30/11/2010

Maudet a raison et il a tort

C'est comme la célèbre contre-pèterie belge: il fait beau et chaud...

Bien sûr que Pierre Maudet a raison s'agissant des cyclistes, qu' il qualifie de "cycloterroristes..."

Bien sûr que Pierre Maudet a tort, en se fixant sur cette seule catégorie.

Je suis cycliste, tous les jours de l année, et je brûle allègrement tous les feux rouges que je connais pour bénéficier d' une onde verte que le département de la mobilité douce (pourtant détenue par une Verte, ne me concède pas). Mais je ne roule pas sur les trottoirs, ete je descends de mon vélo pour cheminer sur les trottoirs (faut dire que les pistes cyclables sont si encombrées...).

Je suis piéton parfois, et je brûle allègrement les feux quand je suis pressé.

D'aucuns sont en scooter, et empruntent les pistes cyclables...Et je ne parle pas des automobilistes qui brûlent joyeusement tous les feux jusqu'à 6h du matin.

Moralité: pourquoi exiger des cyclistes une discipline plus dure que pour les autres usagers? Commençons pas "pruner" tout le monde, et la peur du gendarme reviendra...

Et c 'est pour cela aussi, qu' il faut des gendarmes et des agents de sécurité sur le terrain, plutôt que des animateurs culturels dans les musées

 

 

07:00 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

28/11/2010

Genève avance-telle?

Que de bonnes nouvelles en si peu de temps: la presque unanimité du Grand Conseil et le Conseil d'Etat sauvent le MOA dans des délais qui tiennent du jamais vu, la plage des Eaux-Vives sera réalisée, sans opposition semble-t-il, en 2013.

Mais que font Action Patrimoine Vivant..(ou plutôt moribond...) et la commission des monuments et des sites (pour beaucoup commission des bégaiements et des mites)? Genève avance, des projets vont se réaliser...?

Ce serait "cool", comme on dit, ou "trop bien"...

Mias pendant le même temps, on apprend que le CEVA patine déjà sur des rails même pas posés, et que les travaux ne débuteront pas en 2011...

Et le PAV traîne. Quant à la traversée du lac, on oublie carrément...

Il nous faut quoi? Une union sacrée entre ville et canton, des politiciens consensuels plutôt que braqués sur leurs egos respectifs, et bien entendu démesurés?

En fait, comme on dit, c'est "trop pas bien..."

07:19 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

26/11/2010

On l'a échappé belle, Benoît XVI n'est pas progessiste

Suite aux déclarations du pape concernant l'utilisation du preéservatif possible dans certains cas, les responsables de santé publique et les associations actives sur le terrain ont caressé quelque espoir de progrès dans ce domaine..

Las, en lisant les extraits du dernier bouquin de Sa Sainteté, on constate que la porte de la compréhension est à peine ouverte..L'utilisation de la capote ne se justifie que dans des cas exceptionnels, comme la prostittuion...Et encore, Benoît parle de prostitué, donc masculin, ce qui limite encore fâcheusement le cercle des bénéficiaires de cette "ouverture"...Salika Wenger va encore hurler, mais cette fois à juste titre...

La position du Vatican signifie en particulier que l'épidémie de Sida a encore de beaux jours devant elle, en particulier dans les pays catholiques les plus pauvres qui lui font une confiance aveugle. Elle dénie de surcroît les drames de couples dont l'un des partenaires est séropositif.

Mais qui sont ces prêtres, évêques et cardinaux, en soutane, mitre, rochet, camail, parés du violet épiscopal ou de la pourpre cardinalice, qui font ainsi irruption dans nos chambres à coucher, dans un domaine qu'ils ne connaissent guère? L'Eglise n'a pas à s'occuper de sexualité, le passé a démontré qu'en général elle l'a fait dans un sens plutôt immoral...

 

20:04 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

13/11/2010

Soyons originaux: le cas B. Rappaz

Dans son blog, Mauro Poggia  http://poggia.blog.tdg.ch/archive/2010/11/12/bernard-rappaz-mort-ou-vif.html se prononce sur le cas de Bernard Rappaz en stigmatisant l'attitude des médecins des HUG et en les menaçant, qui refusent de nourrir le détenu de force et contre sa volonté. A l'appui de sa position, il se réfère à une affaire qu'il a diligentée il y a 20 ans...

Depuis, les choses ont évolué: la loi sur la santé genevoise, entrée en vigueur en septembre 2006, a consacré le principe des directives anticipées, comme par exemple dans le canton de Neuchâtel, cité ce matin dans Le Matin dans un entretien de Jean Studer, Conseiller d'Etat.

Ces directives, véritable ordre donné au corps médical, permettent à tout patient qui les édite de faire savoir ce qu'il exige - et non ce qu'il souhaite - au cas où il se trouverait dans une situation de fin de vie.

B. Rappaz a signé de telles directives, et a clairement déclaré qu ' il ne souhaitait pas être alimenté de force en cas de grève de la faim...

Il a été condamné, sachant parfaitement pourquoi, et il n y a aucune raison de rejeter sur le corps médical des HUG une responsabilité que l'Etat du Valais botte en touche. En effet, vu l'état actuel de B. Rappaz, il y a de forts risques qu'il ne décède avant que le parlement valaisan ne se prononce sur sa deande en grâce...belle preuve de Ponce Pilatisme des valaisans, dont la responsabilité ultime ne doit pas être reportée sur les HUG.

Les directives anticipées de B. Rappaz ont fait l'objet de discussions entre lui et les médecins, il était conscient des risques qu'il prenait, à lui maintenant de les assumer.

Mais de grâce, pas de critique sur les HUG, qui appliquent avec rigueur la loi cantonale et les dispositions en faveur des droits des patients.

Me Poggia se veut menaçant, mais il n 'est plus d'actualité, il devrait adapter  ses lectures à l'air du temps....

 

14:05 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

La Ville de Genève est-elle soluble dans le Canton ?

D'aucuns, en Assemblée Constituante, souhaitent démembrer, voire carrément supprimer la notion et l'intitution même de la Ville de Genève, invoquant sa trop grande taille, ses finances importantes au regard de son peu de compétences, comme son état de perpétuelle contradiction, voire de rebellion avec l'Etat.

La municipalité de Lausanne, pourtant aussi de gauche, entretient depuis des années des rapports harmonieux avec le Conseil d'Etat, bien ancré à droite. Cette harmonie constructive a permis à Lausanne, souvent brocardée par nos édiles - qualifiée de "rupestre" par un magistrat de la Ville, puis de "village de pêcheurs au bord du Lac de Genève" par un magistrat de notre canton - de mettre à son actif de belles réalisations (le Flon, le M2, l'aménagement des rives du lac (Léman cette fois-ci...) et de faire ouvertement concurrence à Genève pour ses nuits festives.

Pendant ce temps, Genève voit la réalisation du CEVA retardée, la traversée du Lac se transformer en feuilleton sans rebondissements depuis plus de 80 ans, ses rives austères toujours inaccessibles aux baigneurs.

Dernièrement, la gauche du Conseil Municipal de Genève - dont les débats retransmis par Léman Bleu n'encouragent guère des jeunes à se lancer en politique...- a voté un crédit de 145'000 francs en faveur des antinucléaires qui luttent contre la prolongation d'activité octroyée à la centrale de Mühleberg. "Mais de quoi je me mêle...?"

Plus récemment encore, la même gauche, cette fois en commission des finances, rogne les demandes budgétaires de Pierre Maudet en lui "sucrant" 10 postes d'agents de sécurité pour les attribuer au Département de Patrice Mugny - qui, lui, ne demandait rien - au motif de les transformer en "animateurs culturels" (sic) dont les tâches et les objectifs sont plus que flous. Et ce alors que cette même gauche réclame plus de sécurité dans nos rues...

Constat: cette gauche dépensière et peu soucieuse d'un usage rationnel de nos impôts, gouverne à coups de rogne et de vengeance, de façon irrationnelle, pour le seul plaisir des coups d'éclats politiques, faisant fi des intérêts des habitants de cette ville, qui demandent que leur Ville soit belle et sûre.

Le problème n'est donc pas la taille de la Ville, mais sa gestion politique et l'irresponsabilité des ses élus démunis de compétences.

Donc, donnons plus de compétences à la Ville, charge à ses élus de les assumer dans les faits. Et l'on verra si la gauche du Municipal  - ou la droite prochainement, pourquoi pas...? - sera soluble, non pas dans le canton, mais dans la raison...

13:33 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

02/11/2010

On est à Genève, non?

Il y a quelques jours, après les abondantes déclarations sur la mort programmée de la Constituante, j ai invité chez moi des anciens constituants vaudois et fribourgeois et leur ai passé quelques extraits de nos débats....

Stupéfaction d 'abord, consternation ensuite...- on se serait cru dans un texte de Souchon...- mais j ai rebondi en leur passant des enregistrements des débats du Grand Conseil et du Municipal de la Ville...

En fait, même si la composition de la Constituante est moins politique et laisse de la place aux milieux associatifs et économiques, selon le souhait du Grand Conseil et du peuple, la mentalité reste la même...

Genève conteste, râle, fait grève, recourt....Pourquoi  attendre de la Constituante une attitude plus sage? A cause de l'âge? vous rigolez...? On est à Genève, non?

10:52 Publié dans Constituante | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook