22/01/2011

Armes à domicile

L'Union des Sociétés Militaires de Genève a envoyé une circulaire à tous ses membres.. Edifiant...L'initiative sur laquelle nous voterons le 13 février supprimerait, selon elle, toute manifestation patriotique impliquant des armes de collection...Bref, les officiers genevois jouent sur la corde sensible.

On va supprimer le cortège de l'Escalade...? Billevesées...C'est faux...ces gens mentent effrontément...

Dans la même ligne, si on suit leur raisonnement, pourquoi ne pas brandir le danger de la suppression des canons à neige...?

19:09 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Facebook

20/01/2011

Armes à domicile: encore des mensonges...

Sur les ondes de la RSR 1, ce matin, Jean-René Fournier défendait le non à linitiative sur laquelle nous voterons le 13 février.

Pour un homme politique de son envergure - ancien Conseiller d'Etat et actuel Conseiller aux Etats - prétendre que la possession d'une arme est une garantie constitutionnelle, c'est une honte, un mensonge inadmissible.

Monsieur Fournier doit confondre notre Constitution fédérale avec celle des Etats Unis qui, il est vrai, dans son deuxième amandement, garantit le "right of the people to keep and bear arms". Notre Constitution légifère - avec le succès que l'on sait - sur le domaine des armes à son article 107, mais sans garantir le droit de posséder et de porter une arme.

Si sa déclaration est un lapsus, il est révélateur d'un souhait caché, une sorte de retour au far west...Je lui suggère donc de promouvoir cette idée auprès des députés à l'Assemblée Constituante genevoise, il aura beaucoup de succès...

 

12:01 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

16/01/2011

L'arme à domicile, une question de santé publique

POUR UNE ARMEE DE MILICE COHERENTE, SÛRE ET PROCHE DU CITOYEN

Les officiers de milice qui sont favorables à l’initiative sur l’interdiction des armes de service à domicile ne sont pas des opposants au principe même de l’armée de milice. Logique, puisqu’ils en font partie. Leur position par rapport à l’initiative est dictée par des motifs de sécurité, de santé publique et de cohérence avec les objectifs d’Armée XXI.

Constats

En comparaison des pays européens qui nous entourent, la Suisse est celui qui compte le plus d’armes à feu à domicile. On en dénombre 2.3 millions dans les foyers suisses, dont 200 000 armes de service et 1, 45 millions d’anciennes armes de service. La majorité des armes détenues à domicile est donc constituée d’armes de services, du moins peut on le savoir car dans ce domaine, les chiffres sont vérifiables.

Il n’en va pas de même pour les autres catégories d’armes, puisque l’absence de tout registre rend une comptabilité peu aisée. Mais il serait faux de nier l’importance du nombre d’armes de service et leur possible utilisation en cas de drame familial ou de suicide.

Ajoutons à cela que près de la moitié des suicides par armes à feu sont dus à l’utilisation de l’arme de service. Certes, ce type de suicide n’est plus le premier utilisé selon les statistiques de l’office fédéral de la statistique, et il a même considérablement baissé (près de 40 % environ) depuis l’introduction du concept Armée XXI qui, après Armée 95, a diminué l’effectif des militaires actifs de 350'000 hommes à 120'000 hommes, diminuant dans la même proportion la possession d’une arme de service au foyer. On peut donc dire qu’Armée XXI a été la meilleure action de prévention du suicide prise ces dernières années.

Tradition et sécurité

Le fait que la munition ne soit plus laissée aux militaires à la maison n’est pas un argument non plus : chacun sait – et en tant qu’officiers, nous le savons bien – qu’il est aisé, après un exercice de tir, d’oublier ou de subtiliser des cartouches, et cela se fait couramment. Les contrôles sont dérisoires et notoirement insuffisants en la matière.

L’arme à la maison, héritée et imagée selon la légende de Guillaume Tell, n’a plus cours à ce jour : une nouvelle guerre nous impliquant ne verrait pas des hordes de « rouges » envahir nos cités…La guerre du futur est économique, terroriste ou informatique, donc le paradigme a changé.

Santé publique

Le suicide, ainsi que les problèmes de santé mentale, figure dans la quasi totalité des programmes de prévention et de promotion de la santé des cantons.

En tant qu’ancien directeur de la santé du canton de Genève, j’ai suivi avec attention les études concernant les suicides, et toutes les études montrent que l’accès à une arme est un moyen facilitateur manifeste. Les principales victimes dans ces cas sont les femmes et les enfants, et une seule mort en moins dans ce domaine justifie à elle seule le OUI à l’initiative.

Tirs obligatoires

Les tirs obligatoires pour justifier le maintien de l’arme à domicile sont aussi un leurre : ces tirs ne servent qu’à financer les sociétés de tir, et pourraient parfaitement être accomplis pendant les cours de répétition en lieu et place d’autres activités, ou de non activités et de pertes de temps…

Tradition, confiance te responsabilité civique

Venons en aux aspects plus symboliques des opposants : l’arme à domicile serait selon eux la marque de confiance du pays envers le soldat, une magnifique responsabilisation et la manifestation d’un bel esprit civique…

Au delà du fait que ces éléments ne concernent qu’une partie minoritaire de la population (120'000 hommes sur 7 millions d’habitants…), vous me permettrez de placer mon sens civique et ma responsabilité individuelle ailleurs que dans un placard à balais ou dans une cave avec mon arme de service.

Légitime défense

Enfin, il est utile de parler de l’’auto-défense. Selon O. Freysinger, l’arme à la maison permettrait d’abord de décourager les malfrats, puis d’assurer la sécurité de sa famille.

Les récents cambriolages avec sévices, tortures voire morts d’hommes ont bien montré que les malfrats en question ne se sont guère posé de questions à ce sujet. Qui plus est, si l’on suivait le CN Freysinger, il faudrait alors revenir au Far West et au port d’armes pour chacun.

Conclusion

Soyons réaliste, tout acte qui restreint la disponibilité d’un engin mortel est un acte citoyen et responsable, et il faut le faire. Et cette initiative y contribue grandement.

JM Guinchard, Lieutenant -colonel

17:48 | Lien permanent | Commentaires (17) | |  Facebook

10/01/2011

Armes à domicile

La campagne sur le maintien ou non de l 'arme d'ordonnance  du militaire à domicile est bien lancée...

Une chose me frappe: les opposants invoquent surtout les notions de liberté et de responsabilité individuelles, de même que le réflexe identitaire du suisse

Là, il faudra m'expliquer...

En effet, mon réflexe identitaire suisse  ne se place pas pas dans le placard à balais ou la cave où j'ai rangé mon arme d'ordonnance, mais dans d'autres valeurs...

L'arme à la maison, c'est un  concept dépassé, plus personne ne croit à une invasion de horde de rouges dans nos cités, moyennant une réaction immédiate de nos concitoyens, et Arméée XXI ne reprend pas ce concept.

Bref, pour éviter des tentations inutiles, l arme doit être déposée dans un arsenal, et nulle part ailleurs...

Donc, votons oui à cette initiative, même si nous ne partageons pas les valeurs de ses initiants. La vie humaine mérite cette considération.

 

21:46 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook