30/09/2010

Constituante: au loup...!!

Je suis et j ai toujours été un mauvais perdant...je le reconnais et avoue que c'est un vilain défaut. Mais l'âge aidant, et une certaine sagesse aussi, j'apprends à me contenir en cas de défaite...

Tel ne semble pas être le cas de certains constituants de gauche (au sens large du terme) qui, dès lors lors qu'ils sont minorisés, crient au loup, se drapent dans une dignité de vierge effarouchée et hurlent au déni démocratique. Quelle attitude étonnante, alors que la politique est l'art du possible, du compromis et, en cas d'échec de celui -ci, du vote qui, fatalement, fait des heureux et des moins heureux...

Pourquoi dès lors menacer sans cesse de ne pas soutenir ce qui sortira des travaux de la Constituante chaque fois qu'un vote est "perdu"?

Le peuple nous a élus, comme l'a rappelé avec pertinence et détachement Michel Hottelier, pour écrire une nouvelle constitution pour ce canton. Mais il n'a pas posé de cadre, ni de limites. Et en définitive, c'est lui qui aura le dernier mot, et c'est bien ainsi.

Autre étonnement: ce jeudi 30 septembre, les intervenants de la gauche se sont tous référés au passé, et uniquement au passé: "tout ce qui a été voté par le peuple dans la constitution doit y rester, un point c'est tout". Aucune référence à l'avenir, si ce n'est la menace de quitter les travaux en cours. Quelle pauvreté et quelle inanité...! On ne fait pas une constitution avec des constituants émasculés qui devraient se contenter de faire un "copier-coller" et ne rien toucher de l'existant.

23:25 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

27/09/2010

La Constituante est morte?

Lorsque l'Assemblée constituante roronne, on prédit sa mort par inefficacité...Quand elle fait des propositions résolument nouvelles, on fait de même..Où donc est le juste milieu?

Lors de la dernière AG de l'Association des communes genevoises (ACG), nombre de participants, selon ce que nous apprend la TG de ce matin, ont émis d'acerbes critiques vis à vis de la proposition votée lors de la dernière plénière du 21 septembre et visant à instituer, entre l'Etat et les communes, l'organisation de districts regroupant plusieurs communes.

Cette démarche ne vise en aucun cas à supprimer les communes, ni à leur enlever le peu de prérogatives que la tradition napoléonienne a bien voulu leur laisser. Elle devrait permettre, selon une forme encore à définir, que les communes reçoivent des compétences réelles, avec les moyens financiers y relatifs - ce qui n 'est guère le cas aujourd'hui - , que les districts  se consacrent à des tâches et réalisations trop lourdes pour une seule entité communale et que l'Etat soit déchargé d'un certain nombre de compétences qu'il gère mal ou de façon trop souveraine.

De plus, cette proposition a le mérite de ne pas prévoir de fusions, que celles-ci soient encouragées, ou forcées.

Ce vote de la Constituante, certes assorti d'un certain nombre de réserves et de cautèles, a enfin le mérite d'innover aussi par la majorité qu'il a réunie, de la droite classique aux Verts et à la gauche modérée, ce qui est une belle première et qui laisse présager de futures collaborations intéressantes et constructives, au-delà des clivages partisans.

Aux yeux de cette majorité, certes de circonstance, la commune reste le noyau démocratique premier, le plus proche du citoyen, le mieux à même de l'entendre, donc de relayer ses inquiétudes et de répondre à ses aspirations. Il n'est donc pas question de la supprimer, tant ses vocations hstorique et politique sont ancrées dans l'esprit des communiers et dans la tradition de notre canton.

Lors de l'AG de l'ACG, on a parlé de "déni démocratique".. On en est loin, et la consultation organisée au début de l'an prochain sur ces premiers travaux de la Constituante permettra sans doute de faire le point, et chacun pourra reconnaître les siens...

09:39 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

12/09/2010

Les tire-cycles de R. Pagani

Cher Conseiller administratif, cher Monsieur Pagani,

 

Votre projet de "remonte pente pour vélos" m'a fait un peu sourire...Vous projetez donc, à coup bien sûr d'aménagements coûteux, d'équiper quelques pentes de votre bonne ville d'un système astucieux permettant aux cyclistes de monter sans effortd les rues les plus raides. Bref, des tire-cycles, dans une ville bien moins pentue que Lausanne ou d'autres.

S'agit-il là du lancement de votre campagne électorale, d'une nouvelle lubie sans fondement ou d'une jalousie envers la piste de ski de la Treille de votre collègue Tornare?

Les questions sont ouvertes, mais une chose est sûre: personne, en l'occurrence, n'a rien demandé...Les cyclistes qui préfèrent ne pas trop transpirer ont fait l'option du vélo électrique (comme vous d'ailleurs...) et les autres assument leur désir de mobilité, même si celui-ci demande des efforts...

Où vous arrêterez vous? Verra t-on bientôt des tire-tricycles ou des tire-trotinettes? Ou encore des escalators sur la Treille, la rue Verdaine ou celle de la Fontaine? Avec, ne lésinons pas, des tire-poussettes ou autres landeaux...?

Outre que ces aménagements n'aideraient guère le canton (encore une fois...) dans ses efforts de promotion de la mobilité et de la lutte contre la sédentarité, l'argent qu'ils coûteraient serait plus judicieusement employé dans l'aménagement et la sécurisation des pistes cyclables actuelles, dont un bon tiers sont mal marquées, sans suivi, à contre sens ou même dangereuses pour ceux qui les utilisent.

Alors, consolidons l'acquis plutôt que de lancer des idées en l'air, et foin de ces pagamineries...

 

 

15:28 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

10/09/2010

mais à quoi joue la presse...?

Il y dix jours, personne ne connaissait Terry Jones, ce pseudo pasteur gourou d'une minuscule secte, un groupuscule qui se dit chrétien fondamentaliste. Aujourd'hui, veille du 11 septembre, la planète entière est au courant du projet de Terry Jones de brûler demain 200 exemplaires du Coran devant les 100 derniers fidèles de sa secte.

Les dirigeant de la planète s'en inquiètent et l'appellent à renoncer à son projet. Cette notoriété malsaine ravit évidemment le sieur Jones qui fait maintenant du chantage et exige que les plus haute autorités des USA prennent contact avec lui...ce à quoi elles réfléchissent sérieusement, semble-t-il...

Sans l écho donné par les médias à ce non évènement, Terry Jones aurait procédé à l'autodafé dont il rêve, devant ses ouailles, au fin fond de la Floride, et personne n'en aurait rien su...Au lieu de cela, il y aura foule demain à Gainesville, et la prese internationale y sera...

 

 

 

12:31 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook