30/09/2010

Constituante: au loup...!!

Je suis et j ai toujours été un mauvais perdant...je le reconnais et avoue que c'est un vilain défaut. Mais l'âge aidant, et une certaine sagesse aussi, j'apprends à me contenir en cas de défaite...

Tel ne semble pas être le cas de certains constituants de gauche (au sens large du terme) qui, dès lors lors qu'ils sont minorisés, crient au loup, se drapent dans une dignité de vierge effarouchée et hurlent au déni démocratique. Quelle attitude étonnante, alors que la politique est l'art du possible, du compromis et, en cas d'échec de celui -ci, du vote qui, fatalement, fait des heureux et des moins heureux...

Pourquoi dès lors menacer sans cesse de ne pas soutenir ce qui sortira des travaux de la Constituante chaque fois qu'un vote est "perdu"?

Le peuple nous a élus, comme l'a rappelé avec pertinence et détachement Michel Hottelier, pour écrire une nouvelle constitution pour ce canton. Mais il n'a pas posé de cadre, ni de limites. Et en définitive, c'est lui qui aura le dernier mot, et c'est bien ainsi.

Autre étonnement: ce jeudi 30 septembre, les intervenants de la gauche se sont tous référés au passé, et uniquement au passé: "tout ce qui a été voté par le peuple dans la constitution doit y rester, un point c'est tout". Aucune référence à l'avenir, si ce n'est la menace de quitter les travaux en cours. Quelle pauvreté et quelle inanité...! On ne fait pas une constitution avec des constituants émasculés qui devraient se contenter de faire un "copier-coller" et ne rien toucher de l'existant.

23:25 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Cher Collègue Constituant,

Je vous remercie de cette excellente analyse. J'ai fais un constat semblable dans ma note "Constituante: Tout va bien!" (http://pierrescherb.blog.tdg.ch).

Cordiales salutations.

Écrit par : Pierre Scherb | 01/10/2010

Cher collègue constituant,

votre analyse est intéressante, bien que largement de mauvaise foi. Comment pouvez-vous parler de politique comme "l'art du compromis" alors que depuis 6 mois, une majorité de constituants remettent presque systématiquement en question les compromis trouvés en commission?

Je suis comme vous très déçu par ceux qui définissent déjà le résultat du vote de 2012 à partir d'aujourd'hui. Le constat demeure. Jamais dans l'après-guerre, une nouvelle constitution cantonale n'a remis en question une seule disposition de l'ancien texte, considérée comme un acquis. Vous en êtes au 4e que vous éliminez.

La politique est certainement l'art du possible. Aujourd'hui nous partons de loin pour en faire un effectif art de ce compromis que vous citez sans l'appliquer.

Cordialement

Écrit par : olivier | 01/10/2010

Dieux sait quel discours suréaliste vous allez nous tenir quand votre constitution rétrograde sera pulvérisée en votation populaire ... "Oui, c'est la faute à la gauche, qui n'a accepté aucun compromis".

Je sens qu'on va rire !

Écrit par : Djinius | 01/10/2010

Le problème c'est que la gauche a toujours raison, même lorsqu'elle a tort.
Que les bons sentiments sont de son côté et que la droite est une horrible mégère.
La gauche est trop accrochée au passé. Rien ne peut et ne doit changer, même pour le bien de la population.
Je partage complètement votre analyse.

Écrit par : Bertrand BUCHS | 01/10/2010

Les commentaires sont fermés.