale - on parle de concurrence. Qui parle de concurrence en matière de chômage, d'AI ou de 2ème pilier? Personne, et cette aberration doit cesser.

On ne peut pas parler de concurrence dans le domaine social, c'est un coup de canif majeur dans le principe de solidarité et d'accessibilité.

D'ailleurs, les assureurs dits sociaux sentent venir le vent et commencent à faire des concessions...

Trop tard, la machine est lancée, et le succès n'a jamais été aussi proche...

 

 

 

23:14 Publié dans Assurance maladie | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

L'aAvivo et la Constituante

L'Avivo prédit l'échec de la constituante

 

C'est ce titre que l'on voit sur le site de la Julie...En fait, ce n'est pas une prédiction.

Le principe fondamental de toute prédiction, c’est le déterminisme, c’est à dire que l’avenir est déterminé par le passé. Dans le cas de l'Avivo, ou du moins de ses représentants à la Constituante, on ne parle même pas d'avenir, on se cramponne au passé...C'est tellement plus confortable de baigner dans l'acquis plutôt que de rechercher des solutions innovantes...

L'Avivo, et ce n'est pas un "scoop", a toujours été opposée à la révision de la Constitution, et malgré cela, elle dispose en assemblée d'un groupe important.

Toutes ses interventions, tous ses amendements sont juste assez excessifs pour ne rencontrer que des oppositions, avec comme corollaire la menace incessante de ne pas soutenir le projet, ce qui n'étonne personne...

Tout ça n est que du vent, ce qu'on appelle de la gesticulation intempestive, peu constructive. Quant à moi, je fais confiance au peuple genevois, il saura se retrouver dans une Constitution moderne, simple, propice au changement et suffisamment ouverte pour inciter le Grand Conseil à légiférer de façon originale.

Le choix sera simple: un texte datant d'un siècle et demi, devenu lourd et qu' on veut couler dans le bronze de la réaction, ou un acte pro actif et souple? Aux électeurs de juger en 2012.Le peuple, toujours assez sage dans ses choix, reconnaîtra les siens...

22:35 Publié dans Constituante | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook