27/09/2010

La Constituante est morte?

Lorsque l'Assemblée constituante roronne, on prédit sa mort par inefficacité...Quand elle fait des propositions résolument nouvelles, on fait de même..Où donc est le juste milieu?

Lors de la dernière AG de l'Association des communes genevoises (ACG), nombre de participants, selon ce que nous apprend la TG de ce matin, ont émis d'acerbes critiques vis à vis de la proposition votée lors de la dernière plénière du 21 septembre et visant à instituer, entre l'Etat et les communes, l'organisation de districts regroupant plusieurs communes.

Cette démarche ne vise en aucun cas à supprimer les communes, ni à leur enlever le peu de prérogatives que la tradition napoléonienne a bien voulu leur laisser. Elle devrait permettre, selon une forme encore à définir, que les communes reçoivent des compétences réelles, avec les moyens financiers y relatifs - ce qui n 'est guère le cas aujourd'hui - , que les districts  se consacrent à des tâches et réalisations trop lourdes pour une seule entité communale et que l'Etat soit déchargé d'un certain nombre de compétences qu'il gère mal ou de façon trop souveraine.

De plus, cette proposition a le mérite de ne pas prévoir de fusions, que celles-ci soient encouragées, ou forcées.

Ce vote de la Constituante, certes assorti d'un certain nombre de réserves et de cautèles, a enfin le mérite d'innover aussi par la majorité qu'il a réunie, de la droite classique aux Verts et à la gauche modérée, ce qui est une belle première et qui laisse présager de futures collaborations intéressantes et constructives, au-delà des clivages partisans.

Aux yeux de cette majorité, certes de circonstance, la commune reste le noyau démocratique premier, le plus proche du citoyen, le mieux à même de l'entendre, donc de relayer ses inquiétudes et de répondre à ses aspirations. Il n'est donc pas question de la supprimer, tant ses vocations hstorique et politique sont ancrées dans l'esprit des communiers et dans la tradition de notre canton.

Lors de l'AG de l'ACG, on a parlé de "déni démocratique".. On en est loin, et la consultation organisée au début de l'an prochain sur ces premiers travaux de la Constituante permettra sans doute de faire le point, et chacun pourra reconnaître les siens...

09:39 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.